Laurence FaguerLes Experts

Comment ces 4 entrepreneurs créent des champions de la BeautyTech

Par Laurence Faguer, expert retail et BeautyTech

Une session organisée et animée par Odile Roujol, fondatrice à Los Angeles de Fab Co-Creation Studio Ventures et fondatrice de la Communauté Beauty et Fashion tech (FAB), et Camille Cabale, Consultante Operations et Gestion de Projet pour les startups et marques DTC, à Los Angeles.

Abonnez-vous à la News de FAB (gratuite). Déjà 7000+ membres dans 15 chapters le monde (Amérique, Europe, Afrique, et Asie).

 

Credit: Jolimoi.
Credit: Jolimoi

Isabelle Rabier était la maîtresse de cérémonie. Vous connaissez Isabelle, la co-fondatrice de Jolimoi, la première plateforme multimarques de social selling sur le secteur de la beauté. Créée en 2017, Jolimoi réunit ‘un réseau de Stylistes Beauté indépendants, des experts beauté, autodidactes passionnés ou professionnels, formés, qui communiquent, conseillent et vendent plus de 50 marques de beauté, en physique ou en digital à leur communauté.

Au coeur de tout, une plateforme technologique propriétaire ultra pointue, dirigée par Mathilde Lemée, CTO.

Isabelle Rabier est également la fondatrice et propriétaire de la marque de soin Dermance skincare, vendue par des conseillers à domicile, et la co-responsable du Chapter France de la communauté Beauty and Fashion TechFAB.

Chiffres et Vision :

Le chiffre d’affaires, de plusieurs millions d’euros, a quadruplé en 2020 et a encore doublé au premier trimestre 2021.

« Human enabling technologie » est ce qui va animer l’équipe de Jolimoi, en post-pandémie. La période passée a montré combien l’humain fut capital, permettant le déploiement d’expériences prisées par les clients, grâce à la Tech.

International

A la rentrée, Jolimoi se lance en Europe du Sud, en Italie. Et l’anglais parfait d’Isabelle ? Son coté multiculturel, élevée en Australie.

POUR ALLER PLUS LOIN :

  • L’interview qu’Isabelle Rabier m’a accordée en janvier, à lire sur FrenchWeb.
  • Une interview d’Isabelle Rabier dans Capital (Juin).

 

Credit : Kimberly Shenk.

Kimberly Shenk, co-fondatrice de Novi (crée en 2019 à San Francisco) est une Data Scientiste et Data Analyste chevronnée (ex: Eventbrite, Domino Data Lab et la United States Air Force) et a déjà créé une startup BTC dans la Clean Beauty, le point déclencheur de sa nouvelle startup Novi.

Kimberly a eté sélectionnée par Forbes et fait partie de la première classe de 250 entrepreneurs de la liste Forbes Next 1000 !

Novi Connect est une place de marché B2B qui met en relation les marques, les fabricants et les fournisseurs -et permet de développer plus rapidement et plus facilement des produits plus durables.

Novi Connect a déjà aidé des centaines de marques à créer des produits qui répondent de manière proactive aux demandes des consommateurs.

POURQUOI AI-JE FONDÉ NOVI ?

Kimberly Shenk : J’ai fondé Novi après avoir constaté par moi-même des discordances entre les objectifs de transparence et les informations disponibles dans le secteur de la beauté.

En tant que data scientiste formée au MIT et à l’US Air Force, je suis entrée dans le monde de la beauté en cofondant une entreprise de beauté qui visait à vendre des produits « clean » aux clients. Ce que j’ai trouvé est une gigantesque boîte noire. J’ai suivi mon intuition et j’ai fondé Novi pour créer une plateforme où les marques pourraient créer des produits en sachant ce que contiennent leurs ingrédients. Inutile de dire que ça a marché : des centaines de marques formulent des milliers de produits sur notre plateforme, et tout est possible à partir de là. Et pour couronner le tout, notre équipe est composée à 75 % de femmes, avec des anciens d’Uber, Target, Eventbrite, BASF, Sephora, etc.

Le secteur de la beauté et des soins personnels a connu un changement radical au cours de la dernière décennie. Les consommateurs demandent toujours plus de transparence et d’authenticité dans les produits – mais les marques et les enseignes n’ont toujours qu’une visibilité limitée sur les ingrédients avec lesquels elles créent leurs produits.

