ActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissements

Open banking: PayPal investit 10 millions d’euros dans Tink

Tink fait partie de ces FinTech qui espèrent tirer partie de la nouvelle directive européenne sur les services de paiement, DSP2, qui entre pleinement en vigueur en septembre prochain dans l’Hexagone. C’est un volet en particulier, l’obligation pour les banques d’autoriser des entreprises tierces à créer des logiciels permettant à leurs clients d’accéder à leurs comptes et à effectuer des paiements, qui enthousiasme les chantres de l’open banking. C’est dans ce contexte que PayPal vient d’investir 10 millions d’euros dans la start-up suédoise Tink.

Fondé en 2012, Tink proposait à ses début l’agrégation de comptes bancaires via une application à destination des consommateurs. Puis la start-up s’est tournée vers les banques et autres fournisseurs de services financiers pour leur proposer sa technologie d’open banking via sa plateforme cloud. Son offre repose sur quatre piliers: l’agrégation de comptes, l’enrichissement de données, les demandes de paiement et la gestion personnelle de finances. Ces services permettent à des entreprises tierces de développer leurs propres applications ou de les intégrer dans des apps déjà existantes.

L’Américain Plaid en embuscade

La start-up cite BNP Paribas, la banque finlandaise Nordea ou encore la suédoise Sbab Bank comme clients. PayPal vient donc s’ajouter à la liste. L’entreprise américaine compte se servir de la technologie de Tink pour permettre à ses clients de connecter leurs comptes bancaires à leurs comptes PayPal. Il n’y a pas pour l’instant plus d’informations sur les nouvelles fonctionnalités qui en découleront pour les utilisateurs. Mais la start-up suédoise poursuit sa trajectoire après un tour de table de 56 millions d’euros réalisé en février dernier auprès d’Insight Venture Partners, SEB, Nordea Ventures, Christian Clausen, ancien président de la Fédération bancaire de l’Union européenne, ou encore Nikolay Storonsky, fondateur de Revolut.

Mais Tink est loin d’être seul sur sa route. On peut également citer la présence de la FinTech américaine Plaid qui vient d’annoncer son lancement au Royaume-Uni où la réglementation en faveur de l’open banking a déjà commencé à être mise en œuvre. En décembre 2018, Plaid revendiquait déjà l’intégration de 10 000 banques, principalement aux États-Unis, lors d’une levée de 250 millions de dollars menée par Mary Meeker.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Open banking: PayPal investit 10 millions d’euros dans Tink
Silicon Valley : un exode de San Francisco vers des villes moyennes américaines se prépare
Les Déterminés, une transformation digitale pour soutenir les entrepreneurs des quartiers populaires et ruraux
Élections américaines: Facebook va bloquer les publicités des médias contrôlés par un État
Coronavirus: l’État débloque un fonds au secours des startups françaises convoitées à l’étranger
Quels enseignements pouvons-nous tirer de la crise actuelle pour le futur des marketplaces?
Confinement: comment les géants américains ont profité de l’explosion du temps passé sur Internet
Copy link