A la uneActualitéAmérique du nordHealthcare

Sense.ly lève 8 millions de dollars pour développer «Molly», une infirmière virtuelle

Sense.ly, une start-up californienne qui a développé un assistant virtuel pour les patients, a réalisé une levée de fonds de 8 millions de dollars en série B auprès de Chengwei Capital, un fonds basé à Shanghaï. Créée en 2013, elle avait été incubé par l’opérateur Orange, avant de devenir indépendante la même année. Les investisseurs secondaires sont Fenox Venture Capital, Bioved Ventures, Mayo Clinic et le fonds the Stanford StarX.

La société a élaboré un assistant virtuel basé sur la reconnaissance vocale et gestuelle pour répondre aux patients atteints diabète, de problèmes cardiaques ou de maladies mentales. Sur mobile ou tablette, ils échangent avec «Molly», une infirmière, similaire aux systèmes tels Siri, Viv, Google Assitant. Les infirmières virtuelles apparaissent sous différents avatars et langues. «Nous avons un avatar qui répond comme une vraie personne, avec empathie», affirme Adam Odessky, CEO.

Avec ce tour de table, Sense.ly compte étendre les profils pris en charge et atteindre «une adoption de masse», annonce Adam Odessky au site MobiHealthNews. Elle a aussi l’intention d’accélérer sur sa technologie d’intelligence artificielle.

Sense.ly : les données clés

Fondateur: Adam Odessky, Ivana Schnur

Siège: San Francisco

Date de création: 2013

Levées de fonds: 1,25 million de dollars (2014), 2,2 millions de dollars (2015)

 

Bouton retour en haut de la page
Sense.ly lève 8 millions de dollars pour développer «Molly», une infirmière virtuelle
[SEED] Retail : askR.ai lève 1,5 million d’euros pour déployer son coach virtuel en France
[SEED] Osol lève 3 millions d’euros auprès de Christophe Courtin (FLEX-O) et Romain Afflelou (Cosmo)
Amazon Prime, le pari risqué mais réussi de Jeff Bezos
PrestaShop tombe dans le giron du groupe italien MBE Worldwide
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte