ActualitéBusinessHealthcareRetail & eCommerce

Amazon Pharmacy signe l’avancée inexorable du géant dans le secteur pharmaceutique

Amazon fait un pas de géant dans le secteur pharmaceutique avec le lancement d’un nouveau service aux États-Unis: Amazon Pharmacy. En pleine crise sanitaire liée au Covid-19, le géant américain propose une alternative aux pharmacie physiques. « Alors que de plus en plus de gens cherchent à faire leurs courses quotidiennes depuis chez eux, la pharmacie est un ajout important et nécessaire à la boutique en ligne d’Amazon », commente Doug Herrington, vice-président senior des consommateurs nord-américains chez Amazon. 

Les américains pourront désormais acheter leurs médicaments, génériques ou de marques, sur ordonnance via la célèbre marketplace. Ils devront pour cela passer par un profil spécialement dédié, à travers lequel ils pourront obtenir des conseils auprès de pharmaciens, par téléphone notamment. Amazon se dit ici apte à authentifier les ordonnances et à accompagner les consommateurs dans leur recherche du bon produit au bon prix. Amazon Pharmacy s’intègre en effet entièrement à l’écosystème d’Amazon. Les membres de Prime bénéficieront toujours d’une livraison gratuite et de réductions sur certains produits. « L’avantage Amazon Prime permet d’économiser jusqu’à 80 % sur les médicaments génériques et 40 % sur les médicaments de marque en payant sans assurance », affirme le groupe de Jeff Bezos.

Un secteur longtemps convoité par Amazon

L’interêt d’Amazon pour le secteur pharmaceutique n’est pas nouveau puisque le géant américain avait déjà fait une incursion dans l’industrie avec l’acquisition de la pharmacie en ligne PillPack, pour 753 millions de dollars, en 2018. Ce service de livraison de médicaments sur ordonnance fondé en 2013 était également convoité par Walmart. « PillPack fournit depuis plus de six ans un service pharmaceutique exceptionnel aux personnes souffrant de maladies chroniques. Aujourd’hui, nous étendons notre offre de pharmacie à Amazon.com, ce qui permettra à davantage de clients de gagner du temps et d’économiser de l’argent », poursuit Doug Herrington.

Après ce rachat, Amazon a lancé en 2019 une offre de livraison de médicaments sans ordonnance, Amazon Basic Care, qui propose comme son nom l’indique des produits de soins élémentaires. Il y a à peine un an, le groupe de Jeff Bezos a également fait l’acquisition de Health Navigator, qui développe une plateforme d’outils qui peuvent être intégrés sous forme d’API aux services de santé en ligne (applications de téléconsultation médicale, centres d’appels médicaux) afin d’améliorer le processus d’accompagnement des patients, pour l’intégrer à Basic Care. 

Le contexte de pandémie dans lequel nous vivons n’est sans doute pas étranger à l’accélération du géant américain dans le domaine de la santé. Face aux mesures de confinement et aux recommandations de distanciations sociales, le monde entier s’est vu contraint de repenser ses modes de consommation. Aujourd’hui, que ce soit pour consommer du streaming (Prime Video, Twitch), jouer en ligne via le cloud gaming (Luna), écouter un livre audio (Audible) ou effectuer presque n’importe quel type d’achats en ligne, Amazon peut répondre à la demande, sans que le consommateur n’ait à se déplacer. Le groupe poursuit ainsi son ambition unique de devenir une plateforme de consommation complète, par laquelle les utilisateurs passeraient pour répondre tous leurs besoins, sans laisser de place à la concurrence. 

Bouton retour en haut de la page
Amazon Pharmacy signe l’avancée inexorable du géant dans le secteur pharmaceutique
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Rodolphe Ardant
[Serie D] Spendesk, 2nd licorne pour eFounders le startup studio de Thibaud Elziere et Quentin Nickmans
[Série B] Coinhouse, cofondé par Eric Larchevêque (Ledger), lève 17 millions de dollars
[SEED] Rewind lève 700 000 euros auprès de Kima Ventures pour renouveler les audioguides
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
[Série D] Exotec lève 335 millions de dollars pour devenir la première licorne industrielle française