Laurence FaguerLes Experts

5 plateformes émergentes à suivre en 2021

Par Laurence Faguer, experte retail et BeautyTech

 

Ce que vous allez découvrir

Le calibre des speakers accueillis ce jour dans la Room est exceptionnel:

Agustina Sartori, fondatrice et CEO de GlamST, rachetée par Ulta Beauty, l’enseigne de produits de beauté leader aux États-Unis, où Agustina est désormais Director AR Innovation.

Zack Parker, multi-entrepreneur, CEO et co-fondateur de LÜK Network, qui rationalise l’ensemble du processus de « booking » pour rendre la réservation de talents professionnels plus rapide et plus efficace. (Lire son interview).

Également Nikki Dominguez, co-fondatrice et COO de HANDSOME, Devon Bergman, co-fondateur et CEO de Social Standard, Carl Stenmark, partenaire chez VMG Partners, et d’autres fondateurs et VCs, des personnes passionnées avec lesquelles penser positivement.

Nikki Dominguez – Founder & COO – HANDSOME, San Francisco

HANDSOME est une appli de networking professionnel pour le secteur de la beauté, une plateforme technologique BtoB où les professionnels des instituts de beauté peuvent obtenir des conseils sur leur carrière, des formations et des offres d’emploi. Nikki, elle-même hairstylist depuis onze ans, a constaté le besoin d’une plateforme pour faire progresser les carrières. 3 ans plus tard, HANDSOME a clôturé un premier tour de table.
Nikki est la co-directrice du chapitre de FAB à Austin.

Zack Parker, CEO et co-fondateur de LÜK Network

LÜK est une place de marché de talents basée à Los Angeles dédiée à l’industrie de la publicité (mode, beauté, commerce, etc.) qui réalise 64 milliards de dollars de réservations par an. LÜK a réuni les meilleures agences de talents en un seul lieu afin que les clients puissent facilement réserver des mannequins, photographes, stylistes, coiffeurs et maquilleurs pour des séances photo ou vidéo. Pensez à Expedia ou à Booking.com, mais pour les talents. Lancé il y a quatre ans, LÜK Network a levé 10 millions de dollars.

Avant de demander une mise en relation, demandez-vous d’abord « Que puis-je faire pour cette personne avec laquelle je veux être en contact? »

Zack Parker : «Odile Roujol sait de quoi elle parle en tant qu’advisor pour les entreprises en phase de démarrage ! Elle a compris très tôt que les marques auraient besoin de plus en plus de vidéos, donc de réserver plus de talents.»

À propos des demandes de mises en relation

Zack Parker : On me demande souvent : « Oh, Odile Roujol a l’air si connectée, si intelligente, comment puis-je entrer en relation avec elle ? » Et ma réponse est toujours la même : lorsque vous êtes dans cette situation, demandez-vous d’abord « Que puis-je faire pour cette personne ? »

Zack a lui-même essayé d’aider Odile, lorsqu’elle était à San Francisco et qu’ils ne se connaissaient pas bien, en lui mentionnant des entreprises de vente directe aux consommateurs. C’est ainsi qu’ils sont devenus amis et que Odile est maintenant un investisseur de LÜK.

 Agustina Sartori, Fondatrice et CEO de GlamST / Director AR Innovation A chez Ulta Beauty

GlamST développe une technologie de réalité augmentée pour la beauté. Agustina Sartori, originaire d’Uruguay, est la fondatrice de GlamST. GlamST développe des solutions personnalisées pour les détaillants et les marques en utilisant la réalité augmentée, l’intelligence artificielle et le machine learning, permettant aux utilisateurs d’essayer le maquillage virtuellement sur le mobile, le web et en magasin. Il y a deux ans, Ulta Beauty a racheté sa société. Augustina est désormais directrice de l’innovation en RA chez Ulta Beauty. Elle est basée à San Francisco.

Comment le Covid vous a-t-il affecté ?

Agustina Sartori: « Chez Ulta, nous avons dû fermer de nombreux magasins. De mon point de vue et de celui de mon équipe, c’était un défi – et une expérience intéressante ! – réfléchir à la manière de réinventer notre travail. Ce fut aussi une période où nous devions collaborer avec les conseillères beauté qui devaient rester à la maison pour accélérer la réalité virtuelle chez Ulta. Nous devions combiner différentes expériences et vraiment relier les technologies avec les conseillères beauté, et à un moment donné avec une dimension humaine pour qu’elles puissent se familiariser avec nos outils afin d’accélérer le tout chez Ulta ».

