ActualitéAsieBusinessFinTech

FinTech : PayPal poursuit sa montée en puissance sur le marché chinois du paiement

Avec ses 1,4 milliard d’habitants qui sont autant de consommateurs potentiels, la Chine suscite la convoitise de nombreuses boîtes étrangères. Le marché du paiement en ligne ne fait pas exception, surtout depuis que la Banque populaire de Chine a annoncé en mars 2018 l’ouverture de son marché intérieur aux entreprises étrangères dans le secteur des paiements.

Profitant d’une législation plus souple, le géant américain PayPal, qui compte 295 millions d’utilisateurs à travers le monde, dont 10 millions en France, n’a pas tardé à engagé les manoeuvres pour mettre en pied sur le marché chinois, et ainsi prendre de vitesse Visa et Mastercard dans l’Empire du Milieu. Le spécialiste du paiement en ligne est en effet devenu la première plateforme étrangère de paiement acceptée en Chine après avoir obtenu en septembre dernier la bénédiction de la Banque populaire de Chine pour s’emparer de GoPay, un acteur local du paiement en ligne spécialisé notamment dans l’e-commerce et les transactions cross-border. La firme dirigée par Dan Schulman a pris une participation de 70% au capital de la société chinoise dans ce cadre. 

Les cartes UnionPay débarquent sur PayPal 

Pour accélérer son implantation sur le marché chinois, PayPal a franchi un nouveau cap cette année en nouant un partenariat avec China UnionPay, spécialiste chinois des cartes bancaires qui a d’ailleurs signé l’an passé un accord avec la start-up britannique Tribe Payments pour émettre des cartes de paiement labellisées UnionPay en Europe. Il faut dire que le géant américain et la société chinoise ont des ennemis communs : Visa et Mastercard.

Cette alliance doit permettre aux clients d’UnionPay d’ajouter leurs cartes bancaires à des comptes PayPal, qu’ils pourraient utiliser lors de leurs déplacements à l’étranger dans plusieurs pays où PayPal est accepté en dehors de la Chine. Depuis cette semaine, les cartes UnionPay peuvent ainsi être ajoutées aux portefeuilles PayPal en Australie, aux Philippines, à Singapour, en Corée du Sud et en Thaïlande. Le déploiement devrait se poursuivre dans une trentaine de pays supplémentaires en 2020.

La Chine, un marché de 27 000 milliards de dollars 

Cette collaboration entre PayPal et China UnionPay pourrait se renforcer à terme pour faire connaître davantage la marque PayPal auprès des Chinois. Dans ce sens, les deux entreprises étudient la possibilité de faire entrer PayPal dans les points de vente physiques où UnionPay est accepté en Chine et à l’international. Actuellement, les cartes UnionPay sont acceptées par 51 millions de commerçants, dont le Printemps, les Galeries Lafayette ou encore LVMH, dans 174 pays à travers le monde.

Selon Bloomberg, le secteur du paiement en Chine pèse 27 000 milliards de dollars. Si le marché chinois représente un potentiel conséquent pour entreprises étrangères, il est largement dominé par les géants Alibaba et Tencent avec leurs solutions Alipay et WeChat Pay, qui s’accaparent 93% du marché avec respectivement 450 millions et 600 millions d’utilisateurs. Une part qui pourrait baisser au cours des prochaines années avec l’arrivée de nouveaux acteurs internationaux comme PayPal, mais aussi l’Allemand Wirecard qui a annoncé en novembre dernier le rachat de l’entreprise chinoise Allscore Payment.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
FinTech : PayPal poursuit sa montée en puissance sur le marché chinois du paiement
Comment Quibi veut devenir l’alternative principale à Netflix sur mobile
HR Tech : la fusion de Kronos et Ultimate Software fait naître un nouveau géant sur le marché
Startups françaises: l’argent investi par les fonds ne donne toujours pas de sorties significatives
Google
Rachat de Fitbit par Google: le régulateur européen s’inquiète pour les données personnelles
[DECODE FoodTech] Deliveroo Editions: quel est l’impact des «dark kitchens» sur la restauration ?
[DECODE] Ce que dit la tribune de Mark Zuckerberg sur la stratégie adoptée par Facebook
Copy link