/ Brand ContentBusinessTech

A quoi doit ressembler un ERP en 2021 ?

[Contenu réalisé en partenariat avec Cegid]

Pour les entreprises, 2020 a été l’année des évolutions. La crise du coronavirus a en effet engendré son lot de défis et modifié en profondeur la façon de travailler des organisations. Mais si l’année passée, tout devait se faire dans l’urgence pour s’adapter à une situation inédite, la donne est différente en 2021.

L’année en cours doit être celle de l’innovation pour permettre non seulement aux entreprises de se relever de cette crise sans précédent, mais surtout pour anticiper les mutations à venir afin d’avoir une longueur d’avance sur la concurrence. Et sans surprise, c’est la refonte du système d’information qui doit être au cœur des priorités des entreprises pour développer un modèle vertueux sur le long terme.

L’expérience collaborateur doit s’inspirer de l’expérience utilisateur

On dit toujours d’une entreprise qu’elle doit être flexible pour embrasser la révolution numérique et être en harmonie avec son époque. C’est exactement la même chose pour un ERP. Pour qu’un ERP soit flexible, il faut qu’il soit intuitif. Cela passe notamment par l’optimisation des interfaces. Et dans ce cadre, l’expérience collaborateur doit s’inspirer de l’expérience utilisateur.

En effet, pourquoi les clients devraient être les seuls bénéficiaires d’interfaces et de parcours simples d’usage quand les collaborateurs doivent lutter avec pléthore d’outils différents et archaïques qui compliquent la circulation de l’information, et donc l’avancement de leurs tâches. Si l’UX est concluante avec les clients, la dupliquer en l’adaptant aux besoins des employés ne peut être que salvateur. Proposer une expérience collaborateur aussi aboutie que l’expérience utilisateur, c’est faire un grand pas dans la bonne direction.

Un ERP flexible est un ERP qui évolue en permanence

Pour mettre sur orbite un ERP flexible, ou agile selon la formule consacrée dans l’univers des start-up, il faut celui-ci soit ouvert, composable et interconnecté. Autrement dit, il doit permettre d’ajouter sans cesse de nouvelles briques pour répondre aux nouveaux enjeux de l’entreprise. Il ne faut pas oublier en effet que l’objectif principal d’un ERP, c’est de se substituer à une armada de logiciels pour rendre le système d’information plus homogène. Dans ce cadre, la solution doit donc être pensée pour faciliter l’intégration d’applications externes complémentaires, de manière à créer un système d’information à la carte qui soit capable d’évoluer en fonction des besoins et de la feuille de route de l’entreprise.

Bien souvent, c’est la brique finance qui est privilégiée par les entreprises pour entamer le déploiement d’un ERP. Ce n’est pas un hasard puisqu’il s’agit du domaine qui comprend le plus de difficultés sur le plan réglementaire. Et si commencer par là constitue un bon test de résistance pour éprouver l’approche sélectionnée, elle ne doit en aucun cas constituer une finalité. L’ERP d’aujourd’hui n’est plus celui d’autrefois et ne doit donc pas être cloisonné. Au fil des années et des mutations technologiques et industrielles, certaines entreprises ont vu leur marché complètement révolutionné, et ce qui était leur cœur de métier il y a dix ans n’est peut-être plus le même en 2021. Par conséquent, il important d’avoir un ERP ouvert et interconnecté, capable de s’adapter à ces bouleversements.

Le cloud, «game changer»

Avec l’émergence de nouvelles plateformes cloud ERP, de nouvelles perspectives s’ouvrent avec la clé de réels gains en efficacité pour les entreprises. Le cloud constitue en effet un levier pour faciliter l’intégration de nouvelles applications. Cela implique que les données de l’ERP soient interopérables par API. De cette manière, le champ des possibles est quasiment illimité. Avec l’informatique à distance, la migration de données ainsi que l’automatisation et la dématérialisation de l’ensemble des processus permettront de simplifier la collaboration entre les différents pans de l’entreprise, et donc d’aboutir à des gains de productivité significatifs, ce qui est avant le but recherché d’un ERP. Quand l’information circule plus vite et quand les ressources sont mieux gérées, l’entreprise gagne un temps précieux dans le traitement et la diffusion de ses données.

Pour les entreprises, PME en tête, l’enjeu est aujourd’hui de renouveler leur ERP sans créer de rupture avec la structure existante. Et c’est justement le cloud qui permet de s’affranchir de ces contraintes. De plus, le cloud permet de mettre en œuvre des changements qui seront visibles plus rapidement aux yeux des collaborateurs. Avec le cloud, l’environnement de travail évolue ainsi en temps réel. Et si cet environnement est rattaché à tout l’écosystème de l’entreprise, à savoir les clients, les fournisseurs ou encore les partenaires, cela débouchera sur un cycle d’innovation vertueux. En 2021, les ERP doivent être plus ouverts et connectés que jamais pour répondre aux mutations de plus en plus nombreuses et rapides d’un marché en perpétuelle évolution.

Bouton retour en haut de la page
A quoi doit ressembler un ERP en 2021 ?
Amazon Prime, le pari risqué mais réussi de Jeff Bezos
PrestaShop tombe dans le giron du groupe italien MBE Worldwide
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte
Comment Big Mamma veut réinventer le paiement au restaurant avec sa startup Sunday?
[DECODE Quantum] Rencontre avec Alexia Auffeves, Directrice de Recherche au CNRS