ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Palantir renforce ses liens avec le Pentagone en signant un nouveau contrat à 110 millions de dollars

Le géant du big data Palantir renforce sa relation avec le département de la Défense américain en remportant un nouveau contrat à 110 millions de dollars. Dans le cadre de cet accord, l’entreprise d’Alex Karp et Peter Thiel se chargera d’analyser plusieurs milliers d’ensembles de données contenant des informations sur les soldats et arsenaux militaires américains. Le but est de créer un dashboard commun aux différentes agences pour leur permettre de prendre les meilleurs décisions stratégiques possibles, selon le Washington Post. Palantir aurait remporté l’appel d’offres face à Accenture, Deloitte, Ernst & Young et Microsoft. Il s’agit du premier volet d’un programme baptisé « Vantage », précédemment connu sous le nom d’« Army Leader Dashboard ». D’une durée initiale d’un an, le contrat, qui devrait représenter près de 10% du chiffre d’affaires de Palantir l’année prochaine, pourra être renouvelé trois fois, pour une valeur totale possible de 440 millions de dollars.

Une nouvelle victoire stratégique pour Palantir

En mars dernier, l’entreprise basée à Palo Alto avait déjà été chargée par le Pentagone, dans le cadre d’un contrat à 800 millions de dollars, de refondre le « Distributed Common Ground System » de l’armée américaine (DCGS-A). Ce système de renseignement permet de récolter et analyser des données et renseignements militaires de plusieurs sources sur des menaces ennemis, ou des éléments météorologiques et géographiques, pour fournir au commandement des cartes et rapports détaillés en temps réel. Il est destiné à améliorer le combat dans des environnements reculés et difficiles. Ce système, dont le coût de construction sur dix ans avait atteint 3 milliards de dollars, faisait face depuis plusieurs années à des critiques depuis l’intérieur du Congrès américain et de l’armée. Celles-ci pointaient notamment du doigt son prix jugé trop exorbitant pour des résultats en termes de renseignements livrés trop faibles. Le DCGS-A bénéficie d’une ligne de financement dédiée de la part du Congrès.

Aujourd’hui, la signature de ce deuxième contrat (connu) en un an avec le Pentagone marque une nouvelle victoire stratégique pour Palantir, dont la direction a critiqué d’autres géants américains du numérique, comme Google, pour leur réticence à travailler avec le département de la Défense. Fondé en 2004, Palantir a reçu depuis sa création plus de 2 milliards de dollars d’investissements, notamment du fonds américain géré par la CIA, In-Q-Tel, qui détiendrait désormais un peu moins de 5% du capital. Palantir est valorisé plus de 20 milliards de dollars. L’entreprise, qui a enregistré un chiffre d’affaires proche du milliard de dollars en 2018, a développé deux produits phares en 15 ans: les plateformes d’intégration de données Gotham et Foundry. Le premier est destiné aux organismes publics et le second aux entreprises. Les deux logiciels leur permettent de structurer et exploiter des millions de données pour en tirer profit.

Ces dernières années, Palantir a aussi cherché à multiplier ses contrats du côté du privé

Palantir gérerait actuellement près de 1,5 milliards de dollars de contrats avec les agences fédérales américaines, sans compter ses partenariats avec des organismes publics étrangers, comme la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), qui a signé aux cotés du service de renseignement intérieur et de la police judiciaire du ministère de l’Intérieur français un contrat de 10 millions d’euros en 2016. Une alliance qui n’avait pas manqué de susciter à l’époque de nombreuses critiques de la part de certains responsables politiques et industriels, qui dénonçaient une perte de souveraineté française et un risque pour les données des renseignements français. Fin novembre, la DGSI a renouvelé son contrat avec le spécialiste de l’analyse de données pour trois ans avec une enveloppe de financement du même ordre.

Ces dernières années, particulièrement depuis 2013, Palantir a aussi cherché à multiplier ses contrats du côté du privé avec son logiciel Foundry. Le géant du big data a ainsi signé des alliances avec des entreprises telles que Sanofi, Fiat, le Crédit Suisse, mais aussi Airbus. L’activité privée représente aujourd’hui près de la moitié de son chiffe d’affaires.

Retrouvez notre reportage We Love Innovation sur Palantir: Inside Airbus : comment Palantir optimise la maintenance de l’A350

Palantir: les données clés

Fondateurs: Alex KarpPeter ThielGarry TanJoe LonsdaleNathan GettingsStephen Cohen
Création: 2004
Siège social: Palo Alto
Secteur: big data/intelligence artificielle
Marché: conception de plateformes d’intégration de données pour les secteurs public et privé
Concurrents: Thales, Visalllo, DataWalk, Splunk


Financement: 2 milliards de dollars au total

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Palantir renforce ses liens avec le Pentagone en signant un nouveau contrat à 110 millions de dollars
Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial
Temasek et Trustbridge songent à mettre la main sur les activités de WeWork en Chine
[Made in Océan Indien] Qui est Talenteum, la startup mauricienne à impact social?
Les offres d’emploi de la semaine
WorkBoard lève 30 millions de dollars pour sa plateforme de gestion de projets en entreprise
[Made in Bretagne] Zoom sur l’écosystème digital breton en 2020
Copy link