ActualitéAmérique du nordEurope

Pour 100 millions de dollars, Microsoft s’offre Sunrise, la startup de Pierre Valade et Jeremy Le Van

Microsoft vient de faire l’acquisition de l’application de gestion d’agenda Sunrise pour au moins 100 millions de dollars selon différentes sources. Sunrise est une application pour iPhone, iPad, Mac, chrome, et Android qui permet de gérer son agenda que ce dernier soit sous Google Calendar, iCloud ou Microsoft Exchange.

Sunrise a été fondée fin 2012 par le bruxellois Jeremy Le Van et le parisien Pierre Valade, alors designers chez Foursquare à New-York. Les deux entrepreneurs avaient quitté Foursquare pour lancer un service e-mail quotidien, se donnant pour but de créer un calendrier à partir des informations des réseaux sociaux de l’utilisateur.

En savoir plus sur http://frenchweb.fr/la-start-up-franco-belge-sunrise-leve-17-millions-deuros-aupres-de-loic-le-meur-et-dangels-de-renom/118977#Fb2gdi0Cq91Q1sgI.99

Ce rachat intervient à la suite de l’acquisition d’Accompli pour 200 millions de dollars une app de gestion de courrier électronique, récemment rebaptisé Outlook et s’inscrit dans la strategie « Mobile first, mobile everywhere » de Satya Nadella le Président de Microsoft

Sunrise a levé 8,2 millions de dollars auprès de Balderton (6 millions) et d’investisseurs en amorcage notamment Fabrice Grinda, et Loic Lemeur.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pour 100 millions de dollars, Microsoft s’offre Sunrise, la startup de Pierre Valade et Jeremy Le Van
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?