ActualitéData Room

[Infographie] Comment les services web gagnent-ils de l’argent ?

Comment les services web sont-ils réellement financés? Sont-il rentables? Pour répondre à ces questions, l’agence de marketing Seer Interactive a créé un site-infographie interactif appelé « Comment font-ils de l’argent? », présentant les fondements financiers de plus de 40 services en ligne.

On (re)découvre ainsi que Dropbox gagne de l’argent avec son service Freemium et son nombre d’adhérents tandis que que Facebook, Youtube et Twitter font uniquement du profit grâce à la publicité. LinkedIn, quant à lui, se rémunère par la vente de datas.

En plus d’une analyse rapide des sources de revenu des services, le site évoque également leur rentabilité. Les revenus ne sont ainsi pas profitables à tous, et c’est le cas pour Kickstarter, Tumblr, Spotify ou encore Amazon Kindle qui, lui, perd de l’argent à chaque vente de Kindle mais en gagne en vendant des contenus associés.

Vous pouvez filtrer la liste en fonction du type de revenu (publicité, nombre d’inscrits, vente de datas, etc.) ou du service proposé (e-commerce, entertainment, hardware, etc.).

Découvrez l’infographie ici.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Bravo aux gars qui ont fait ça, je trouve que c’est une super source de renseignements pour les startups.
    Dommage qu’il n’y ait pas la profitabilité par pays : j’aurai souhaité savoir quel business est le plus profitable en France ;)

Bouton retour en haut de la page
[Infographie] Comment les services web gagnent-ils de l’argent ?
PropTech : Sharies lève 15 millions d’euros pour miser sur l’essor du coliving
Voitures électriques, batteries et recyclage: comment l’industrie automobile se prépare pour 2030?
Qui est Aiven, nouvelle licorne nordique?
Quick commerce: dans un contexte tendu, Gorillas lève 1 milliard de dollars pour financer sa croissance
Dufourcq
Spatial: un nouveau fonds pour les startups françaises et européennes lancé par le CNES, la BPI et Karista
[Livre Blanc] Priorités et perspectives pour 2025 en matière de gestion des compétences