A la uneActualité

Five by five : « La France doit s’habituer à la culture du doute »

Basée à Paris, Five by five est une start-up fondée à l’automne 2013 d’accompagnement des entreprises et des ONG vers l’innovation. Elle applique les principes du prototypage rapide à la transformation du business, des procédés internes et des produits et contribue à des projets de transformation numérique et liés à l’open data.

Cette équipe très  « internationale » compte la SNCF, la Lufthansa, le groupe La Poste, Gemalto, la Banque mondiale parmi ses clients. Five by five a été rentable dès son premier exercice avec 418 100 euros de chiffre d’affaires et un résultat net de 65 000 euros, d’après les documents déposés aux Greffes. A l’époque, l’équipe ne comptait que trois personnes.

Ils sont désormais une petite dizaine à travailler dans une colocation de start-up, le Sous-marin, que FrenchWeb avait été visiter début janvier.

Kat Borlongan, co-fondatrice de cette start-up avec Chloé Bonnet, conseille de toujours partir des usages des utilisateurs plutôt que de parler de suite des technologies pour se transformer. Et surtout, de cesser avec la théorie et de rapidement passer à la pratique !

Elle considère qu’en France, «l’un des plus grands challenges est de s’habituer à une culture du doute» :

© photo: FrenchWeb, tous droits réservés

Bouton retour en haut de la page
Five by five : « La France doit s’habituer à la culture du doute »
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs