ActualitéBusinessTech

Cybersécurité: Darktrace prévoit de s’introduire en Bourse à Londres malgré l’échec de Deliveroo

AFP

La société britannique de cybersécurité Darktrace, spécialisée dans l’intelligence artificielle, a annoncé lundi vouloir s’introduire en Bourse à Londres, en faisant la première entreprise à se lancer depuis les débuts ratés sur le marché de Deliveroo. Darktrace a dévoilé son projet dans un communiqué sans donner de détails sur le calendrier ou sa valorisation, même si la presse britannique estime que la société pourrait peser jusqu’à 3 milliards de livres.

Le groupe, créé à Cambridge en 2013, utilise l’intelligence artificielle pour détecter les cyberattaques et y répondre. Il compte 1 500 salariés et propose ses services à 4 600 clients dont le motoriste britannique Rolls-Royce, le groupe information américain Micron ou encore le système de santé NHS au Royaume-Uni. Son chiffre d’affaires annuel atteint désormais 200 millions de dollars mais la société ne dégage pas encore de bénéfice net. La société compte céder en Bourse 20% de son capital et utiliser les fonds récoltés pour développer de nouveaux produits, renforcer sa présence internationale et son bilan financier.

Premier projet de grande ampleur après Deliveroo

L’opération « marque une étape majeure dans l’histoire de Darktrace, et un jour historique pour le secteur florissant des technologies au Royaume-Uni », se félicite Poppy Gustafsson, sa directrice générale. Il s’agit du premier projet de grande ampleur pour la Bourse de Londres après la débâcle de Deliveroo dont le titre s’était effondré le 31 mars lors de son entrée sur le marché. L’application de livraisons de repas ne pèse plus que 4,6 milliards de livres de capitalisation, loin des 7,6 milliards obtenus lors de l’introduction en Bourse.

« La désastreuse introduction en Bourse de l’entreprise de livraison alimentaire a pesé sur le secteur technologique » et a pu faire hésiter des sociétés à se risquer à leur tour à une telle opération, rappelle Russ Mould, analyste chez AJ Bell. « Les services de Darktrace sont recherchés au moment où les entreprises à travers le monde font face à des problèmes de sécurité informatique. Toutefois, il y a quelques controverses pour accompagner ses débuts sur le marché boursier », prévient-il.

Il évoque le cas de deux investisseurs dans la société, à savoir Mike Lynch qui tente d’éviter une extradition aux Etats-Unis, et son ancien collègue Sushovan Hussain, condamné à de la prison outre-Atlantique. Les deux hommes sont des ex-dirigeants de l’éditeur de logiciels britannique Autonomy dont le rachat en 2011 par HP a tourné au fiasco en raison de soupçons de fraudes comptables.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cybersécurité: Darktrace prévoit de s’introduire en Bourse à Londres malgré l’échec de Deliveroo
Buy now, pay later: soutenue par Amazon, la startup indienne Capital Float lève 50 millions de dollars
Le jour où j’ai appris la date de la mort de ma startup
Bonsoirs: comment Nicolas Morschl a lancé sa DNVB de linge de maison
esport
Sept studios indépendants de jeu vidéo lèvent 100 millions d’euros pour fonder un nouvel éditeur
Swan
Banking-as-a-Service: la FinTech Swan lève 16 millions d’euros auprès d’Accel
10 ans après son arrivée en France, Outbrain veut devenir l’alternative des GAFA auprès des éditeurs et des annonceurs