Decode BusinessIntelligence ArtificielleTechTVWe Love Innovation

[We Love Innovation] Snips s’affranchit du cloud pour défier les assistants vocaux des GAFA

Écrit par Maxence Fabrion et réalisé par Joseph Postec

Depuis les révélations d’Edward Snowden, l’entrée en application du RGPD et les scandales à répétition touchant les GAFA, Facebook en tête, la protection de la vie privée de chacun n’a jamais été d’autant d’actualité. Dans ce contexte, l’essor des enceintes connectées qui invitent Amazon, Google et consorts directement dans le domicile des consommateurs fait craindre la mise en place d’un système permettant à ces multinationales de tout connaître de votre intimité. 

Ces craintes sont justifiées dans la mesure où plusieurs utilisateurs ont vu leur assistant vocal s’immiscer un peu trop dans leur vie privée, en enregistrant leurs conversations à leur insu avant de les envoyer sur des serveurs cloud. C’est justement ce point qui a éveillé l’intérêt de Snips, start-up française lancée par Rand Hindi, spécialiste de l’intelligence artificielle.

8 milliards d’assistants vocaux dans le monde en 2023

Après s’être intéressée au marché des assistants intelligents sur mobile, la société a pris un nouveau départ en 2017 pour se concentrer sur les assistants vocaux et les objets connectés. En quête d’un nouveau paradigme dans ce secteur, la société a choisi de se tourner vers le marché B2B pour permettre aux entreprises de créer en marque blanche leurs propres assistants vocaux.

Pour financer ses ambitions en la matière, la start-up a bouclé un tour de table de 12 millions d’euros. S’appuyant sur ce financement et une équipe, composée essentiellement de chercheurs, Snips a fini par proposer un service «private by design», complètement embarqué et non dans le cloud, pour respecter la vie privée des utilisateurs. L’enjeu est de taille puisque le cabinet Juniper Research estime que 8 milliards d’assistants vocaux seront utilisés dans le monde à l’horizon 2023, contre 2,5 milliards fin 2018.

Decode Media est parti à la rencontre de Rand Hindi et de Joseph Dureau, respectivement CEO et CTO de Snips, pour décoder l’approche de la start-up française visant à proposer un modèle différent d’Alexa (Amazon), de Cortana (Microsoft) ou encore de Google Assistant sur le marché des assistants vocaux…

Snips : les données clés

Fondateurs : Rand Hindi, Michael Fester et Maël Primet
Création : 2013
Siège social : Paris
Activité : technologie de reconnaissance vocale embarquée dans les objets connectés
Effectifs : 80 collaborateurs


We Love Innovation vise à fédérer les acteurs de l’innovation à impact. Chaque semaine, retrouvez les dernières tendances et meilleures pratiques au travers de reportages vidéo, podcasts et interviews de ceux qui changent le monde.

Si vous souhaitez participer à We Love Innovation, n’hésitez pas à nous contacter.

Devenez partenaire de We Love Innovation

«Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de votre demande d’information sur FrenchWeb / Le Journal des RH par DECODE MEDIA SAS. Le destinataire des données est DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.»
 

We Love Innovation est une marque déposée par Decode Media.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[We Love Innovation] Snips s’affranchit du cloud pour défier les assistants vocaux des GAFA
Qui est Databricks, licorne américaine qui a levé 650 millions de dollars en 2019 ?
Snapchat
Snap peut-il monétiser sa base d’utilisateurs croissante sans devenir invasif?
[FW500] Lancée par eFounders, la startup Upflow veut mettre fin aux impayés des entreprises B2B
La startup Ibat se positionne sur la transformation digitale du BTP avec une levée de 2,4 millions d’euros
Louis Pouzin, pionnier français du web en croisade pour « un autre internet »
Smaaart, startup spécialiste des smartphones reconditionnés, réunit 4 millions d’euros
Copy link