ActualitéBusinessEuropeInvestissementsLes levées de fondsTransport

Everoad s’adosse à l’Allemand Sennder pour devenir un géant européen du fret routier

Interview de Maxime Legardez, fondateur et CEO d’Everoad

En temps normal, les entreprises dans le secteur du transport routier de marchandises doivent déjà faire face à des marges très faibles. Ajoutez à cela une crise comme celle engendrée par le Covid-19 et la plupart de ces acteurs se retrouvent fortement fragilisés. Cependant, des start-up sont apparues ces dernières années pour digitaliser le marché du fret routier et ainsi donner un nouvel élan à ce secteur.

C’est notamment le cas d’Everoad qui a pu lever 18 millions d’euros auprès d’investisseurs comme Xavier Niel (Free, 42, Station F…), Jacques-Antoine Granjon (Veepee) ou encore Olivier Mathiot (PriceMinister) pour financer son développement. Lancée en 2016 par Maxime Legardez, entrepreneur français passé par Rocket Internet, Everoad a développé une plateforme visant à rapprocher les expéditeurs des transporteurs. Le service permet ainsi aux expéditeurs de trouver en quelques clics un camion pour transporter leurs marchandises et de suivre leur acheminement en temps réel. Dans le même temps, cela permet aux transporteurs d’optimiser leur flotte et donc de réduire les trajets à vide, avec à la clé un gain de temps et d’argent. A ce jour, la start-up revendique plus de 6 000 transporteurs sur sa plateforme.

La jeune pousse française entame aujourd’hui une nouvelle étape de son histoire en se rapprochant de la société allemande Sennder, qui se revendique comme le leader européen du transport de marchandises digitalisé avec son parc de plus de 7 500 véhicules en Europe. Fondée en 2015, l’entreprise berlinoise a levé 100 millions de dollars, notamment auprès d’Accel et Lakestar, pour gagner du terrain en Europe. Dans le cadre de cette fusion franco-allemande, les 110 emplois d’Everoad vont être conservés et la start-up parisienne opérera dorénavant sous la bannière «Everoad by Sennder».

Découvrez les coulisses et les enjeux de cette opération avec notre interview de Maxime Legardez, fondateur et CEO d’Everoad :

1 milliard d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2024

Avec une présence dans six pays européens, le nouvel ensemble, qui compte près de 350 collaborateurs et 10 000 transporteurs partenaires, vise le milliard d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2024. «Notre objectif était le même : créer un géant européen du transport routier de marchandises sous la forme d’un commissionnaire de transport digital», indique Maxime Legardez, fondateur et CEO d’Everoad. Et d’ajouter : «On a terminé le premier chapitre. Aujourd’hui, on accélère avec le groupe Sennder pour créer un leader européen.» Pour rappel, le marché du transport routier de marchandises pèse actuellement 400 milliards d’euros en Europe et environ 50 milliards en France.

Le rapprochement entre Everoad et Sennder intervient dans une période de consolidation du marché du fret routier. Si certains acteurs, comme Fretlink qui a levé 25 millions d’euros l’an passé, sont toujours indépendants, d’autres, à l’image de Chronotruck qui est tombé dans le giron de Gefco à l’été 2019, passent par la case rachat. Car si l’arrivée de start-up sur ce marché a permis d’accélérer la digitalisation du secteur, ce dernier reste toujours dominé par des géants historiques comme DHL.

Retrouvez notre reportage sur Everoad réalisé dans le cadre de notre série We Love Innovation :

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Everoad s’adosse à l’Allemand Sennder pour devenir un géant européen du fret routier
Uber
Uber prêt à racheter Free Now (Daimler/BMW) pour plus d’un milliard d’euros
Réseaux sociaux: Cédric O dénonce « l’opacité » des algorithmes et du système de modération
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Couvre-feu: les taxis et VTC prévoient une baisse de l’activité encore plus forte dans les jours à venir
Vélos, trottinettes, scooters…: la mobilité partagée se démocratise dans les grandes villes françaises