ActualitéStartup

Nouvelle version de l’application CheckMyMetro. iPhone, Android et 4 villes : Paris, Lyon, Lille et Toulouse

Téléchargée plus de 25 000 fois, l’application CheckMy!Metro permet à tout usager du métro de partager ses coups de coeur ou de gueule: un moment insolite, de bons musiciens, un graffiti original mais aussi une panne ou un contrôle de billet. Originellement créée autour du métro parisien, elle s’ouvre aux réseaux de Lyon, Lille et Toulouse.

La nouvelle version iPhone de CheckMyMetro se veut plus sociale et plus ergonomique. Elle permet de suivre et commenter l’activité de ses voyageurs favoris et de poster leurs checks automatiquement sur Twitter ou Facebook. L’interface a été revue pour plus de clarté, elle donne accès à la carte du réseau, à l’actualité via la rubrique CheckMy!Infos (en partenariat avec MinuteBuzz) et aux horaires des prochains métros.

Autre nouveauté: CheckMy!Challenge, qui offre à un partenaire la possibilité de faire gagner tous les mois des lots aux utilisateurs les plus dynamiques.

Benjamin Suchar, créateur de  CheckMy!Metro avait remporté mi-2010 le Start-Up Weekend organisé à HEC. Télécharger la version iPhone, la version Android.

Un commentaire

  1. j’aime vraiment bien ces appli pour smartphones, une manière comme une autre de passer le temps en attendant le métro ou le bus.
    les français adorent donner leur avis sur tout et sur rien héhé
    bonne continuation,
    cdlt,
    pascal88

Bouton retour en haut de la page
Nouvelle version de l’application CheckMyMetro. iPhone, Android et 4 villes : Paris, Lyon, Lille et Toulouse
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux