ActualitéLes contributeurs

Le mimétisme, un modèle mental essentiel pour construire l’avenir

Par Philippe Silberzahn, professeur d’entrepreneuriat, stratégie et innovation à EMLYON Business School et chercheur associé à l’École Polytechnique (CRG)

Il y a fort longtemps, j’étais en classe de première je crois, j’ai eu à rédiger un devoir d’histoire dans lequel on nous demandait de comparer les deux discours successifs du Maréchal Pétain le 17 juin 1940 demandant l’armistice et de Charles de Gaulle lui répondant depuis Londres le lendemain, et qui invitait les français à poursuivre le combat. Je n’avais pas bien saisi alors la différence profonde entre les deux discours; ma réponse était médiocre, même si elle était érudite, et j’ai rendu mon devoir avec un sentiment mitigé. Je crois avoir saisi depuis cette différence, et elle est importante. Pétain s’adresse aux français et leur parle du passé. De Gaulle s’adresse aux français et leur parle du présent, et explique pourquoi ce présent peut permettre un avenir de victoire.

Les discours de Pétain et de Gaulle sont le produit de deux visions radicalement différentes du monde; non pas vision au sens d’un futur souhaitable et distant, mais vision au sens d’une représentation du monde qui nous entoure et de la lecture que nous en faisons, c’est à dire deux modèles mentaux. Pétain mobilise un modèle moral pour expliquer la défaite. De Gaulle mobilise un modèle relativement technique – nous avons perdu parce que l’ennemi était plus fort et parce que nos chefs étaient plus faibles, mais surtout il montre une compréhension extrêmement lucide de la situation en notant que la France dispose de ressources et d’alliés qui lui permettront de vaincre à l’avenir.

C’est cette lecture du présent et l’identification des sources de réussite futures dans ce présent qui distingue le modèle mental de de Gaulle. Entouré alors d’une dizaine de personnes tout au plus, ce n’est alors qu’une idée, rien de plus. L’opposition entre ces deux modèles mentaux, un tourné vers le passé et l’expiation de nos fautes supposées, et un tourné vers l’avenir et la création, a déchiré la France pendant toute la guerre.

Vers où est tourné votre mimétisme? (Source: Wikipedia)

Mimétisme

Cette opposition est en fait un marqueur de civilisation important, voire essentiel. C’est ce que montre l’historien Arnold Toynbee dont j’évoquais les travaux il y a quelques années, avec la notion de mimétisme. Le mimétisme est le fait de se conformer, plus ou moins volontairement, à quelqu’un d’autre. C’est, d’une certaine manière, la source d’inspiration d’une civilisation. Le mimétisme est caractéristique générique de toute la vie sociale. Son fonctionnement peut être observé tant dans les sociétés primitives que dans les civilisations avancées, dans toutes les structures sociales.

Mais la direction prise par le mimétisme n’est pas la même dans toutes les sociétés et ceci marque selon Toynbee une différence essentielle entre les civilisations et les sociétés primitives. Dans les sociétés primitives, le mimétisme est dirigé vers la génération plus âgée et surtout envers les ancêtres morts qui se tiennent, invisibles mais pas insensibles, sur le dos des anciens vivants, renforçant ainsi leur prestige. Dans les sociétés où le mimétisme est ainsi dirigé vers le passé, les us règnent et la société reste statique. Dans les sociétés en voie de civilisation, le mimétisme est dirigé vers des personnalités créatives qui commandent une clientèle parce qu’elles sont des pionnières.

Dans de telles sociétés, «le gâteau de la coutume», comme Walter Bagehot l’appelait dans son ouvrage Physics and Politics, est brisé, et la société est dans un mouvement dynamique le long d’un parcours de changement et de croissance. Bagehot précise, «Ce qui est le plus évident, ce n’est pas la difficulté d’obtenir une loi fixe, mais de sortir d’une loi fixe ; non pas de cimenter (…) un gâteau de coutume, mais de briser le gâteau de coutume ; non pas de prendre la première habitude conservatrice, mais de la briser, et de trouver mieux.»

