ActualitéBusinessHealthcareHR Tech

Comment Open Mind Neurotechnologies cherche à améliorer la santé mentale des cadres en pleine crise du coronavirus

Interview de Clarisse Pamies, CEO d'Open Mind Neurotechnologies

Avec la pandémie de Covid-19 qui a brouillé la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle, les salariés ont vu leur santé mentale être mise à rude épreuve. Le stress est ainsi monté en flèche chez les cadres notamment avec des conséquences concrètes sur leur bien-être. En effet, ces derniers sont confrontés à une crise de sens (-11%), estiment être moins efficaces au travail (-10%) et sont moins flexibles (-9%), ce qui a un impact direct sur le développement de stratégies innovantes (-11%). Ces enseignements sont le fruit de l’étude d’impact de la crise menée par Open Mind Neurotechnologies pour mesurer les répercussions mentales de la pandémie sur les performances des salariés. Celle-ci rejoint les conclusions de l’étude d’Indeed, spécialiste du recrutement en ligne, dont il ressort que 20% des cadres ne veulent pas ou plus gérer d’équipe.

Fondée en 2016 par Guillaume Victor-Thomas, entrepreneur et ancien militaire lui-même confronté à des situations de stress qui ont altéré sa santé mentale, la start-up française s’attèle à comprendre les variations de l’activité cérébrale en fonction des situations auxquelles elle est soumise pour nous aider à adapter nos cerveaux aux aléas du quotidien. Dans ce cadre, la société développe une approche basée sur les jeux et et la réalité virtuelle ainsi que les neurosciences et les données pour mesurer les réactions d’adaptation (émotions, stress, comportements) de personnes soumises à des hautes doses de stress, principalement des cadres, de manière à les aider à mieux les gérer durablement.

«La crise a vraiment conforté notre modèle»

Tout part d’une expérience gamifiée permettant d’évaluer l’état émotionnel et cognitif de l’individu au travers d’un bilan approfondi en réalité virtuelle ou par des jeux en ligne. A partir des données biométriques recueillies pour traduire les émotions ressenties de l’individu, Open Mind Neurotechnologies est en mesure d’établir un profil individuel servant de base au travail de coachs certifiés, qui s’inspirent de thérapies cognitives et comportementales pour aider les cadres à identifier et réguler leurs états cognitifs et émotionnels.

Ce travail personnel est d’autant plus important à l’heure où la pandémie de Covid-19 a fait grimper l’anxiété de manière considérable parmi les cadres. «On a pu suivre l’impact de la crise presque en temps réel grâce à nos données. On a ainsi pu observer une augmentation du stress et de l’anxiété, tout comme une hausse des facteurs de risques qui précédent le burn-out. Il y a eu aussi des dommages collatéraux, notamment au niveau des compétences», explique Clarisse Pamies, CEO d’Open Mind Neurotechnologies, qui dirige la société depuis novembre 2020. Et d’ajouter : «La crise a vraiment conforté notre modèle, mais on avait pas prévu la violence de l’impact engendrée par cette crise. Ça nous a poussé à diffuser plus largement nos outils.»

Regardez notre interview avec Clarisse Pamies pour comprendre l’approche d’Open Mind Neurotechnologies durant la pandémie de Covid-19 :

«Ce ne sont pas des e-learning qui vont permettre d’entraîner ces mécanismes profonds»

Face à l’impact négatif de la pandémie sur la santé mentale des cadres, des leviers pour changer la donne existent, à l’imagine de modules d’entraînement conçus par Open Mind Neurotechnologies, autour de la sonification et de l’intéroception par exemple, pour développer la connaissance de soi et avoir conscience de ses propres pensées. «Aujourd’hui, ces leviers sont bien connus dans la littérature scientifique et appliqués au travers d’études cliniques sur des populations de soignants, de militaires et même de traders. Ils permettent de développer des compétences cognitives (attentionnelles ou flexibilité mentale) mais aussi des compétences émotionnelles (gestion du stress ou régulation des émotions). La technologie apporte ici un effet d’accélération des apprentissages. Grâce à l’immersion en réalité virtuelle et aux données objectives, l’expérience est très engageante et amène de nombreux cadres à changer en profondeur leurs comportements, par la pratique régulière de la méditation pleine conscience par exemple», explique Nicolas Bassan, psychologue et Chief Product Officer chez Open Mind Neurotechnologies.

Confortée dans son approche par la crise du coronavirus, la société envisage de poursuivre son développement au travers d’une levée de fonds pour accélérer la diffusion de ses outils auprès de ses coachs. Dans ce sens, elle devrait d’ailleurs disposer d’un réseau de 80 coachs certifiés d’ici la fin de l’année. La start-up prévoit également de poursuivre ses recherches autour de l’analyse des données pour mieux comprendre les réactions des individus dans différents types de secteurs d’activité et de cultures d’entreprise.

Elle travaille d’ores et déjà avec Salesforce, Thales ou encore Naturalia pour démontrer l’impact de ses outils sur les performances des cadres. «La crise, le management en distanciel et les transformations agiles qui en découlent ont induit une transformation profonde du modèle de leadership et des pratiques managériales. Le développement des compétences doit de ce fait évoluer et intégrer les nouvelles attentes des cadres vers un management épanouissant, aligné, et humain. Or ce ne sont pas des e-learning qui vont permettre d’entraîner ces mécanismes profonds. C’est le moment pour le coaching et la formation en compétences humaines d’opérer leur véritable révolution numérique, et ce, dans un cadre éthique totalement maîtrisé», développe Clarisse Pamies.

Bouton retour en haut de la page
Comment Open Mind Neurotechnologies cherche à améliorer la santé mentale des cadres en pleine crise du coronavirus
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
6 questions pour comprendre l’organisation des élections du CSE
VTC : le Singapourien Grab entre à Wall Street, valorisé à près de 37 milliards de dollars
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle