ActualitéBusinessEuropeRetail & eCommerce

La stratégie de ManoMano pour s’étendre en Europe

3ème épisode de la saga ManoMano

Sur un marché français qui pesait un peu moins de 30 milliards d’euros au moment de sa création, ManoMano n’a pas pour autant souhaité se reposer sur ses lauriers. Après avoir fait ses armes durant quelques mois dans l’Hexagone, la société n’a pas tardé à se lancer à l’international pour se donner une chance d’être la référence digitale du bricolage et du jardinage en Europe. Dès mai 2014, ManoMano a déployé ses opérations en Belgique, de manière à préparer son expansion à plus large échelle.

La première étape pour s’étendre en dehors de la France, ce fut sans surprise de changer de nom. Exit un très franchouillard monEchelle.fr pour laisser la place à ManoMano après deux ans d’existence, de manière à être compréhensible partout en Europe. C’est sous cette nouvelle dénomination que l’entreprise a débarqué en Espagne en juin 2015, avant d’enchaîner avec l’Italie deux mois plus tard.

LE MARCHÉ EUROPÉEN DU BRICOLAGE ET DU JARDINAGE EN CHIFFRES

Poids : 400 milliards d’euros, à parts égales entre le B2C et le B2B
Taux de pénétration digitale : 11%
Leaders : Allemagne (82 milliards), Royaume-Uni (50 milliards), France (32 milliards)

L’Allemagne et le Royaume-Uni, fers de lance à l’international

Dans l’optique d’accélérer vite et fort en Europe, ManoMano a levé 13 millions d’euros au premier trimestre 2016. En parallèle de ce tour de table, la société a déployé ses opérations au Royaume-Uni en janvier 2016, avant d’attendre l’automne pour se lancer en Allemagne. En moins de deux ans, ManoMano a ainsi clairement assumé ses ambitions européennes pour être présent dans tous les pays limitrophes de la France.

Ce sont non seulement des pays qui ont des frontières communes avec l’Hexagone, mais ce sont surtout parmi les plus gros marché du bricolage et du jardinage en Europe. En effet, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont les deux plus gros marchés du Vieux Continent et pèsent respectivement 82 et 50 milliards d’euros, devant la France (32 milliards). Le potentiel est donc immense, d’autant plus sur un marché européen estimé à 400 milliards d’euros, à parts égales entre le B2C et le B2B. Cerise sur le gâteau, si ce marché est colossal, le numérique y est encore peu déployé avec seulement 11% de pénétration digitale. De quoi inciter ManoMano à mettre les bouchées doubles pour y gagner du terrain.

ManoMano en Europe. Crédit : ManoMano.

Mano Fulfillment et ManoMano Pro, moteurs de croissance

C’est dans ce contexte que l’entreprise française accélère le déploiement de son offre de services à destination des professionnels à l’international. Mano Fulfillment, son service logistique dédié à ses marchands partenaires, a ainsi débarqué en Espagne en octobre 2019, ce qui s’est matérialisé par l’ouverture d’un premier entrepôt à l’international. ManoMano a poursuivi sur sa lancé en déployant le service en Italie en novembre 2020. Ce fut également le moment choisi par l’entreprise tricolore pour exporter ManoMano Pro, plateforme lancée en mars 2019 pour cibler les professionnels du bâtiment. Celle-ci est désormais disponible en Espagne et en Italie.

Cette offre enrichie de services B2B, qui a connu une croissance de 140% l’an passé, a permis à ManoMano de voir son activité à l’international générer 40% de ses ventes sur l’exercice 2020, contre 20% deux ans plus tôt. La société s’attend désormais à ce que le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie représentent chacun entre 20% à 30% du chiffre d’affaires au cours des quatre prochaines années. Et dans cette progression, Mano Fulfillment aura un rôle clé à jouer puisque qu’entre 40% à 50% des ventes de la société devraient passer via cet outil logistique d’ici trois ans. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ManoMano veut mettre à profit son dernier tour de table (série F de 355 millions de dollars) pour continuer à développer son réseau logistique en Europe, accélérer le déploiement de son offre B2B en Espagne et en Italie, et renforcer sa présence en Allemagne et au Royaume-Uni.

MANOMANO : LES 5 CHIFFRES A RETENIR

50 millions de visiteurs par mois
7 millions de clients
3 600 marchands partenaires
10 millions de références sur le catalogue
725 millions de dollars levés depuis 2012
Le prochain épisode de la saga ManoMano :

  • ManoMano, miroir de l’ascension de la French Tech
Bouton retour en haut de la page
La stratégie de ManoMano pour s’étendre en Europe
Voitures électriques, batteries et recyclage: comment l’industrie automobile se prépare pour 2030?
Qui est Aiven, nouvelle licorne nordique?
Quick commerce: dans un contexte tendu, Gorillas lève 1 milliard de dollars pour financer sa croissance
Dufourcq
Spatial: un nouveau fonds pour les startups françaises et européennes lancé par le CNES, la BPI et Karista
[Livre Blanc] Priorités et perspectives pour 2025 en matière de gestion des compétences
Circle : un nouveau modèle d’acquisition en peer-to-peer