ActualitéBusinessIndustrieIntelligence ArtificielleTech

GreenTech : comment Metron aide les industriels à réduire l’empreinte carbone de leurs usines

Interview de Vincent Sciandra, fondateur et directeur général de Metron

Début mai, le gouvernement dévoilait la liste des lauréats de son programme French Tech Green 20 pour «faire émerger les nouveaux champions technologiques de la transition écologique». Parmi les heureux élus, on retrouve la start-up Metron. Lancée en 2013, cette dernière a développé une plateforme pour aider les industriels à réduire leur consommation énergétique et leur empreinte carbone.

Metron se positionne sur un sujet sensible puisque l’industrie est le troisième secteur le plus émetteur de CO2 dans le monde, avec 18% du total des émissions, derrière la production d’électricité (41%) et les transports (25%), selon les données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Dans ce contexte, s’attaquer aux usines des industriels pour limiter les émissions de CO2 peut s’avérer décisif dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Un jumeau numérique de l’usine pour l’optimiser

Pour y parvenir, la start-up française s’appuie sur l’intelligence artificielle, de manière à capter toutes les informations qui circulent dans l’usine pour trouver des leviers d’efficience énergétique. A partir de ces données, la société crée un jumeau numérique de l’usine ou d’une partie de l’usine afin d’identifier les frictions qui peuvent plomber l’ensemble de la chaîne de production d’un produit.

Dès lors, l’intelligence artificielle de Metron est capable de détecter des opportunités d’optimisation énergétique pour rendre l’usine plus efficiente et durable. «La difficulté, elle est sur la maturité énergétique du site en question», indique Vincent Sciandra, fondateur et directeur général de Metron. Ce dernier précise que les segments classiques d’optimisation reposent sur trois vecteurs principaux de production : la vapeur, la génération de froid et l’air comprimé.

Écoutez notre échange avec Vincent Sciandra :

«Une opportunité en or en Europe, et notamment en France»

Présente dans vingtaine de pays à travers le monde, Metron travaille avec des industriels comme Danone. Le groupe laitier utilise la plateforme de la start-up française dans une trentaine d’usines, avec un déploiement en cours dans 200 usines à travers le monde. Et si la France et l’Europe ont raté le coche dans de nombreux secteurs face aux GAFA, Vincent Sciandra estime qu’il y a une belle carte à jouer dans la transition écologique et énergétique. «On a une opportunité en or en Europe, et notamment en France, de devenir un acteur de référence sur ce sujet-là. Sur cette thématique, le French Tech Green 20 peut être un accélérateur de poussée vers cette excellence», estime-t-il. Avant d’ajouter : «Le challenge des cinq à dix prochaines années, c’est de continuer à capitaliser sur notre expertise et de continuer à la financer

Metron, qui entend bien jouer les premiers rôles à l’échelle mondiale dans son champ d’action, a finalisé une série A de 18 millions d’euros en 2019 et prévoit de boucler une série B cette année pour gagner des parts de marché à l’international. Fer de lance de la GreenTech française, la société vise une entrée en Bourse en Europe au cours des trois prochaines années.

Bouton retour en haut de la page
GreenTech : comment Metron aide les industriels à réduire l’empreinte carbone de leurs usines
Microsoft présente Windows 11, compatible à l’écosystème d’applications Android (Google)
Publicité en ligne : Google repousse son abandon des cookies jusqu’en 2023
[Événement] Asia Loopers Inde: comment développer son entreprise sur ce marché de 1,3 milliard de consommateurs
Le Tribunal de commerce de Paris se saisit de la plainte de France Digitale visant Apple
Alain Weill quitte ses fonctions de PDG d’Altice France et de SFR
Retail: les startups françaises ont déjà levé plus d’un milliard d’euros en 2021