ActualitéBusinessDesignEtudesTech

Non, un bon prototype n’est pas une version miniature de votre produit

Toute innovation débute par une phase de compréhension du problème du futur utilisateur d'un produit ou d'un service. Après une première étape d'ouverture (aussi appelée «empathie») qui permet d'avoir une vue globale des difficultés rencontrées par ce dernier, et une étape de synthèse qui aide à déterminer les problèmes majeurs, vient la phase de prototypage. 

Dans sa présentation Prototyping is an attitudeWithCompany, société spécialisée en design stratégique, explique en quoi prototypage, tests, et processus d'idéation sont intimement liés. Collages, assemblages en trois dimensions, jeux de rôle ou encore storyboard: un bon prototype n'est pas forcément une version «artisanale» du produit final, rappellent également les auteurs de la présentation. 

 

  • Un prototype permet de rendre concrets des concepts a priori intangibles. 
  • Un prototype qui n'échoue pas dans ses premiers tests n'est certainement pas suffisamment abouti.
  • Un prototype permet d'évaluer les réactions des autres personnes, et de collecter du feedback sur son idée. 
  • Construire un prototype permet de re-définir le problème. 
  • Un bon prototype présente avant tout les bonnes fonctionnalités, il ne doit pas être esthétique.

 

 

 

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Non, un bon prototype n’est pas une version miniature de votre produit
Le groupe SEB mise sur la startup de contenus culinaires Chefclub pour accélérer dans le digital
IA: l’Europe toujours à la traîne face aux États-Unis et à la Chine
Le maire de Miami tente de séduire les entreprises Tech de la Silicon Valley
Sanofi, Capgemini, Generali et Orange s’allient dans l’e-santé
FinTech : Alma lève 49 millions d’euros auprès de Cathay Innovation, Idinvest et Bpifrance
Les conseils pour une gestion simple de vos cookies, en accord avec les recommandations de la CNIL