Quand vous créez une rupture de marché et que l’on vous dit « cela ne marchera pas »:

Trouvez les champions, qu’il s’agisse de clients ou de personnes, prêtes à prendre des risques avec notre startup.

Avez-vous connu des moments de « mauvais jours » à l’époque où vous avez démarré votre entreprise?

Agustina Sartori : « L’un des moments les plus difficiles, pour moi, a été quand j’ai déménagé aux États-Unis et que j’ai commencé à comprendre ce que la beauté signifie aux États-Unis. C’était très difficile pour moi de trouver des gens qui croient, dans cet espace, au lien entre la beauté et la technologie. Maintenant, c’est plus courant, et Odile, vous êtes l’une des rares personnes à soutenir la beauté et la technologie, mais à cette époque, il était difficile de trouver des gens qui voient la valeur de la beauté et de la technologie. Et je pense que cela se produit pour chaque nouvel espace : comment pouvez-vous montrer la valeur de ce que vous faites quand quelque chose est nouveau et qu’il n’y a pas beaucoup de choses qui existent ?

Il y a beaucoup de déceptions, c’est sûr. La réponse : trouver les champions, qu’il s’agisse de clients ou de personnes prêtes à prendre des risques avec notre startup. C’était un défi pour moi, qui venais d’un autre pays.

Depuis la première itération jusqu’à l’acquisition de ULTA Beauty?

Augustina Sartori : J’ai créé la société il y a 8 ans, très en avance sur les sujets de l’IA et de l’AR. Nous avons donc commencé par les boutiques et les kiosques, puis un widget, le web et un SDK pour une application. Nous étions dans 10 pays avec différents détaillants, mais les consommateurs ne l’utilisaient pas. La question à se poser : comment utilisent-ils votre technologie ? Regardez les métriques pour voir comment vos clients utilisent la technologie. Lorsque nous l’avons lancé sous la forme d’un widget sur le site web, ils l’utilisent beaucoup plus, et les gens reviennent. Gardez donc les chiffres à portée de main, cela vous aidera à définir votre feuille de route et la prochaine itération. Restez proche des besoins des consommateurs et déterminez ce qui leur pose problème dans leur vie, cela vous aidera à définir les prochaines fonctionnalités à développer. Il y a probablement des besoins que vous pouvez résoudre avec la technologie.

Zack Parker : J’aime toujours parler à Augustina. La création d’une entreprise est très difficile pour tout le monde, elle l’a été pour moi. J’ai lancé trois entreprises aux États-Unis. Quand je vois quelqu’un comme Augustina, qui vient d’Uruguay, en tant que femme, qui navigue dans l’écosystème et qui est capable de lever des fonds auprès d’investisseurs de premier plan, je me dis que c’est une chose tellement importante dont je peux m’emparer, et dont tout le monde peut s’emparer : il faut juste garder la tête haute et foncer. C’est très inspirant quand je vois une entreprise comme celle-là se battre contre tous les obstacles, capable de lever des fonds auprès de tels investisseurs. Je pense que c’est très inspirant.

Kate Doerksen – CEO et co-fondatrice – Ditto, Oakland, Californie

Kate Doerksen : J’ai créé Ditto il y a dix ans. Ditto est la principale plateforme technologique de recommandation de lunettes et d’essayage virtuel pour les détaillants et les marques avant-gardistes. Ditto rend les lunettes accessibles et personnalisées et change fondamentalement la façon dont elles sont achetées et vendues dans le monde pour plus de 60 millions de clients chaque année.

J’ai beaucoup de chance qu’Odile fasse partie de notre conseil d’administration, car il y a beaucoup de similitudes entre le secteur de la beauté et celui des lunettes. Ils sont très axés sur les marques.

La société de Zack est un de nos fournisseurs. Nous utilisons LUK Network pour trouver des modèles, car nos clients recherchent souvent des modèles à mettre sur leurs sites web pour montrer la réalité augmentée.
Le parcours « Jusqu’à présent, ce fut un sacré parcours entrepreneurial [….], mais je pense que je suis née pour être entrepreneur. Je suis tellement fière de ce que nous avons construit, tant au niveau de nos produits que de notre culture. Nous avons pour mission de rendre les lunettes accessibles et personnalisées ».

