Les contributeursLes Experts

Petits commerçants: le mode d’emploi pour exister pendant le confinement

Par Quitterie Avisseau et Hugo Bochu de Fabernovel

L’acte deux du confinement laisse une nouvelle fois les petits commerçants désemparés. Et pour cause, contrairement aux grands e-commerçants, les petits commerces encore peu matures sur les outils numériques sont souvent mal armés pour répondre à ces nouveaux usages imposés par la fermeture physique. Difficile aussi de tester et choisir les bonnes applications parmi les 250 000 disponibles sur les stores. Il existe néanmoins des actions faciles à mettre en place, et ce rapidement, pour être visible sur le web même sans site e-commerce. Voici quatre actions clés en main que nous conseillons pour émerger. 

Nous vous proposerons prochainement un guide complet sur les outils indispensables pour réussir votre eCommerce, intégrant un comparatif fonctionnel qui vous permettra de mieux identifier les différences et ainsi vous accompagner dans votre choix.

Pour être informé de la disponibilité du Guide sur l’eCommerce édité par FrenchWeb, nous vous invitons à vous abonner à notre newsletter consacrée aux nouveaux services et solution pour accélerer votre transformation numérique.

Faire de Google My Business sa vitrine 2.0

Saviez-vous que sans site web, il est tout à fait possible d’être visible sur les moteurs de recherche ? Grâce à Google My Business, les internautes peuvent ainsi retrouver la fiche d’une entreprise lorsqu’ils recherchent localement une activité. Par exemple, si vous êtes fleuriste dans le centre de Bordeaux, et qu’un internaute recherche « fleuriste Bordeaux centre », vous aurez une chance d’apparaître dans les résultats de sa recherche. Avec cette fiche, il est ainsi possible d’interagir avec ses clients et donner un maximum d’informations sur son entreprise, mais aussi être présent sur Google Maps.

Afin de maximiser les chances d’apparaître dans les résultats de recherche, quelques points sont à respecter:

  1. Veiller à la cohérence des informations de sa fiche:
  • Les informations (nom, adresse, téléphone) de la fiche sont-elles bien identiques à son site web (si vous en avez un)?
  • L’emplacement de l’entreprise a-t-il bien été confirmé?
  • Les catégories renseignées dans la fiche sont-elles pertinentes par rapport aux recherches effectuées par les internautes?

2. Les avis clients sont l’un des facteurs les plus impactants sur le classement local d’un établissement. La quantité des avis, la note moyenne, la fraîcheur des avis et les réponses aux avis doivent être optimisées. Il ne faut pas hésiter à demander des avis auprès de ses clients satisfaits pour en augmenter leur nombre et donc la note moyenne. Seulement 1% des clients laissent des avis si on ne les sollicite pas, et le plus souvent ce sont malheureusement ceux qui n’ont pas vécu une bonne expérience…

3. Les mots clés sont aussi importants pour le référencement naturel de Google My Business que pour celui des sites internet classiques. Il faut choisir et rédiger les mots clés stratégiques en lien avec son secteur d’activité. Si nous gardons l’exemple du fleuriste dans le centre de Bordeaux, la fiche devra contenir : « fleuriste Bordeaux », « fleurs Bordeaux », « fleuriste à Bordeaux », « fleurs Bordeaux centre », etc.

4. Il est important que cette fiche soit intéressante pour les internautes aux yeux de Google, elle doit « faire le poids » face à la concurrence de son secteur. L’historique de la fiche est fondamental. En effet, son ancienneté, la stabilité des informations qui la composent ou encore l’absence de plaintes de clients sont autant d’éléments qui améliorent sa pertinence. 

5. Ajouter des photos et bien vérifier les horaires, présenter une description optimale de son entreprise participent aussi à l’optimisation de sa fiche. Cette fiche est un nouveau point d’échange privilégié avec ses clients, il faut en profiter et ne pas oublier de répondre aux éventuelles questions. 

6. À la création de la fiche, il existe de très nombreuses informations / catégories qui peuvent servir aux clients. Par exemple, un restaurateur pourra indiquer ses horaires de livraison à emporter pendant le confinement. 

Garder le contact avec ses clients grâce à Google Post

Une fois sa fiche Google My Business créée, Google Post devient accessible. Qu’est-ce que c’est ? C’est un moyen supplémentaire pour être visible dans les résultats de recherche. Il faut voir Google Post comme un article sur un site web. L’objectif est de prendre la parole sur son actualité du moment comme des opérations commerciales, le dispositif mis en place pendant le confinement, les mesures prises pour respecter les gestes barrière etc.

Se lancer dans le Click & Collect

Le Click & Collect permet de s’adapter parfaitement aux problématiques sanitaires et offre la possibilité de continuer à minima son activité, même pour les établissements aux produits définis comme non essentiels pendant le confinement. Deux solutions sont alors possibles et toujours sans site web.

