ActualitéBusinessTech

Qu’est-ce que l’Entrepreneur Office ?

Interview de Cédric Genet, co-fondateur de Carat Capital

Après les family offices, voici l’Entrepreneur Office. Derrière ce nom, créé par le cabinet de gestion de patrimoine Carat Capital, se cache un service à destination d’une nouvelle génération d’entrepreneurs qui sont à l’origine d’un patrimoine d’un nouveau genre, avec des attentes très éloignées de celles des grandes fortunes familiales historiques françaises. Avec l’Entrepreneur Office, l’idée est ainsi de les aider à construire un patrimoine durable, sous le prisme de la croissance et de la fibre entrepreneuriale.

Évidemment, des entrepreneurs tournés vers l’investissement et le patrimoine, ce n’est pas nouveau. Dans la Tech, on les appelle communément les «business angels». Et en France, il n’en manque pas, à l’image de Xavier Niel, Pierre Kosciusko-Morizet, Olivier Mathiot, Francis Nappez, Thibaud Elzière, Marc Menasé ou encore Marc Simoncini. Mais avec l’Entrepreneur Office, l’idée est d’aller encore un cran plus loin. «L’une des forces de l’Entrepreneur Office de Carat Capital, c’est sa capacité à mettre en relation toute sa communauté d’entrepreneurs : clients, dirigeants de sociétés dans laquelle ses clients ont investi, directeurs de fonds d’investissement, parfois très impliqués dans la French Tech, France Digitale, le Galion, Croissance Plus…», indique Cédric Genet, co-fondateur de Carat Capital.

Écoutez notre échange avec Cédric Genet pour comprendre ce qu’est un Entrepreneur Office :

«Ces nouveaux entrepreneurs veulent faire les bons investissements qui ont du sens»

A la différence des family offices, qui préfèrent faire fructifier leurs placements sur plusieurs générations, les entrepreneurs sont davantage tournés vers la prise de risque, avec le souhait d’une force de frappe rapide et efficace. «Ces nouveaux entrepreneurs ne souhaitent pas obligatoirement léguer toute leur fortune à leurs descendants mais veulent faire les bons investissements qui ont du sens, avec une notion forte du risque et un besoin de réactivité», explique Carat Capital. Pour autant, «ils ont besoin de beaucoup de sécurité sur la gestion de leur patrimoine personnel, parce que gérer une entreprise c’est de la prise de risque au quotidien», précise le cabinet. D’où l’intérêt de se rapprocher d’une structure comme Carat Capital : «Ils sont en attente d’une vraie relation de proximité avec leur conseiller, ils souhaitent être déchargés du stress et de la gestion opérationnelle de leur patrimoine, d’être pris en mains sur les sujets juridiques, financiers, sociaux, fiscaux, immobiliers, avec une approche professionnelle qui permette de concilier l’impact de leur entreprise sur leur patrimoine privé. Ils attendent des aides à la décision, plus que des propositions.»

Avec un tel accompagnement, les entrepreneurs peuvent alors opérer des choix d’investissement avec plus de sérénité. Parmi les secteurs qui retiennent le plus leur attention, l’éducation, l’environnement et la santé ont le vent en poupe, tandis qu’ils s’intéressent également à des formats d’investissement alternatifs comme les cryptomonnaies. Et si les entrepreneurs, par nature, aiment réinvestir leur argent dans de nouvelles start-up, de manière à rendre à l’écosystème ce qu’il leur a apporté, certains développent une approche plus large, voire même philanthropique, pour réaliser des investissements dans des thématiques à impact comme la lutte contre le réchauffement climatique et les inégalités sociales. En pleine crise du coronavirus, et alors que la France devient le berceau de plus en plus de licornes, l’Entrepreneur Office a de beaux jours devant lui.

Bouton retour en haut de la page
Qu’est-ce que l’Entrepreneur Office ?
Porté par le cloud et l’e-commerce, Amazon dégage 7,8 milliards de dollars de bénéfice mais déçoit le marché
Avec Flag Systèmes, le Futuroscope va connaître son plus grand développement depuis sa création
VTC: Didi Chuxing dément les rumeurs d’une sortie de la Bourse de New York
samsung
Smartphones: les pénuries de composants électroniques pénalisent les ventes
ERP : Odoo, nouvelle licorne belge après une levée de 180 millions d’euros
E-commerce, cryptomonnaies, livraison… : Pékin serre la vis à des secteurs en plein essor