De quelle manière la crise du Covid vous a-t-elle affectée ?

La crise sanitaire a été vraiment stimulante. Nous avons 2 parties de l’entreprise : le site eCom, qui a bien marché comme vous pouvez l’imaginer. La pandémie a fortement poussé le commerce en ligne. L’autre partie de notre activité était la technologie avec les tablettes en magasin. Cette activité était en baisse alors que le e-commerce était en hausse. Nous avons procédé à un grand licenciement l’année dernière, qui a été pour moi la pire des situations dans ce travail. Une décision très difficile. Et le secteur a été lent. Nous avons travaillé dur, en attendant que le marché bouge. Il semble que rien ne soit facile.

Les licenciements en tant que CEO.

«Nous avons environ 70 employés, j’ai une relation avec chaque personne que nous avons embauchée. Beaucoup de personnes que nous avons dû laisser partir au chômage n’avaient rien fait de mal. Et certains des postes que nous avons supprimés, moins dans le domaine de la technologie et plus dans celui du marketing, tendent à être occupés par des femmes et des minorités. C’est horrible, compte tenu des valeurs que nous avions dans l’entreprise. Je sais ce que cela signifie pour la plupart de nos employés et leur famille. Le lien d’amitié a rendu les choses encore plus difficiles. Nous avons travaillé très dur pour construire plus de diversité et nous avons perdu certains d’entre eux dans le licenciement».

Cap Table : Avez-vous des conseils à donner et des leçons à tirer de ce que vous feriez ou ne feriez pas à nouveau ? « Ne prenez pas cinquante de vos amis et de votre famille autour de la table de cap ».

Nidhima Kohli – CEO Beauty Matching Engine / CEO My Beauty Matches

Fondatrice de 2 DTC L’un en BtoB, un site de comparaison de prix appelé My Beauty Matches, et l’autre en BtoB, Beauty Matching Engine (BME), qui vend des technologies de recommandations de produits de type amazon à des entreprises de beauté (Douglas, Sephora, By Terry…).

Beauty Matching Engine™ est l’une des rares sociétés BeautyTech choisies au niveau mondial par L’Oréal pour participer à son programme d’innovation (L’Oréal Open Innovation) à Paris à la Station F (L’Oréal Accelerator). Beauty Matching Engine™ a été choisi pour sa solution innovante en tant que seule entreprise au monde à personnaliser l’ensemble du parcours client alimenté par les données des concurrents et de la beauté pour accélérer les ventes & l’innovation client en ligne, en magasin et par email.

De quelle manière la crise du Covid vous a-t-elle affectée ?

Négatif

  • La levée de fonds pendant le Covid est vraiment difficile et nous y travaillons toujours. Nous étions censés lancer le produit avec des marques, nous avons retardé le lancement.

Positif

  • Notre solution n’a jamais été aussi indispensable qu’aujourd’hui, avec des détaillants, des marques ou des pharmacies qui « cartonnent » avec nos mesures. Lorsque je vais rencontrer des investisseurs, je peux être un peu plus exigeante que je ne l’étais, donc c’est bien.

Devon Bergman, co-fondateur et CEO de Social Standards

Nous sommes l’équivalent d’un Nielsen, mais pour le Social.

À propos de Social Standards

Social Standards est une plateforme d’analyse comparative des marchés qui transforme les données sociales en informations stratégiques sur les consommateurs pour permettre une analyse comparative et relationnelle.

« Nous sommes l’équivalent d’un Nielsen, mais pour le social. Les données des normes sociales permettent de découvrir et d’identifier les tendances, les menaces émergentes et les opportunités d’espace blanc pour l’adaptation au marché, la différenciation concurrentielle et les stratégies de croissance. Tout cela grâce à la voix authentique du consommateur ».

Conseils aux startups

J’ai rencontré beaucoup d’investisseurs, j’avais l’impression d’être un politicien dans un bus ! Restez fidèle à votre vision, faites ce que vous êtes censé faire.

De quelle manière la crise du Covid vous a-t-elle affectée ?