La première, c’est d’informer sa clientèle que son établissement reste disponible pour de la réservation par téléphone, sms ou email, dans le descriptif de sa fiche Google My Business tout en précisant les horaires d’ouverture pour que les clients puissent venir payer et collecter leurs achats.

La deuxième solution est cette fois-ci payante (à l’exception du dispositif mis en place par Cdiscount). De nombreuses entreprises se sont mises à développer des solutions de « click & collect » pour les petites et moyennes structures. Leur objectif : proposer une solution clé en main. En France, on retrouve Shopify, Deliver by Linkeo ou encore Cdiscount, qui pour ce dernier, a mis en place un dispositif d’urgence gratuit pour soutenir les commerces fermés. En passant par ces plateformes « click & collect », les acheteurs peuvent commander en ligne et venir retirer leurs produits directement chez le petit commerçant. Ces solutions sont très utiles quand la demande se fait exponentielle afin de mieux organiser le planning des ventes, le suivi des commandes et la gestion du stock.

Vendre en ligne ses produits

Le cran supérieur à la digitalisation de son petit commerce est, selon les cas, de rejoindre une « place de marché » ou « marketplace » sur lequel des vendeurs indépendants, professionnels ou particuliers, ont la possibilité de vendre leurs produits ou services.

Côté vendeur, la marketplace permet via un abonnement d’ajouter ses produits et de bénéficier ainsi de sa visibilité. Le site sera donc un intermédiaire entre le petit commerçant et ses clients. Il existe énormément de marketplace (Amazon, Cdiscount, Fnac…) et certaines sont plus spécialisées comme Etsy pour les produits artisanaux, GoSport pour le sport, ManoMano pour le bricolage… Pour trouver la plateforme qui correspond le mieux à son business, il est possible de faire une recherche sur Google via une requête « marketplace + son secteur ».

Pour se lancer, nous recommandons de:

  • Comparer les offres des différentes marketplace car les conditions sont différentes (durée d’engagements, abonnement, commission sur vente …). Il est donc essentiel de trouver le partenaire adéquat.
  • Prendre le temps de classer ses produits dans les catégories les plus précises de la marketplace. Ces sites sont souvent gigantesques et l’on peut facilement s’y perdre, mais une mauvaise catégorisation aura un mauvais impact sur les performances et sur son référencement.
  • Travailler les descriptifs produits en les rendant pertinents, en mettant en avant le bénéfice produit. Le meilleur moyen est de faire une recherche depuis la marketplace sur le mot que vous souhaitez cibler et de regarder ce que fait la concurrence afin d’inspirer votre travail. Attention le contenu de sa fiche produit doit rester unique pour ne pas être pénalisé par les moteurs de recherche.
  • Rassurer les clients en mettant en avant ses services exclusifs (délai de livraison, un service client réactif, la garantie …). Il faut aussi penser à toutes les questions que pourront se poser vos clients au moment d’acheter : quelle est la taille du produit ? Comment est-ce qu’il s’entretient? Quelle est sa matière ? etc
  • Penser les photos avec une attention spéciale en mettant bien en avant le produit : attention à l’éclairage, au fond et surtout, et à leurs optimisations pour le web (avec Sqoosh app) avant de les mettre en ligne. L’objectif est qu’elles n’impactent pas négativement le temps de chargement des pages.
  • Une fois familiarisé avec la plateforme, il est aussi possible de faire des opérations de promotion pour booster la visibilité des produits.

Les contributeurs: 

Quitterie Avisseau est Senior SEO Specialist chez Fabernovel depuis 3 ans, et accompagne les annonceurs dans leur stratégie SEO. Auparavant, Quitterie était consultante SEO chez Resoneo.

 

 

Hugo Bochu est Senior SEO Specialist chez Fabernovel. Auparavant, il était chez Digitas LBi et Accenture en tant que consultant SEO.

contributeur

Régulièrement, FrenchWeb ouvre ses colonnes à des experts pour partager leur expérience, et meilleures pratiques.Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.Nous ne diffusons pas de tribunes produites à des objectifs de RP, ou de SEO.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. on est plusieurs amis artisans dans le bio a être passés par marchedici.fr depuis le premier confinement, c’est une marketplace française de produits made in france en vente directe
    C’est gratuit et plutôt facile et l’équipe sympa pour ce qui est de gérer les « problèmes » à notre place. Je la recommande plutot que les solutiotns bricolées ou les grosses plateformes payantes (pas toujours clean niveau impots d’ailleurs)

Bouton retour en haut de la page
Petits commerçants: le mode d’emploi pour exister pendant le confinement
[#NoMatterWhat] Retail: « Les marques prennent le virage des marketplaces »
Entrepreneuriat: pourquoi l’économique et le social ne s’opposent pas
E-santé: quel modèle économique pour les startups de téléconsultation?
Que devrait etre un CRM
Au fait, qu’est-ce qu’un CRM ? Et qu’est ce que ça devrait être
Covid-19: est-ce d’une stratégie dont votre organisation a besoin?
Comment choisir son logiciel CRM parmi toutes les solutions du marché?