ActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fonds

FinTech : pourquoi Libeo s’offre la startup TrackPay

Interview de Pierre Dutaret, co-fondateur et CEO de Libeo

Libeo ajoute une corde à son arc. En effet, la FinTech française spécialisée dans les paiements B2B, qui s’occupait jusque-là de la gestion et du paiement de factures fournisseurs, étend son périmètre d’action aux factures clients. Dans ce cadre, la société vient de procéder au rachat de la start-up TrackPay, spécialisée dans le suivi d’encaissements pour les TPE et PME. Les modalités financières de l’opération n’ont pas été dévoilées.

Née au 2020 au sein du start-up studio Pareto, initié par l’agence CosaVostra de Matthieu Stefani, créateur du podcast «Génération Do It Yourself», cette jeune pousse a mis sur orbite un outil SaaS permettant d’automatiser l’envoi, la relance et le suivi des factures des TPE et PME. Avec cette solution, l’objectif est d’offrir aux entreprises un levier pour réduire le délai de paiement de leurs clients, alors qu’un quart des faillites touchant des TPE et PME en France sont provoquées par des retards de paiement et des impayés. «Nous avons rapidement développé des technologies efficaces, qui ont permis à nos utilisateurs de gagner près de 8 jours de travail par mois, habituellement dédiés à la relance pénible et chronophage de leurs factures», indique Matthieu Stefani, co-fondateur de TrackPay. A ce jour, la solution de la société est utilisée par 1 500 entreprises.

«TrackPay était le miroir de Libeo»

Avec l’acquisition de TrackPay, Libeo va ainsi pouvoir proposer à son réseau de 70 000 entreprises une solution pour améliorer le suivi du paiement de leurs factures clients. «On a vu apparaître ces six derniers mois une demande de la part de nos utilisateurs pour que leurs propres clients puissent demander à être payés via Libeo», explique Pierre Dutaret, co-fondateur et CEO de Libeo. Avant d’ajouter : «Associé à notre technologie de paiement sans IBAN, TrackPay offre à nos clients un service de Request-to-pay (Demande de paiement) extrêmement puissant : de la même manière que les particuliers s’envoient des demandes de paiement depuis Lydia ou Revolut, les entreprises peuvent se faire payer instantanément et sans effort avec Libeo.» Aux yeux de Pierre Dutaret, «TrackPay était le miroir, le pendant parfait pour Libeo». Le service de TrackPay sera complètement intégré à la plateforme de Libeo d’ici la fin du troisième trimestre.

Écoutez notre échange avec Pierre Dutaret, co-fondateur et CEO de Libeo :

Fondée en 2019 par Jérémy AttuilPierre Dutaret et Pierre-Antoine Glandier, la start-up s’attèle à dématérialiser les factures fournisseurs des entreprises et à les centraliser sur une plateforme pour les régler, sans avoir à saisir d’IBAN. Avec cette approche, l’objectif est de remplacer un fonctionnement archaïque basé sur des tableaux Excel ou même des factures imprimées rangées dans des classeurs, avec des règlements encore effectués par chèque dans certains cas. Or un tel traitement est non seulement chronophage et fastidieux, mais il est surtout propice aux erreurs de saisie ou aux retards de paiement. Pour déployer son service de paiement B2B à travers l’Europe mais aussi pour faire réaliser des opérations de croissance externe, comme en témoigne le rachat de TrackPay, la société a annoncé un tour de table de 20 millions d’euros en début d’année, qui vient s’ajouter à une levée de 4 millions d’euros bouclée en avril 2020

Bouton retour en haut de la page
FinTech : pourquoi Libeo s’offre la startup TrackPay
« Métaverse », l’univers parallèle qui fait rêver les géants de la Tech
Akka Technologies
Adecco rachète le Français Akka Technologies, valorisé à 2 milliards d’euros, pour créer un géant du numérique
spotify
Résultats trimestriels: Spotify réduit ses pertes et grimpe à 165 millions d’utilisateurs payants
google
Alphabet (Google) dépasse les attentes du marché avec un bénéfice net de 18,5 milliards de dollars
Tiré par les ventes d’iPhones, Apple a presque doublé son bénéfice net trimestriel
Bubble lève 100 millions de dollars pour sa plateforme no-code