AcquisitionActualitéBusinessEuropeInvestissementsTourisme

Click&Boat rachète son concurrent allemand Scansail pour atteindre sa vitesse de croisière à l’international

Click&Boat veut prendre un peu plus le large en dehors de l’Hexagone. Dans ce sens, la start-up française, qui développe une plateforme de location de bateaux, vient d’annoncer l’acquisition de son concurrent allemand Scansail. Les modalités financières de l’opération n’ont pas été dévoilées.

Avec ce rachat, la société basée à Boulogne-Billancourt se dote ainsi d’une nouvelle antenne à Hambourg, où l’équipe de six personnes de Scansail sera conservée pour assurer le développement des activités de Click&Boat en Allemagne, le troisième marché de la jeune pousse francilienne après la France et l’Italie. Click&Boat dispose également de bureaux à Marseille et Lorient en France, ainsi qu’à Miami depuis 2017 pour s’étendre sur le marché américain.

Première acquisition à l’international après trois rachats français 

Scansail est la toute première acquisition de Click&Boat à l’international. «Ce rachat s’inscrit parfaitement dans notre stratégie de croissance globale», précise d’ailleurs Édouard Gorioux, qui a fondé Click&Boat en 2013 avec Jérémy Bismuth. Auparavant, la société avait racheté trois entreprises françaises. Dans un premier temps, Click&Boat avait ainsi mis la main sur son rival Sailsharing en 2016 pour accélérer son expansion européenne, avant de s’offrir deux ans plus tard son concurrent normand Captain’Flit. L’an passé, l’entreprise francilienne avait ajouté une corde supplémentaire à son arc en rachetant la société Océans Evasion, spécialisée dans la location de voiliers et de catamarans. Cette dernière propose également des services supplémentaires (avion, hôtels, transferts…) via l’agence Océans Voyages pour proposer une expérience plus complète aux plaisanciers.

Malgré quatre entreprises rachetées et des locations effectuées dans le monde entier, Click&Boat n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. «Notre souhait est de continuer à réaliser de nouvelles acquisitions à l’étranger, en sélectionnant les meilleures équipes et les meilleurs services», indique Édouard Gorioux. La plateforme, qui propose plus de 35 000 bateaux à la location, revendique désormais 400 000 utilisateurs et 50 000 locations effectuées en 2019 dans 50 pays. L’Australie, le Brésil et les Émirats Arabes Unis sont les derniers marchés ouverts par l’entreprise.

Une levée de 4 millions d’euros et des acquisitions pour résister à la consolidation du secteur 

Historiquement, c’est le bassin méditerranéen, propice à la location de bateaux en raison de son attraction touristique, qui génère l’essentiel du volume de locations, principalement en Espagne, en Italie, en Grèce et en Croatie. En dehors de l’Europe, les Caraïbes ont également la cote auprès des touristes. Cependant, l’offre de Click&Boat ne se limite pas seulement aux particuliers. En effet, la plateforme a intégré les loueurs professionnels en novembre 2017.

Pour financer son développement à l’international, Click&Boat a bouclé un tour de table de 4 millions d’euros en juin 2018. Une levée de fonds nécessaire aussi pour résister à la consolidation du secteur. En effet, la plupart des concurrents de Click&Boat sont passées par la case rachat. C’est le cas notamment du Bordelais SamBoat et du Nantais HeyCaptain respectivement rachetés fin 2018 par Dream Yacht Charter, leader mondial de la location de bateaux et de la croisière en catamaran, et Band of Boats, une plateforme de location et de vente de bateaux soutenue par le groupe Beneteau. Pour Click&Boat, il n’est pas question d’être racheté, mais plutôt de continuer à se renforcer au travers d’acquisitions.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Click&Boat rachète son concurrent allemand Scansail pour atteindre sa vitesse de croisière à l’international
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch