ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTechTransport

Zego passe au rang de licorne et accélère sur le marché européen de l’AssurTech

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Pour les chauffeurs de VTC, livreurs de repas et autres acteurs de la gig economy, contracter une assurance peut s’avérer très difficile à cause de la dimension incertaine de l’emploi ou encore de l’irrégularité des jours de travail. Pourtant, la demande en matière de livraisons de repas notamment a explosé depuis le début de la crise sanitaire. C’est dans ce contexte que l’AssurTech britannique Zego, qui s’adresse aux professionnels de la gig economy, vient de boucler une levée de 150 millions de dollars en série C auprès de DST Global, avec la participation de nouveaux investisseurs tel que General Catalyst, et les actionnaires historiques Transferwise, Taavet Hinrikus, Target Global, Balderton Capital ou encore Latitude. 

Il s’agit de la plus importante levée de fonds jamais réalisée par une startup britannique dans ce secteur. Cette opération porter par ailleurs la valorisation de Zego à 1,1 milliard de dollars, qui atteint ainsi le rang de licorne, la seule au Royaume-Uni dans l’AssurTech. Depuis son lancement en 2016, Zego a ainsi levé plus de 200 millions de dollars.

De nouveaux marchés européens dans le viseur

La startup londonienne, fondée sous l’impulsion de deux anciens employés de Deliveroo, Sten Sarre et Harry Franks, propose des contrats flexibles d’assurance commerciale, que ce soit à la minute ou à l’année, pour les entreprises et professionnels de la gig economy. La facturation est faite par rapport à des données d’utilisation sur les véhicules des assurés. Son modèle a rencontré un certain succès puisque Zego a délivré plus de 17 millions de polices d’assurance et a assuré plus de 200 000 véhicules dans cinq pays. Il revendique aujourd’hui un revenu annualisé dépassant les 100 millions de dollars.

«Au cours des cinq années qui se sont écoulées depuis la création de Zego, nous avons accompagné des centaines de milliers d’entreprises à travers l’Europe, qu’il s’agisse de conducteurs indépendants, ou de flottes entières de véhicules. Ce n’est qu’un début et nous comptons bien accélérer notre développement dans les années à venir», déclare Sten Saar, PDG et co-fondateur de Zego. En effet, cette levée de fonds intervient peu après la dernière acquisition de Zego, la startup Drivit, qui lui permet de développer son offre «flotte automobile».

L’AssurTech ambition désormais se développer sur de nouveaux marchés européens et à l’international, ainsi que de doubler ses effectifs et d’atteindre plus de 500 collaborateurs d’ici la fin de l’année. Pour Joel Cutler, fondateur et directeur général de General Catalyst Partners, Zego fait partie des startups «les plus passionnantes et dynamiques du marché». «Elle a bien compris et anticipé les changements de modes de consommation au sein de notre société : du passage de la propriété à un modèle tourné vers l’usage et le partage de nouveaux modes de mobilités. Ces mutations représentent une immense opportunité pour le marché de l’assurance.»

Zego: les données clés

Fondateurs: Harry Franks, Sten Saar et Stuart Kelly
Création: 2016
Siège social: Londres
Activité: couvertures d’assurances professionnelles flexibles


Financement: 150 millions de dollars en série C auprès de DST Global, avec la participation de nouveaux investisseurs tel que General Catalyst, et les actionnaires historiques Transferwise, Taavet Hinrikus, Target Global, Balderton Capital ou encore Latitude.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
zego
Zego passe au rang de licorne et accélère sur le marché européen de l’AssurTech
Comment Diggers Factory aide les artistes à capitaliser sur le renouveau du vinyle
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale