ActualitéAsie

Temasek et Trustbridge songent à mettre la main sur les activités de WeWork en Chine

Temasek Holdings, un des fonds souverains de Singapour, et la société de capital-investissement basée à Shanghai Trustbridge Partners se seraient entretenus avec WeWork China afin d’augmenter leur participation dans la branche chinoise de la start-up de coworking pour atteindre une participation majoritaire combinée, d’après Reuters.

WeWork China valorisée à 1 milliard de dollars

L’offre évaluerait WeWork China à environ 1 milliard de dollars. La proposition aurait été effectuée, fin 2019, auprès de la principale partie prenante, SoftBank Group Corp. Ce nouvel accord donnant à Temasek et Trustbridge une participation majoritaire impliquerait alors une baisse de la valorisation de WeWork China mais pourrait alléger considérablement la charge financière pesant sur WeWork et SoftBank.

En effet, la partie chinoise de WeWork était encore valorisée à environ 5 milliards de dollars en juillet 2018 lorsqu’elle a levé 500 millions de dollars. Il s’agissait de son second tour de table car l’entreprise avait d’ores et déjà levé 500 millions de dollars en 2017. Actuellement WeWork détient 59% du capital de WeWork China. Le reste étant détenu par d’autres investisseurs tels que SoftBank et Trustbridge. 

Une période difficile pour WeWork

Le groupe WeWork subit une vaste restructuration depuis plusieurs mois avec le départ de son fondateur Adam Neumann et la suppression de 20% de ses effectifs dû à de grandes difficultés financières avec une entrée en bourse avortée. L’entreprise a été sauvée par SoftBank qui y a injecté 9,5 milliards de dollars. 

Laetitia Lienhard

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
WeWork
Temasek et Trustbridge songent à mettre la main sur les activités de WeWork en Chine
GameStop annonce le départ de son directeur général, l’action flambe en Bourse
Zoom lance un fonds de 100 millions de dollars pour les développeurs d’applications
Cryptomonnaies: alors que le marché s’envole, le Royaume-Uni travaille sur sa propre monnaie numérique
Starling Bank
La FinTech britannique Starling Bank lève 50 millions de livres auprès de Goldman Sachs
[Webinar] Comment ManoMano utilise l’analyse de produit pour croître et pour fidéliser ses clients
Jeux vidéo: avec « Hadès », le studio indépendant Supergiant séduit joueurs et développeurs