– Prochaines grandes avancées dans la Beauté Tech ?

Data et Data Science ont le pouvoir, et amènent  la transparence. Les marques qui s’appuient sur cette data seront gagnantes.

– Beauty Tech : Comment convaincre des VCs ? (car la Tech demande de lourds investissements)

La manière dont vous décrivez votre histoire et l’impact que votre entreprise aura sur le monde, est très importante.

Il faut vraiment se jeter à l’eau : avoir le maximum de meetings, car ainsi vous avez rapidement des feedbacks pour peaufiner votre pitch.

Mon conseil : avoir une immense liste de personnes à qui parler. Ne pas commencer par vos Top Investisseurs. Commencez par les non prioritaires, car lorsque vous serez face aux investisseurs importants, vous serez alors au top. Pour moi, il a fallu des milliers et des milliers de conversations.

– Concurrence et Rapidité d’exécution

Comprendre parfaitement le problème que vous voulez solutionner pour vos consommateurs, s’assurer que vous apportez de la valeur et vous appuyer sur cela. Bouger aussi vite que possible sur cette idée. Je ne regarde pas trop la concurrence, car cela peut facilement tourner à l’obsession et alors vous êtes en  mode défensif et non offensif.

– Vos priorités à 4 mois pour développer le business ?

Faire en sorte que nos clients qui aiment la technologie en parlent à d’autres. Notre société repose beaucoup sur le bouche-à-oreille.

– Votre truc pour déconnecter ? 

Enfiler mes baskets et courir dehors !

Credit: Chaz Giles.

Chaz Giles, fondateur & CEO of Revea (créé en janvier 2020 à San Francisco), a commencé sa carrière chez Procter & Gamble, puis fut entrepreneur in residence chez CitiVentures, a fondé une première entreprise, MomTrusted, dans le domaine de l’éducation et il a dirigé l’innovation externe chez Estee Lauder Companies durant ces cinq dernières années.

Chaz Giles : Revea redonne aux consommateurs santé et bien-être, en commençant par les soins de la peau. Grâce à l’imagerie et à la bioinformatique avancées, Revea transforme les soins de la peau, qui passent de l’essai et de l’erreur à des traitements de précision formulés individuellement en fonction des besoins et de la biologie de chaque consommateur.

POURQUOI AI-JE FONDÉ REVEA ?

Chaz Giles:  Nous avons fondé Revea pour démocratiser la dermatologie et donner à chacun le pouvoir de décoder et de maîtriser sa peau.

– Prochaine grande avancée dans la Beauté Tech ?

Nous pensons que l’avancée des 10 prochaines années sera autour de la biologie et de la data science et machine learning, dans la beauté mais aussi dans d’autres secteurs, comme l’alimentation.

Ce que nous créons tous ici (ndlr : Kimberly, Isabelle et Philippe) n’est pas seulement une question d’avancée en terme de data et de tech. La raison s’explique aussi par l’éducation des consommateurs qui s’est faite si rapidement et atteint un niveau si élevé. Les consommateurs sont tellement informés sur les produits qu’ils utilisent, sur leur corps, leur santé. Or l’industrie de masse n’est pas arrivée à un tel niveau, ralentie par des technologies classiques et des modèles anciens.

– Beauty Tech : Comment convaincre des VCs ?

Avoir en effet une très longue liste de personnes à qui parler. Faire ressortir la spécificité du problème auquel vous apportez une réponse.

– Votre conseil pour constituer une équipe solide ?

J’ai deux co-fondateurs fantastiques, et nos premiers salariés furent aussi fantastiques.

Mes co-fondateurs et moi connaissions très bien le secteur, avec des compétences complémentaires. j’ai passé 5 ans chez Estée Lauder à l’innovation, et un de mes co-fondateurs était Chief Data Scientist dans un groupe pharmaceutique, axé sur Precision/Medicine/Skin Care. Nous partageons cette vision, qui est très spécifique.

De manière générale, je m’entoure de personnes meilleures et plus brillantes que moi !

– Vos priorités à 4 mois pour développer le business ?

