A la uneEn pratiqueEurope

Guichet unique, conseils pour éviter les pièges du CIR… Le Syntec Numérique se lance dans l’accompagnement

Le Syntec Numérique lance son propre programme de soutien aux jeunes entreprises. Avec le projet baptisé «5 000 start-ups», le syndicat professionnel veut accompagner les jeune-pousses dans leurs besoins quotidiens, avec un accès à des assurances ou encore à une centaine de contrats types déjà préparés pour éviter les coûts. Une «hotline» doit également faire office de guichet unique pour répondre aux questions des entrepreneurs. Certains services complémentaires sont cependant facturés.

«Ces entreprises ont des besoins qui sont complètement laissés de côté par les acteurs du marché», explique à Frenchweb Bruno Vanryb, le serial-entrepreneur (il a notamment fondé Avanquest) en charge du projet, qui espère se différencier des nombreux autres incubateurs ou accélérateurs. Pour intégrer ce programme, les dossiers retenus devront réaliser moins de 300 000 euros de chiffre d’affaires et être spécialisés dans le numérique.

Le Syntec Numérique souhaite également accompagner les start-up dans l’utilisation du Crédit d’impôt recherche, et leur éviter un contrôle fiscal. Selon une étude réalisée par EY l’an passé, 34% des entreprises éditrices de logiciels qui ont eu recours au CIR ont eu un contrôle fiscal. Un chiffre qui monte à plus de 50% chez l’ensemble des start-up, selon M. Vanryb. Plus de détails avec Bruno Vanryb.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Guichet unique, conseils pour éviter les pièges du CIR… Le Syntec Numérique se lance dans l’accompagnement
Moment devient Dimpl et lève 4 millions d’euros auprès d’Elaia, Idinvest et Bpifrance
Prêt-à-porter: d’Auchan à Kiabi, des géants à l’assaut du marché de l’occasion
Comment Vinted a bâti son attractivité
FinTech : Joko lève 10 millions d’euros auprès de Partech et Axeleo
FinTech : Lydia s’allie avec Tink, spécialiste suédois de l’open banking
Marketing : pourquoi Sendinblue mise sur l’Amérique du Nord