ActualitéAffaires publiques

Nouvelle mise en demeure de Google France par quelques médias

Plus de 500 éditeurs, regroupés sous le nom d’Open Internet Project, réclament l’arrêt de la « search box », un nouvel outil qui a provoqué la colère de plusieurs acteurs depuis son apparition il y a quelques semaines. Après qu’un utilisateur a effectué une recherche d’un site Internet, une petite « boîte » de recherche apparaît sous le résultat pour lui laisser la possibilité d’effectuer une autre recherche parmi les contenus du site, tout en restant sur Google.

Un nouvel outil qui visiblement déplaît aux éditeurs qui estiment que Google garde ainsi toujours plus longtemps les utilisateurs sur son site, au détriment des leurs, et captent ainsi une part des revenus en les exposants à ses publicités. La firme de Moutain View a ainsi précisé aux Echos qu’il sera possible de supprimer cette « search box » si les sites en font la demande.

L’Open Internet Project est une initiative lancée en mars par plusieurs centaines d’éditeurs qui avaient alors porté plainte contre Google devant la Commission européenne. Plus récemment, le directeur général de News Corp, le groupe de Rupert Murdoch (propriétaire notamment du Wall Street Journal), avait envoyé une lettre à Joaquín Almunia, vice-président de la Commission européenne et commissaire à la Concurrence, estimant que « Google a connu un succès remarquable dans sa capacité à monétiser les utilisateurs, mais n’a pas montré la volonté, même s’il en a clairement la capacité, de respecter les droits fondamentaux de la propriété ».

Bouton retour en haut de la page
Nouvelle mise en demeure de Google France par quelques médias
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
6 questions pour comprendre l’organisation des élections du CSE
VTC : le Singapourien Grab entre à Wall Street, valorisé à près de 37 milliards de dollars
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle
Match va verser 441 millions de dollars aux fondateurs de Tinder pour solder un contentieux
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jean-François Morizur et Nicolas Treps, fondateurs de Cailabs