Les contributeursLes Experts

Le jour où j’ai découvert que WeChat & WhatsApp n’avaient rien à voir : merci Hong Kong !

Par Marie, étudiante à l'EDHEC Business School

Cet article fait partie du programme annuel sur le futur du commerce, du cabinet de conseil Equancy. Ce dernier a donné la parole à une communauté de Millenials, répartis aux quatre coins de la planète.

 

Lorsque je suis arrivée à Hong Kong, je le confesse : WeChat était pour moi un concept assez obscur… J’ai longtemps pensé qu’il ne s’agissait que d’une version asiatique de WhatsApp. Et puis, un jour, alors que j’étais vendeuse en boutique, un groupe de chinois m’a demandé s’ils pouvaient payer via WeChat.Apple-converted-space »> Pour une marque, il y a plein d’avantages:Actuellement en césure d’un an avant un Master 2 à l’EDHEC Business School de Lille, Marie a choisi de faire un stage en contrôle de gestion à Hong Kong chez L’Occitane. Véritable nomade, elle souhaitait en effet s’immerger dans une culture très différente de la sienne. Sa curiosité et son goût pour l’écriture l’ont poussé à enquêter sur le monde du retail, au-delà de son entreprise d’accueil.

Marie fait partie du programme annuel sur le futur du commerce, du cabinet de conseil Equancy. Ce dernier a donné la parole à une communauté de Millenials, répartis aux quatre coins de la planète. L’objectif: savoir s’il s’agit d’une génération Amazon, adepte du tout en ligne, ou si le point de vente physique a encore un sens à leurs yeux. Découvrez dans cette série leur point de vue sur différentes utilisations du digital en magasin.

 

Tags

contributeur

Régulièrement, FrenchWeb ouvre ses colonnes à des experts pour partager leur expérience, et meilleures pratiques.Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.Nous ne diffusons pas de tribunes produites à des objectifs de RP, ou de SEO.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

3 commentaires

  1. « Vivement que WeChat arrive en France » : c’est le cas ! ça s’appelle Lyf Pay, la fusion depuis mai 2017 de fivory (actionnaires d’origine: Crédit Mutuel, puis Total (2015) puis Auchan Oney Mastercard (2016) et wa! (actionnaires d’origine: BNP et Carrefour). Le positionnement de lyf pay est d’être une plateforme ouverte non dépendante d’un OS (comme ApplePay), d’un opérateur télécom (comme OrangeCash), d’une banque ou d’un système de paiement. Leur stratégie est d’aller + loin que le simple paiement, pour proposer des services en +, pour en faire un réseau social de shopping, pour avoir des info push etc…

  2. Bonjour,
    Merci, intéressant. Je connais WeChat mais ne savais pas que le QR Code était aussi répandu à HK.
    Le QR Code est-il autant répandu dans le reste de la Chine ?
    Et les bots (textuels ou vocaux) sont-ils répandus ?
    Michel

  3. « vivement que weChat arrive en france », oui vivement qu’une seule et unique entreprise ait un accès illimité à des données perso qui peuvent renseigner sur toute notre vie! N’est-ce pas déjà le cas aujourd’hui? non, fb, twitter, google, amazon, paypal sont autant d’entreprises différentes. WeChat c’est une seule entreprise qui permet de tout faire, prendre rdv chez le médecin, le publier sur weChat, noter un restaurant, réserver un hotel, payer en ligne, réserver un Uber, etc. bref on peut savoir qui on est, ou on va et avec qui, qui est la bas, etc. Au final, en supportant ce genre d’entreprise, on arrivera à ce que le monde soit régenté par une poignée de super-entreprise exactement pil poil ce qu’il faut pour un monde encore plus big brother qu’aujourd’hui!! génial

Le jour où j’ai découvert que WeChat & WhatsApp n’avaient rien à voir : merci Hong Kong !
BeautyTech: à New York, des entrepreneuses reviennent sur leur gestion de la crise
Entrepreneuriat : toute solution n’a pas son problème
Innovation et société: les risques d’une prudence excessive
La notion d’impact, au cœur de l’entrepreneuriat ?
Rakuten
Rakuten: « De nouvelles possibilités d’innover en matière d’expérience client s’ouvrent dans le retail »
Tech for good: et si c’était une très mauvaise idée?
Copy link