Proposer l’expérience et les produits qui connaissent un très grand succès actuellement dans le studio de San Francisco, mais cette fois sur le mobile. Il s’agit d’élargir l’accessibilité de Revea à d’autres canaux.

Crédit : Credit: Luum

Philippe Sanchez, CEO Luum lashes (basé à San Francisco), a été, entre autres, Directeur Général de Starbucks France, et CEO des Boulangeries PAUL Americas, pendant 5 ans, basé à Washington.

LUUM introduit l’automatisation sur le marché des Services Beauté, en se concentrant sur un marché très spécifique – l’extension des cils – un traitement beauté très prisé. Grâce à une combinaison brevetée de robotique, d’intelligence artificielle et de vision artificielle, LUUM applique une série complète d’extensions de cils en 20 minutes (au lieu de 2 heures trente lors de la pratique traditionnelle ), tout en éliminant les coûts et les risques de sécurité associés à l’application humaine, rendant ainsi la beauté quotidienne effortless.

QUEL PROBLEME CONSOMMATEUR SOLUTIONNEZ-VOUS ?

Philippe Sanchez : Chez LUUM, nous croyons au pouvoir de la technologie pour transformer non seulement les entreprises, mais aussi les expériences de beauté quotidiennes des gens, en améliorant les résultats et en leur faisant gagner leur ressource la plus précieuse : le temps.

Cela prend 2 heures trente à un « artiste des cils » de réaliser une extension de cils. Nous avons bâti une technologie qui permet d’appliquer délicatement ces extensions de cils en 30 minutes.

La société a été créée il y a 4 ans, et les premiers 3 ans et demi ont été consacrés à bâtir la technologie.

– Prochaines grandes avancées dans la Beauté Tech ?

Une forte utilisation de la technologie dans le développement et la fabrication des produits. De magnifiques plateformes digitales, comme Jolimi et Novi. La robotique et l’automatisation vont faire évoluer l’industrie des services. La vision de Luum : étendre ces API et ce savoir-faire robotique à des services, d’une manière plus rapide et plus précise que ne font actuellement le travail des mains.

Cela permet de rendre ces services accessibles à un beaucoup plus vaste marché.

– Beauty Tech : Comment convaincre des VCs ? (Luum a levé 10 millions de dollars )

Au-delà de l’argent en lui-même, il est important que vous puissiez trouver le bon partenaire, car c’est un partenariat de long terme. Cette personne doit  comprendre vraiment la proposition de valeur et là où vous voulez emmener la société.

– Votre conseil pour constituer une équipe solide ?

Etre ensemble rassemblé autour de la raison d’être de l’entreprise.

A l’origine de Luum, un entrepreneur ayant très bien réussi dans le secteur de la robotique. Serendipity, il a eu l’idée d’appliquer la robotique à l’extension de cils. Il a ensuite fait appel à un des meilleurs en matière de Computer vision, AI, AR, à un Pro du Produit, et m’a fait venir pour construire  le marketing, communication et branding.

– Vos priorités à 4 mois pour développer le business

Les financements. Pousser la technologie à son niveau le plus élevé, et travailler les éléments de marque afin  que chaque personne qui sorte d’un des studios ait un grand sourire… et de splendides cils.

– Votre truc pour déconnecter ? 

Me déconnecter ! Un luxe.

L’experte:

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse « go-between » France et USA, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S.

Laurence est l’une des expertes retail et beautytech de FrenchWeb, vous pouvez régulièrement retrouver ses analyses, et interview sur Decode Retail.

Laurence Faguer

I’m a proud Expert Retail for FrenchWeb / DECODE MEDIA As Business Strategist, I’m helping smart companies connect to the best tech solutions I identify in person in the U.S., to generate sales using the data that they already own. Let’s talk!
Bouton retour en haut de la page
Comment ces 4 entrepreneurs créent des champions de la BeautyTech
Numérique: pourquoi nous ne sommes pas que des « utilisateurs »
Comment structurer son business autour d’une communauté
Transformation digitale: pourquoi l’expérience collaborateur n’est pas au niveau de l’expérience client?
LinkedIn s’est-il perdu en cours de route?
Comment benchmarker les calculateurs quantiques?
Supply chains: pourquoi le manque de transparence sera l’un des principaux défis pour les marques en 2021