ActualitéBusinessCarTechEuropeInvestissementsLes levées de fonds

CarTech : Vroomly lève 5 millions d’euros auprès de Via ID

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Pour Vroomly, l’année 2020 aura marqué un tournant. Après s’être attelée pendant trois ans à réduire le manque de confiance des automobilistes dans les garagistes, la société française a profité de l’année écoulée pour mettre sur orbite Vroomly Parts. Il s’agit d’une marketplace B2B permettant aux garagistes d’acheter toutes les pièces nécessaires à la réparation des véhicules. Une nouvelle plateforme qui permet à Vroomly de s’ouvrir les portes d’un marché européen de la pièce détachée estimé à 220 milliards d’euros. Rien qu’en France, cela représente une manne de 13 milliards d’euros.

Cette nouvelle plateforme s’inscrit dans la stratégie de la start-up pour devenir le «SaaS des garages en Europe». Dans ce cadre, Vroomly vient de boucler un tour de table de 5 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques, notamment Via ID, l’accélérateur de jeunes pousses dans les nouvelles mobilités (Heetch, Ouicar, Drivy, Smoove…) lancé par Mobivia (Norauto et Midas). Cette opération intervient trois ans après une levée de 2 millions d’euros qui a permis à l’entreprise d’étendre son réseau de garagistes en France.

Alexis Frerejean, co-fondateur et CEO de Vroomly, nous explique les enjeux derrière cette nouvelle opération :

Une marketplace pour séduire les garagistes en France et en Europe

Lancé en octobre 2016 par Alexis Frerejean et Jean-Philippe Coutard, Vroomly veut désormais aller plus loin dans l’accompagnement des garagistes au quotidien, en les aidant notamment à s’attaquer à leur «vrai problème» : la rentabilité. Lancée fin 2020, la marketplace Vroomly Parts revendique ainsi plus de 600 garages déjà clients. Le nombre de partenaires atteint plus de 3 000 garages en incluant l’offre historique de la start-up, proposée via la plateforme Vroomly Booking.

Cette dernière prend la forme d’un comparateur en ligne pour l’entretien automobile qui permet aux automobilistes de prendre rendez-vous avec un garagiste pour une réparation ou une révision de leur véhicule. «40% des clients vont choisir le moins cher, 30% le plus proche et 30% le mieux noté», précise Alexis Frerejean. Pour ce comparateur, la société a développé un algorithme qui se base sur cinq années de factures collectées dans plus de 700 garages dans toute la France. Au total, cela représente plus de 20 millions d’interventions sur plus de 23 000 types de véhicules.

Forte de cette expertise, la société entend passer la vitesse supérieure avec sa marketplace Vroomly Parts pour devenir la destination de prédilection des garagistes, aussi bien en France qu’en Europe. «Nous ambitionnons de devenir l’un des acteurs clés du marché d’ici 2023, comme nous l’avons fait sur la prise de rendez-vous», indique Alexis Frerejean, CEO de Vroomly. Pour y parvenir, l’entreprise va recruter 25 collaborateurs supplémentaires, avant de préparer son lancement dans plusieurs pays européens. Trois marchés intéressent grandement la start-up : l’Allemagne, l’Italie, et surtout l’Espagne.

Vroomly : les données clés

Fondateurs : Alexis Frerejean et Jean-Philippe Coutard
Création : 2016
Siège social : Paris 
Secteur : Entretien automobile
Activité : réservation de garages en ligne et achat de pièces de rechange pour les garagistes


Financement : 5 millions d’euros en février 2021, 2 millions d’euros en janvier 2018…

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
CarTech : Vroomly lève 5 millions d’euros auprès de Via ID
[Made in océan Indien] Covid-19: comment les marketplaces se sont multipliées sur l’île Maurice
FinTech: Klarna s’apprête à clôturer un tour de table à 1 milliard de dollars
Cédric O annonce un investissement de 2,3 millions d’euros pour soutenir les écosystèmes régionaux 
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jacqueline Bloch, Directrice de Recherche au CNRS
Facebook vs. Apple: le réseau social joue la défense des pubs ciblées et des PME
Navettes autonomes: le groupe français Transdev s’allie à Mobileye (Intel) et Lohr