ActualitéBusinessHealthcareIntelligence ArtificielleObjets connectés

Les enceintes connectées au secours des personnes victimes d’une crise cardiaque

En France, près de 120 000 infarctus du myocarde surviennent chaque année, avec des conséquences particulièrement graves, puisque 10% des victimes décèdent dans l’heure qui suit et le taux de mortalité à un an s’élève à 15%, selon l’Inserm. Dans ce contexte, une prise en charge rapide est indispensable pour améliorer les chances de survies des personnes victimes d’une crise cardiaque. Pour y parvenir, des scientifiques misent sur l’apport des nouvelles technologies et des chercheurs de l’Université de Washington croient beaucoup au potentiel des enceintes connectées pour détecter les symptômes d’un infarctus et ainsi donner l’alerte avant qu’il ne soit trop tard.

Concrètement, les scientifiques américains ont développé un algorithme à destination des enceintes connectées comme Amazon Echo, voire même des smartphones, qui permet de détecter une respiration irrégulière, qui laisserait présager une crise cardiaque imminente. L’intelligence artificielle conçue par les chercheurs de l’Université de Washington vise en effet à déceler une respiration agonale, c’est-à-dire haletante et laborieuse, qui est l’un des symptômes les plus fréquents d’une crise cardiaque. Si l’algorithme identifie ce type de respiration, typique d’une personne victime d’un infarctus, il est alors en mesure d’alerter les secours pour prendre en charge la personne dans les plus brefs délais. 

Une IA performante dans 97% des cas 

Pour démontrer l’efficacité de ce dispositif, l’équipe américaine a testé son algorithme à partir de 162 appels d’urgence reçus par le service médical d’urgence de Seattle entre 2009 et 2007. A cette base de données audio, les chercheurs ont également ajouté près de 83 heures de bruits normaux, comme des ronflements et des apnées du sommeil, ainsi que des bruits de fond supplémentaires, reproduits à différentes distances, à l’image d’un chien qui aboie ou une voiture qui klaxonne, pour que l’outil puisse entendre la respiration dans différents environnements et faire la part des choses parmi des bruits qui n’ont aucun rapport avec une respiration humaine. Tous ces sons ont été capturés sur plusieurs appareils, notamment l’assistant vocal Amazon Alexa et les smartphones iPhone 5s et Samsung Galaxy S4.

A l’issue de ces tests, il est apparu que le système développé par les chercheurs avait été capable de détecter la respiration agonale dans 97% des cas lorsque que l’appareil était placé à six mètres de la source du son, selon le npj Digital Medicine. Si l’expérience menée est encourageante, elle impose cependant aux chercheurs d’améliorer leur algorithme pour éviter d’alerter inutilement les secours. En effet, durant les tests, les ronflements, les bruits issus de l’apnée du someil et les bruits ordinaires en train de dormir ont été confondus avec la respiration agonale dans 0,2% des cas. Les chercheurs vont donc s’atteler à réduire le taux de faux positifs. 

Amazon Echo, cheval de Troie publicitaire ?

L’équipe de l’Université de Washington réfléchit à la mise en place d’un système de surveillance continue dans la chambre à coucher pour examiner en permanence la respiration de la personne. Un tel concept suscite des inquiétudes sur la protection de la vie privée des propriétaires d’enceintes connectées. Ces craintes sont d’autant plus justifiée qu’Amazon a reconnu plus tôt cette année avoir transféré des clips audio enregistrés sur Amazon Echo à des employés pour améliorer les capacités de reconnaissance vocale de ses enceintes connectées. De plus, le groupe de Jeff Bezos est accusé de ne pas en faire le nécessaire pour protéger les données personnelles des enfants utilisant l’enceinte Echo Dot Kids. 

Par ailleurs, Amazon suscite des inquiétudes avec son projet pour développer un bracelet connecté capable de reconnaître les émotions humaines. Un tel produit permettrait non seulement au géant américain de faire une percée dans le secteur de la santé, mais surtout d’affiner sa stratégie de ciblage publicitaire. La publicité en ligne fait partie des activités les plus dynamiques d’Amazon au premier trimestre 2019. Le chiffre d’affaires de son activité publicitaire reste inférieur à celui de son activité cloud (7,7 milliards de dollars au premier trimestre, +40%). Mais il a augmenté de 34%, à 2,7 milliards de dollars au premier trimestre. Une bonne forme qui semble indiquer que la publicité devient de plus en plus importante pour la croissance d’Amazon. Ainsi, les enceintes connectées et les «wearables» seraient des outils publicitaires redoutables, car présentés comme des produits facilitant votre quotidien, et peut-être bientôt capables de sauver des vies.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Les enceintes connectées au secours des personnes victimes d’une crise cardiaque
Groupe ADP, Sephora, A.D Environnement : focus sur les offres d’emploi du jour
Next Station lève 1 million d’euros pour étendre sa plateforme de recrutement à l’étranger
Comment passer de l’outil digital en silo à un système de soins transformé?
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
Copy link