ActualitéStartup

[Start-up de la semaine] Seedbees, le réseau social de la vente à domicile

Proposer un nouveau mode de vente à domicile, grâce à un catalogue de nouveautés à commander ou à distribuer, c’est le concept de Seedbees, un réseau social en accès gratuit. Plus de 20 marques ont déjà souscrit et affiche leur catalogue de produits, essentiellement dans le domaine de la maison, de la cuisine, et de la puériculture.
Le vendeur, en statut de vendeur indépendant, touche une commission sur les ventes : entre 10 et 25% selon la marge disponible du produit. Le business modèle de Seedbees fonctionne sur en mode freemium.

La vente à domicile est à 85% féminine et plutôt provinciale. Le réseau social, créé en avril 2011, veut inverser la tendance, élargir la communauté urbaine, et, pourquoi pas, être une véritable opportunité pour les particuliers, en période de crise de surcroît. Seedbees fonctionne pour l’heure en fonds propres et a déjà levé deux fois en love money.

Entretien avec Alexandre Vannier, co-fondateur de Seedbees

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Très intéressant. Je vais les contacter car mon produit correspond, je pense, à leurs critères : le vêtement en kit, prêt à coudre, est qualitatif, innovant, et à besoin d’être démontré.
    Merci à Frenchweb de me l’avoir fait connaître.
    N Gosselin pour les fées

Bouton retour en haut de la page
[Start-up de la semaine] Seedbees, le réseau social de la vente à domicile
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?