Retail & eCommerce

Les coulisses de Vente-privée.com

Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Vente-privée.com, nous dévoile les coulisses de sa société. La diversité des métiers permet d’assurer l’ensemble des étapes liées à l’activité e-commerce de la structure : créer l’offre, le catalogue, le service informatique, la logistique ou encore le service après-vente.

Un effort tout particulier est consacré à la communication et la promotion des produits mis en vente tout en respectant les codes de chaque marque. C’est la « digital factory » qui veille à cette qualité de service.

Initialement sous le modèle de startup, Ventee-privée s’en éloigne peu à peu de part sa croissance et ses effectifs. Pour autant, son créateur nous explique qu’il a pour désir de revenir à un modèle plus flexible. Il souhaite diminuer les multiples strates de responsabilité pour revenir à une société plus horizontale. Le but est de réduire le temps de parcours entre celui qui a une idée et et la personne qui la développe.

Récemment arrivée aux Etat-Unis aux côtés d’American Express, Vente-privée souhaite s’installer progressivement et modestement outre-atlantique. Un challenge de taille !

Entretien avec Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Vente-privée.com

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

5 commentaires

  1. dommage de mettre la date du 25 août alors que c’est toujours la même video, rien de neuf depuis quelques semaines déjà.

  2. Peut-être rien de nouveau mais j’aime tout particulièrement son analyse de la société Groupon que je trouve très pertinente

Bouton retour en haut de la page
Les coulisses de Vente-privée.com
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
Comment le numérique réinvente le monde des livres ?
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Pourquoi Auchan Retail cède sa filiale chinoise à Alibaba
E-commerce : quel axe privilégier entre l’outil de recherche, le merchandising et la personnalisation?
Recommerce: quelle place pour la data dans l’économie circulaire?