A la uneActualitéAmérique du nordHealthcare

Sense.ly lève 8 millions de dollars pour développer «Molly», une infirmière virtuelle

Sense.ly, une start-up californienne qui a développé un assistant virtuel pour les patients, a réalisé une levée de fonds de 8 millions de dollars en série B auprès de Chengwei Capital, un fonds basé à Shanghaï. Créée en 2013, elle avait été incubé par l’opérateur Orange, avant de devenir indépendante la même année. Les investisseurs secondaires sont Fenox Venture Capital, Bioved Ventures, Mayo Clinic et le fonds the Stanford StarX.

La société a élaboré un assistant virtuel basé sur la reconnaissance vocale et gestuelle pour répondre aux patients atteints diabète, de problèmes cardiaques ou de maladies mentales. Sur mobile ou tablette, ils échangent avec «Molly», une infirmière, similaire aux systèmes tels Siri, Viv, Google Assitant. Les infirmières virtuelles apparaissent sous différents avatars et langues. «Nous avons un avatar qui répond comme une vraie personne, avec empathie», affirme Adam Odessky, CEO.

Avec ce tour de table, Sense.ly compte étendre les profils pris en charge et atteindre «une adoption de masse», annonce Adam Odessky au site MobiHealthNews. Elle a aussi l’intention d’accélérer sur sa technologie d’intelligence artificielle.

Sense.ly : les données clés

Fondateur: Adam Odessky, Ivana Schnur

Siège: San Francisco

Date de création: 2013

Levées de fonds: 1,25 million de dollars (2014), 2,2 millions de dollars (2015)

 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Sense.ly lève 8 millions de dollars pour développer «Molly», une infirmière virtuelle
Pourquoi la 5G enflamme tant les débats?
Le PDG de Spotify s’engage à investir 1 milliard d’euros dans les DeepTech européennes
Pour le lancement d’une innovation numérique, faut-il opter pour un effet d’annonce?
Covid-19: des grandes écoles tentent le campus virtuel
Apple: les éditeurs de presse dénoncent une commission « excessive » sur l’App Store
Après Google et Microsoft, Amazon lance son service de jeux vidéo à la demande