A la uneActualitéAmérique du nord

Apple doit-il ouvrir l’iPhone pour les enquêtes des agences de renseignement?

L'affaire qui oppose les autorités américaines à Apple fait polémique aux États-Unis. Le FBI a officiellement

Billaut«Je pense que Tim Cook a raison de ne pas se soumettre aux ordres du FBI et du gouvernement américain…Car la vie privée est la chose la plus importante en démocratie, beaucoup plus importante que la chasse aux terroristes. Et personnellement je me méfie comme de la peste des gouvernements. car sous des prétextes tout a fait respectables de lutte contre le terrorisme, ils mettent en place des lois d'exception, des boîtes noires, etc. Et avec ces lois on ne sait pas où cela peut conduire. Une dictature est si vite arrivée.

En France, nos politiques affolent le peuple en lui disant que le pire est à venir (ce qui justifie leurs lois d'exception).  Pourquoi ne pas dire simplement qu'ils sont sur le pont. Et rassurer le peuple ?

Ils ont d'ailleurs des tas de moyens pour débusquer les futurs terroristes sans mettre des back doors dans tous les iPhone (car c'est ce qu'ils voudraient – l'affaire de San Bernardino n'est qu'un prétexte). Mais leur veille pourrait peut etre mieux s'organiser ?»

fabrice-epelboin«A l'ère du post Snowden, et au lendemain de l'affaire Juniper faire ce genre de petits arrangement avec la NSA ou tout autre service secret se paie tôt ou tard, et un acteur comme Apple, malgré ses excédents commerciaux, n'a pas les moyens de se passer de la confiance de ses clients.

Juniper – un équipementier de premier ordre sur internet – a permis a tous de réaliser qu'une backdoor, telle que celle que le FBI a demandé à Apple, pouvait parfaitement utilisée par des organisations criminelles ou d'autres services de renseignement, mettre les clients en danger et avoir un énorme impact sur les ventes.

Pour un fabricant de matériel ou de logiciel, particulièrement s'il est dans le B2C, un tel deal avec une agence de renseignement c'est le baiser de la mort, et Apple n'a pas du tout envie de se retrouver dans les petits papiers du prochain scandale Snowden, être cité dans l'affaire Prism les a sans doute vacciné pour un bout de temps, ce qui est plutôt une bonne chose.»

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Apple doit-il ouvrir l’iPhone pour les enquêtes des agences de renseignement?
Google va répercuter la taxe Gafa sur les tarifs de ses publicités en France et en Espagne
Covid-19: comment la crise a boosté les applications pour rester en contact avec les seniors
Ciblage publicitaire: pourquoi le projet de Google inquiète les éditeurs européens?
WhatsApp
En Afrique du Sud, les nouvelles règles d’utilisation de WhatsApp ne passent pas
Voiture autonome: Honda lance le premier véhicule au monde doté d’un système de niveau 3
Fabernovel s’étend en Chine avec une nouvelle acquisition