La croissance et le développement résultent ainsi du travail de personnalités créatives. Selon Toynbee, la tâche de ces personnalités est d’inspirer des suiveurs parmi leurs semblables et la seule façon par laquelle l’humanité peut être mise en mouvement est de mobiliser la faculté primitive et universelle de mimétisme et de susciter l’engagement.  Une société tournée vers le passé ne leur permettra pas un tel engagement car ils rentreront nécessairement en conflit avec les grands anciens qu’il faut respecter. Une société dont le mimétisme est tourné vers le futur pourra progresser en remettant en question sans difficulté ces grands anciens. On voit ici l’importance tout à fait essentielle du modèle mental mimétique de la société et l’importance des conséquences selon que ce modèle est tourné vers le passé ou vers l’avenir.

Cette notion de mimétisme est évidemment intéressante pour les organisations car elle rappelle à quel point l’innovation et la transformation sont des phénomènes sociaux. Elles ne peuvent réussir que si leurs initiateurs réussissent à créer une coalition, une masse critique de parties prenantes qui va de l’avant et brise l’inertie du passé. Elle explique donc comment les innovateurs peuvent, ou pas, réussir à faire changer leur organisation.

Cette notion est bien-sûr intéressante également au niveau de la société, et on peut se demander si de nos jours le mimétisme français n’est pas de plus en plus tourné vers le passé. Ainsi, le ministre de l’agriculture français souhaitait récemment que l’on revienne à l’agriculture de nos grands-parents et de plus en plus, nos concitoyens ont peur de l’avenir, se réfugiant dans un «c’était mieux avant», que soit en politique ou en alimentation. Ce que Toynbee suggère, c’est qu’un tel mimétisme tourné vers le passé risque de mal se terminer.

Voir mon article précédent sur Arnold Toynbee: La disparition de la capacité créative comme cause du déclin des organisations. Pour en savoir plus sur les modèles mentaux et leur importance dans la transformation, lire Pour se transformer, l’entreprise doit commencer par revoir ses modèles mentaux. Au niveau sociétal, lire également Les gilets jaunes ou la confusion des modèles mentaux dans un monde qui change. Voir également l’ouvrage « Stratégie modèle mental » co-écrit avec Béatrice Rousset ici.

Le contributeur:

Philippe Silberzahn

Philippe Silberzahn est professeur d’entrepreneuriat, stratégie et innovation à EMLYON Business School et chercheur associé à l’École Polytechnique (CRG), où il a reçu son doctorat. Ses travaux portent sur la façon dont les organisations gèrent les situations d’incertitude radicale et de complexité, sous l’angle entrepreneurial avec l’étude de la création de nouveaux marchés et de nouveaux produits, et sous l’angle managérial avec l’étude de la gestion des ruptures, des surprises stratégiques (cygnes noirs) et des problèmes complexes (« wicked problems ») par les grandes organisations. Pour suivre ses écrits, rendez-vous sur son blog.

Tags

contributeur

Régulièrement, FrenchWeb ouvre ses colonnes à des experts pour partager leur expérience, et meilleures pratiques.Si vous souhaitez également partager votre savoir faire ou point de vue, contactez nous à redaction.frenchweb@decode.media Nous ne diffusons pas de tribunes produites à des objectifs de RP, ou de SEO.Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Un commentaire

  1. complètement à côté de la plaque

    les prises de pouvoir parlementaire de Pétain et de Gaulle sont très ressemblantes (10 juillet 1940 – 13 mai 1958)

    ils sont bien sortis du même moule langagier, sauf que de Gaulle a été nettement plus putschiste que Pétain

Le mimétisme, un modèle mental essentiel pour construire l’avenir
Samsung: la faille du capteur d’empreinte ne sera pas réglée avant la prochaine mise à jour
YouTube
Les marques ont-elles perdu le contrôle de leurs investissements publicitaires en ligne?
Airbnb double ses pertes, mauvais indicateur avant l’IPO de 2020?
Les offres d’emploi de la semaine
Libra: le G7 exige un cadre juridique
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
Copy link