Négatif 

  • Comme tout le monde, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Nous avons supprimé environ 20% de notre personnel, principalement dans les ventes et le marketing […] C’est horrible.

Positif 

  • Les entreprises ont toujours besoin d’informations et d’analyses, d’essayer des choses différentes et de ne pas utiliser les enquêtes habituelles. Ainsi, pour nous, l’activité a connu une croissance assez importante pendant Covid. Mais encore une fois, nous avons dû faire le choix que nous avons fait très tôt, pour protéger l’entreprise, protéger la trésorerie. Et nous sommes maintenant sur le point de reconstruire cela, différemment, cela nous donne la chance de réinitialiser, de penser le noyau et ensuite de mettre à l’échelle les pièces qui fonctionnent vraiment.

Odile : Écoutez Devon. Il a été le premier à parler du cannabis dans les boissons gazeuses il y a deux ans!

Question de Kristie (Hair Stylist App)

À propos de la Table de capitalisation pour une startup : Comment réussir à faire entrer des investisseurs féminins ? Elles ne prennent pas souvent ce type de risque.

Nikki : Tout d’abord, il faut se développer de manière organique, gagner votre audience, gagner les professionnels sur votre plateforme, en se concentrant sur vos KPIs. Ce n’est pas facile, mais il est préférable de se concentrer sur vos clients avant d’attirer l’attention des VC.

Zack Parker: Il n’y a pas de raccourci. C’est assez compliqué au stade initial, avec le tour de table des amis et de la famille, le tour de table de pré-amorçage. Ce n’est pas toujours ce que vous lisez dans TechCrunch quand quelqu’un arrive avec un chèque de 500 000 $, puis quelqu’un suit avec un chèque de 250 000 $… Ce n’est généralement pas aussi limpide, c’est plus avec des chèques de 10, 25, 50 000 $ de la famille, des amis.

Kate : Je veux toujours des investisseurs professionnels – pas de personnes qui ont besoin d’être formées.

Carl Stenmark VMG Partners 

À propos de VMG Partners

Investissements thèmes : Consumer and Commerce enablement – Serie A, Serie B Launched recently VMC Catalyst.

« Nous investissons dans les entreprises qui permettent de prospérer dans le monde numérique d’aujourd’hui, et qui veulent aller encore plus loin dans leur activité. Les entreprises avec lesquelles nous nous associons sont dirigées par des fondateurs et gérées par des personnes passionnées – des personnes que j’apprécie et respecte sincèrement. Il y a aujourd’hui un besoin massif de progrès dans le commerce. Nous pensons que les meilleures marques se distinguent parce qu’elles sont alimentées par la meilleure technologie. Les outils utilisés par les consommateurs et les retailers évoluent rapidement. C’est un secteur intéressant à l’heure actuelle ».

Que conseille-t-il à propos de la Table de capitalisation : « Essayer de garder une table de cap propre, vous ne voulez pas perdre de temps, sauf si vous pouvez trouver des amis et de la famille avec de plus gros chèques ».

Pour aller plus loin:

Vous souhaitez prolonger la conversation et rencontrer d’autres entrepreneurs aussi inspirants? Inscrivez-vous à la Newsletter de la communauté  Beautytech , créée par Odile Roujol (ex CEO Lancôme), fondatrice à Los Angeles de  Fab Co-Creation Studio Ventures)  La communauté est à découvrir en vidéo .

Inscrivez-vous à la Newsletter pour connaître la date des prochains évènements 2021.

L’experte:

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse « go-between » France et USA, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S.

Laurence est l’une des expertes retail et beautytech de FrenchWeb, vous pouvez régulièrement retrouver ses analyses, et interview sur Decode Retail.

Laurence Faguer

I’m a proud Expert Retail for FrenchWeb / DECODE MEDIAAs Business Strategist, I’m helping smart companies connect to the best tech solutions I identify in person in the U.S., to generate sales using the data that they already own. Let’s talk!
Bouton retour en haut de la page
5 plateformes émergentes à suivre en 2021
Transformation digitale: pourquoi l’expérience collaborateur n’est pas au niveau de l’expérience client?
Le chatbot médical: avancée ou danger?
Comment le management formel tue les organisations
Comment la data aide à désiloter une entreprise?
De quoi le télétravail est-il la fin?
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH