ActualitéBusinessEdTechInvestissementsJeux VideoLes levées de fonds

EdTech : PowerZ, le nouveau projet d’Emmanuel Freund, co-fondateur de Blade

Interview d'Emmanuel Freund, co-fondateur de PowerZ

Nouveau départ pour Emmanuel Freund. Après avoir annoncé en avril son départ de Blade, spécialiste du cloud gaming membre du Next40, il n’a pas tardé à se relancer dans une nouvelle aventure entrepreneuriale qui mêle gaming et EdTech. Cet été, avec Yann Carron de la Carrière et Arnaud Lamy, deux anciens cadres de Blade, Emmanuel Freund a ainsi posé les bases de PowerZ, un jeu éducatif qui doit permettre aux enfants d’apprendre tout en s’amusant.

Concrètement, la société entend proposer une plateforme permettant d’accéder à un monde virtuel, digne d’Animal Crossing, dans lequel les enfants peuvent évoluer pour développer leurs connaissances dans des matières classiques, comme le français, les mathématiques, l’histoire ou la géographie, mais aussi dans des thématiques moins scolaires, à l’image de l’astronomie, du codage ou du langage des signes. Cet univers d’apprentissage ludique s’adaptera à l’enfant et aux directives des parents avec une intelligence artificielle chargée de l’accompagner personnellement dans son parcours. Objectif selon Emmanuel Freund : «être une alternative utile aux jeux vidéo». Déjà testée par des enfants et des parents, la première version du jeu sera officiellement lancée début 2021.

Découvrez les contours de ce nouveau projet avec notre entretien en compagnie d’Emmanuel Freund :

Un premier tour de table de 3 millions d’euros

Pour que ce projet puisse voir le jour, PowerZ a collecté 3 millions d’euros cet été. Malgré le contexte économique sensible, lié à la crise du coronavirus, Educapital, le fonds EdTech de Marie-Christine Levet et Litzie Maarek, et l’éditeur Hachette Livre n’ont pas rechigné à sortir leur portefeuille pour soutenir le décollage de cette nouvelle start-up. Les entrepreneurs Pierre Kosciusko-Morizet (Kernel), Michaël Benabou (Veepee) et Octave Klaba (OVHcloud), ainsi que les influenceurs Amixem et Domingo, ont également participé à l’opération.

Avec un jeu éducatif misant sur une approche communautaire, Emmanuel Freund entend bien faire de PowerZ un acteur de premier plan dans la sphère EdTech européenne. Cette dernière peine encore à s’imposer face à la Chine et les États-Unis qui captent trois quarts des investissements mondiaux du secteur. Face à cette hégémonie sino-américaine, l’Europe concentre à peine 10% des investissements du secteur. Mais pour Emmanuel Freund, tout reste possible puisqu’il n’y a pas encore de start-up dans l’EdTech qui a la force de frappe d’un Google ou d’un Facebook dans le monde entier.

 

Yousign aide les startups & fast-growing companies à bâtir la meilleure expérience de signature.

Découvrez Yousign

 

PowerZ : les données clés

Fondateurs : Emmanuel Freund, Yann Carron de la Carrière et Arnaud Lamy
Création : 2020
Siège social : Paris
Activité : jeu éducatif à destination des enfants


Financement : 3 millions d’euros en septembre 2020 auprès d’Educapital, Hachette Livre, Pierre Kosciusko-Morizet (Kernel), Michaël Benabou (Veepee), Octave Klaba (OVHcloud), Amixem et Domingo…

Lire aussi : EdTech : l’Europe peut-elle rivaliser avec la Chine et les États-Unis ?

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EdTech : PowerZ, le nouveau projet d’Emmanuel Freund, co-fondateur de Blade
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Share via
Copy link