BusinessFonds d'investissementFrenchWeb BusinessInvestissementsLes émissionsStartupTechWe Love Innovation

Quelle est l’ambition de Founders Future, le venture studio de Marc Menasé ?

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Loin de la démesure de Station F et de ses 34 00 mètres carrés, capables d’accueillir 1 000 start-up, Marc Menasé a choisi de poser ses valises près de République pour mettre sur pied sa «Future House». S’étalant sur 300 mètres carrés, ce lieu dédié à l’entrepreneuriat héberge son nouveau projet : Founders Future. Après avoir créé l’agence de marketing digital Nextedia et le groupe de prêt-à-porter masculin Meninvest, l’entrepreneur français a lancé un venture studio, une structure qui combine start-up studio et fonds d’investissement.

Avec un tel projet, Marc Menasé met ainsi à profit son expertise en matière de création d’entreprise et d’investissement, deux sujets qu’il connaît sur le bout des doigts, avec son lot de réussites et de déconvenues. «Le premier ticket de business angel que j’ai investi, c’était en 2004, il y a 15 ans…», se souvient-il. Depuis, il a notamment misé sur Teads, cédé à Altice, et Le Petit Ballon, racheté par Veepee. «Je pense qu’un bon pilote doit avoir des milliers d’heures de vol, et que les heures de vol que j’ai accumulées, avec des choses plus ou moins dures, avec plus ou moins de succès, me permettent d’avoir une vraie valeur ajoutée aux côtés de mes associés», ajoute-t-il. Dans ce contexte, la naissance de Founders Future n’est ni plus ni moins qu’une suite logique pour le «serial» entrepreneur.

Un start-up studio couplé à un fonds de 40 millions d’euros 

Pour bâtir cette structure dans les meilleures conditions, Marc Menasé s’est entouré de noms prestigieux, à l’image des familles Dassault, Rothschild et Afflelou, des investisseurs Thierry Gillier (Zadig & Voltaire) et Michaël Benabou (Veepee), ou encore d’Arkéa. Un soutien qui a permis de réunir 40 millions d’euros pour injecter des tickets compris entre 500 000 et 1 million d’euros dans des start-up prometteuses, comme la FinTech espagnole Bnext qui vient de boucler un tour de table de 22 millions d’euros. 40% des investissements sont concentrés vers la France, 40% vers l’Europe et 20% vers les États-Unis. Mais avec Founders Future, il n’est pas seulement question d’investir dans des entreprises, mais de les accompagner sur le plan opérationnel (produit, équipe et business development) pour les faire décoller, en les épaulant de la phase de pré-amorçage à la série A.

Chaque mois, le venture studio reçoit près de 300 dossiers et rencontre une cinquantaine d’entreprises avant de réaliser un investissement dans l’une d’entre elles. Quant à la partie start-up studio de la structure, elle a d’ores et déjà permis de faire émerger Epycure, une jeune pousse spécialisée dans les vitamines et les compléments alimentaires. Pour l’heure principalement axée sur les secteurs de la FoodTech, de la FinTech ou encore du retail, cette nouvelle fabrique de pépites entend élargir son horizon thématique et géographique au gré des investissements et de l’expérience engrangée. 

Capitaine du navire, Marc Menasé nous a ouvert les portes de sa Future House pour nous présenter Founders Future. Ce venture studio apporte une brique supplémentaire pour l’accompagnement des start-up dans l’écosystème français et européen, aux côtés de structures comme Station F, qui a soufflé sa deuxième bougie en juin dernier, eFounders, le start-up studio franco-belge qui vient d’atteindre la barre du milliard de dollars de valorisation totale pour les 23 start-up initiées par la structure, ou l’accélérateur 21 de la Croix-Rouge.

Founders Future : les données clés

Fondateur : Marc Menasé
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : Tech
Activité : venture studio (start-up studio et fonds d’investissement)

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Quelle est l’ambition de Founders Future, le venture studio de Marc Menasé ?
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
De quoi le télétravail est-il la fin?