Business

Meetic: Marc Simoncini n’a pas été séduit par les acquéreurs déclarés

Il savait que Meetic était trop gros pour être racheté par un acteur français, « nous nous sommes aperçus que nous étions aussi peut-être trop gros pour être rachetés par un acteur européen » a confié Marc Simoncini aux Echos.

Le fondateur du site de rencontre, détient aujourd’hui 23% du capital et 36% des droits de vote. Avec IAC, la société de Barry Diller, qui détient 27% du capital de Meetic, il avait mandaté Messier Partners pour engager une cession sur une valorisation d’au moins 500 millions d’euros.

Meetic va donc s’engager sur un nouveau plan de développement sur 3 ans avec pour objectifs de consolider ses positions sur le marché européen, à commencer par l’Allemagne, où des opportunités ne devraient pas tarder. L’objectif financier est un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros, et atteindre la masse critique pour séduire un nouvel acquéreur.

Un commentaire

  1. Trop gros ? Pas assez rentable je dirais plutôt.

    Ils ont mangé leur pain blanc et la croissance à deux chiffres c’est de l’histoire ancienne…

    Ça reste une belle boite, mais ça ne vaut pas 400M€

Bouton retour en haut de la page
Meetic: Marc Simoncini n’a pas été séduit par les acquéreurs déclarés
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse