A la uneActualitéBusinessEuropeIndustrie

Progrès numérique: la France perd deux places en Europe

La France perd deux places dans le classement DESI (Digital Economy & Society Index) de la Commission européenne, dont l'objectif est de «mesurer les progrès accomplis par les États membres de l'UE vers une économie et une société numériques». L'Hexagone arrive ainsi à la 16e place cette année, derrière l'Espagne, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, alors que le pays était au 14e rang l'an passé.

Résultat, la France se retrouve avec un indice DESI inférieur à la moyenne des 28 pays membres de l'Union européenne cette année (0,51 contre 0,52). «La France a perdu sa position en termes de connectivité, de capital humain, et de services publics numériques», écrivent les rapporteurs de la DESI.

desi-2016

Plus dans le détail, la France fait donc moins bien que la moyenne de l'UE en matière de connectivité, bien que 71% des ménages français disposent d'une offre de haut débit fixe, selon les données du DESI. En termes de capital humain, si la France a un indice supérieur à la moyenne des pays de l'Union, elle perd toutefois deux places (passant de la 10e à la 12e place). En cause notamment, «seuls 3,5% des personnes employées revendiquent la mention «'spécialiste des nouvelles technologies'»(contre 3,7% pour la moyenne européenne», précise les auteurs.

graph2Elle gagne cependant 3 places en matière d'intégration des technologies numériques (même si elle fait moins bien que la moyenne des pays de l'UE) et en perd deux dans la catégorie des services publics numérique (mais fait mieux que la moyenne de l'UE).

L'UE progresse «trop lentement»

Au final, le champion du progrès numérique pour 2016 est le Danemark. Il est suivi par les Pays-Bas, la Suède et la Finlande qui occupent les quatre premières places du classement. Arrivent ensuite la Belgique, le Royaume-Uni, l'Estonie et l'Irlande. La commission souligne que «si les données publiées aujourd'hui montrent que des améliorations ont été enregistrées, elles révèlent aussi un ralentissement des progrès».

«L'UE progresse, mais trop lentement. Il ne faut pas céder à l’autosatisfaction. Si nous voulons rattraper le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud, il nous faut agir. Nous présenterons, au mois de mai, des recommandations concrètes élaborées sur la base de l'indice publié aujourd'hui, qui permettront aux États membres de l'UE d'améliorer leurs performances nationales», déclare Günther H. Oettinger, commissaire européen pour l'économie et la société numériques.

La commission européenne remarque que la connectivité s'est améliorée dans l'Union européenne, et qu'une couverture totale en haut début devrait être atteinte d'ici à 2020. Elle estime estime cependant qu'il faut travailler aux prochains réseaux, comme la 5G, et qu'elle procédera ainsi à un «réexamen des règles de l'Union relatives aux télécommunications, visant à relever les défis technologiques et commerciaux».

*Voir la méthodologie
Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Progrès numérique: la France perd deux places en Europe
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link