ActualitéBusinessEdTechMarketing & Communication

Philippe Riveron (Learning Tribes): «Les réseaux sociaux seront le point d’accès privilégié pour accéder aux contenus de formation»

Cuisine, mathématiques, communication… Les MOOCs offrent de multiples choix pour celles et ceux souhaitant suivre une formation en ligne.

Qu'est-ce qui plaît dans la formation en ligne? Comment va-t-elle évoluer? Plus de détails avec Philippe Riveron, CEO de Learning Tribes.

FrenchWeb: Où en est le e-learning en France aujourd'hui?

philippe-riveron-learnng-tribes-2016Philippe Riveron, CEO de Learning Tribes: Permettez-moi d’apporter une correction sémantique : nous parlons moins d’e-learning que de digital learning, c’est une différence essentielle car elle apporte une nouvelle dimension à la formation à distance. L’e-learning est avant tout une modalité pratique d’accès à distance à un contenu de formation. Il existe depuis près de 15 ans mais a connu ses limites car souvent associé à un contenu très descendant à suivre seul via son poste de travail. Nombreux sont les témoignages d’apprenants qui ne vivaient pas bien ces formations car nous passions d’une modalité face-à-face conviviale et sociale à une activité solitaire et peu engageante. L’arrivée du digital learning coïncide avec celle des MOOC, qui ont introduit une dimension collaborative à la formation à distance grâce à des interactions entre apprenants, une animation par des community managers et une meilleure application dans la vie réelle grâce aux vidéos. Ainsi, on peut dire que l’apprentissage à distance fait sa mue pour prendre les avantages du présentiel et du e-learning.

Comment le e-learning va-t-il évoluer en France?

Je pense que la principale évolution viendra de l’apprentissage sur smartphone ou tablette. C’est déjà le cas dans les pays qui ont vécu des ruptures technologiques plus rapides comme la Chine, le Brésil ou les pays d’Afrique qui ont connu l’Internet à haut débit d’abord par leur smartphone. Donc la France a initié cette transformation, plus timidement car elle fait face à des contraintes sociales et techniques, mais c’est une lame de fond. Enfin, dans la continuité, je suis persuadé que les réseaux sociaux, notre identité numérique, seront le point d’accès privilégié pour accéder aux contenus de formation et que la frontière entre vie professionnelle et vie privée sera plus transparente. L’exemple de WeChat en Chine, qui permet de s’inscrire à des formations d’ordre professionnel mais aussi sur des contenus de son entreprise, est révélateur de cette tendance.

Pourquoi les entreprises et les particuliers sont-ils aujourd'hui friands du e-learning?

C’est avant tout une modalité pratique : facile d’accès, disponible rapidement sur tous les points du globe, compatible avec un planning de travail chargé, et enfin qui participe à la transformation numérique de l’entreprise. Toutes les grandes entreprises ont mis en place des CDO (Chief Digital Officers) qui déploient une stratégie digitale et la formation participe à sa manière à ce plan de transformation en étant une fonction qui se digitalise mais aussi en formant sur le digital.

Les particuliers en sont également très friands car c’est une modalité très pratique : se former où on veut, quand on veut et sur n’importe quel sujet !

Ce que le Dif (Droit individuel à la formation) et le CPF (Compte Personnel de Formation) n’ont pas réussi à faire, le MOOC l’a fait : plus souple, facile, pensé pour le plus grand nombre, il a conquis un public très divers, ainsi on peut comparer les 210 000 CPF réalisés en 2015 contre 500 000 personnes qui ont suivi un MOOC sur la seule plateforme FUN (France Université Numérique). Ce qui tend à prouver que tout le monde est prêt à se former si les thématiques sont utiles, les contenus collaboratifs et si l’on a un intérêt personnel (valoriser ses compétences, apprendre de nouvelles choses…).

Lire aussi: LinkedIn fait de l’E-learning son nouveau relais de croissance

Kartable ringardise les manuels scolaires

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Philippe Riveron (Learning Tribes): «Les réseaux sociaux seront le point d’accès privilégié pour accéder aux contenus de formation»
Mobilité: Renault, Atos, Dassault, STMicroelectronics et Thales unissent leurs recherches
VTC: Didi Chuxing lève 1,5 milliard de dollars en dette avant son IPO
[Silicon Carne] Faut-il lever pour réussir ?
Nestor
FoodTech: Elior rachète la startup Nestor pour compléter son offre auprès des entreprises
huawei
Loi « anti-Huawei »: les opérateurs pourront finalement réclamer des indemnisations, juge le Conseil d’État
Cooptalis: comment le spécialiste de l’expatriation a adapté son offre pour faire face à la crise