/ Brand ContentBusinessFoodTech

FoodTech: Comment NéoGourmets rayonne à partir du Centre-Val de Loire

[Contenu réalisé en partenariat avec Dev'Up Centre-Val de Loire] Interview de David Hermange, co-fondateur de NéoGourmets

Lancé en 2018, NéoGourmets veut réinventer la façon dont sont produits les biscuits ou encore le chocolat en supprimant complètement les sucres ajoutés et autres additifs pour miser sur le bio et le naturel. La startup, qui a installé son atelier de production à Saint-Cyr-sur-Loire, au cœur de la Touraine, s’est depuis considérablement déployée et a développé deux marques: NéoGourmets, pour la distribution spécialisée, et Un zèbre en Cuisine pour la grande distribution.

Pour rayonner à partir du Centre-Val de Loire, NéoGourmets a pu s’appuyer sur les dispositifs mis en place au niveau régional mais aussi sur le tissu entrepreneurial local, et notamment sur celui de la FoodTech. Plus de précisions avec David Hermange, co-fondateur de NéoGourmets.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer NéoGourmets?

Mon épouse, Gaëlle, ne peut pas manger de sucre suite à un souci de santé. Ayant trois enfants, le goûter reste un incontournable de la journée et ne trouvant pas ce que nous souhaitions donner à nos enfants sur le marché nous avons décidé de le créer : des biscuits sans sucres ajoutés, sans édulcorant, sucrés naturellement par des fruits.

Comment innovez-vous pour réussir à proposer des biscuits et du chocolat sans sucres ajoutés et sans édulcorant?

Notre innovation réside dans notre façon de sucrer nos recettes. En effet, au lieu d’utiliser du sucre ou des édulcorants, nous n’utilisons que des fruits pour adoucir naturellement nos recettes et que des matières non transformées.

Où en êtes-vous aujourd’hui dans votre développement?

Nous avons créé deux marques : Néogourmets pour la distribution spécialisée et Un zèbre en Cuisine pour la grande distribution. Après beaucoup de R&D nous avons à présent une gamme de produits élargie et les référencements au niveau national sont en forte croissance.

Votre équipe et votre atelier de production sont installés dans le Centre-Val de Loire. Cela vous permet-il de privilégier la production en circuit-court?

Nous avons à cœur de valoriser autant que possible le patrimoine de la région Centre-Val de Loire et faisons travailler des acteurs locaux dès que nous le pouvons (aussi bien pour le sourcing de nos ingrédients que pour celui des matières utilisées tels que nos packagings).

Le soutien de la région semble avoir été un élément important dans votre développement. Comment se matérialise-t-il?

Nous avons eu la chance d’être fortement soutenus et encouragés par la région lors de notre installation et encore maintenant, au cours de cette phase de développement. La CCI, la Chambre des métiers, L’AREA (l’Association Régionale des Entreprises Alimentaires de la région Centre) ainsi que Dev’up sont de véritables appuis sur lesquels nous pouvons compter.

Outre les aides financières dont nous avons pu bénéficier, que ce soit au démarrage de l’activité (tel que le CAP Création) ou dans le développement (tel que le CAP Export), la région apporte aussi un soutien réel dans la visibilité et la renommée de ses entreprises.

Grâce par exemple à la participation conjointe à des salons professionnels (lorsque le contexte sanitaire le permet bien évidemment) ainsi que via la création et mise en avant de la marque « C du Centre » qui permet aux entreprises de mettre en avant leur production et entreprise locale.

Contrairement aux idées reçues, être en région peut faciliter les échanges avec l’écosystème Tech et entrepreneurial. L’avez-vous vécu ainsi? 

Le fait d’être en région permet effectivement d’avoir accès très facilement à des interlocuteurs pertinents, qui peuvent rapidement orienter vers les différents dispositifs d’aides ou de conseils.

Ils ont tous une connaissance fine de l’écosystème Tech et entrepreneurial et permettent également une mise en relation entre les différents acteurs qui offre de belles perspectives d’entraide et retours d’expériences.

Comment décririez-vous l’écosystème FoodTech local?

L’écosystème FoodTech local pour le caractériser en quelques mots : compétence, proximité, réactivité et mise en réseau.

Certaines startups en hypercroissance comme vous hésitent à sauter le pas car elles ont peur de ne pas réussir à recruter en n’étant pas à Paris. Qu’avez-vous à leur dire à ce sujet?

La question n’est pas tant l’accès aux compétences que la gestion équilibrée et maîtrisée du recrutement dans une entreprise en croissance et particulièrement en période de pandémie.

Maintenant, pour ce qui est des compétences, nous avons pu trouver les ressources nécessaire dans la région pour le développement de notre entreprise.

Quels conseils clés pouvez-vous donner aux startups pour une installation réussie dans la région?

La région Centre-Val de Loire est une région très dynamique et à l’écoute de ses entreprises. Le plus important à mon sens est de ne pas hésiter à se tourner vers les interlocuteurs régionaux lors de la création et même avant la création effective du projet (que ce soit la Région, Dev’up, la CCI ou la chambre des métiers).

Ce sont de véritables appuis qui peuvent aider à y voir plus clair et à gagner du temps. Et ne pas hésiter à s’appuyer sur les différents réseaux offerts par la région. Et aussi sur des acteurs régionaux, ce qui a été notre cas avec l’appui du chef Thierry Marx (très attaché à la Touraine) et qui participe à notre développement.

Quelles sont vos perspectives de développement pour les prochains mois?

Nous venons de boucler une première levée de fonds d’amorçage afin de financer le développement en cours. Cela va nous permettre d’intensifier les nouveaux référencements et développer nos deux marques.

Pour en savoir plus sur l’écosystème régional de la FoodTech et les nombreux atouts de la région Centre-Val de Loire, Dev’up organise un webinaire le jeudi 6 mai à 17h30. L’occasion pour les startups qui s’intéressent au Centre-Val de Loire de trouver les réponses dont elles ont besoin et d’échanger avec des entreprises déjà implantées.

FrenchWeb

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
FoodTech: Comment NéoGourmets rayonne à partir du Centre-Val de Loire
Retail : la startup française Alkemics rachetée par le groupe américain Salsify
De Volkswagen à Tesla, où en sont les camping-cars électriques?
Cookies et traceurs: les éditeurs respectent-ils les nouvelles règles de la Cnil?
Comment le boom de la livraison de repas a fait pousser les dark kitchens en banlieue
Back Market lève 276 millions d’euros auprès de Generation Investment Management, de General Atlantic et de ses fonds historiques
Payer son addition en moins de 10 secondes, c’est le pari des fondateurs de Big Mamma avec Sunday