ActualitéBusinessRetail & eCommerce

eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia

Interview de Xavier Lazarus, Managing Partner d’Elaia

En septembre 2020, Mirakl frappait fort en réalisant l’une des plus grosses levées de fonds de l’histoire de la FrenchTech. La start-up française avait en effet bouclé un tour de table de 300 millions de dollars, la valorisant à hauteur de 1,5 milliard de dollars. Auréolée du tant convoité statut de licorne, la société s’affirmait ainsi pour de bon comme un géant européen émergent dans le secteur du commerce en ligne, l’un des grands gagnants de la crise du coronavirus. En effet, Mirakl commercialise des solutions logicielles aux retailers et aux industriels pour leur permettre de lancer une marketplace et ainsi entrer en compétition avec Amazon.

Si aujourd’hui l’intérêt d’une telle plateforme pour créer des marketplaces n’est plus à démontrer, c’était loin d’être évident en 2012 lorsque la société a vu le jour sous l’impulsion de Philippe Corrot et Adrien Nussenbaum. Parmi les investisseurs de la première heure, on retrouve notamment Elaia, seul fonds français de capital-risque à avoir misé sur cette pépite devenue l’un des fers de lance de la French Tech, aux côtés de licornes comme Alan, Back Market ou encore Contentsquare. Elaia a été aux premières loges des différentes étapes de développement de Mirakl rythmées par des tours de table, de la série A de 3 millions de dollars en 2012 à la série D de 300 millions de dollars en 2020.

Xavier Lazarus, Managing Partner d’Elaia, nous raconte l’aventure Mirakl au travers de son point de vue d’investisseur :

Bouton retour en haut de la page
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés