Les Experts

Piles à biocarburant: comment BeFC peut appliquer sa technologie aux dispositifs médicaux

Par Denise Silber pour FrenchWeb

Régulièrement citée comme l’idée business la plus importante du 21ème siècle, une technologie disruptive est une innovation qui modifie de façon significative la façon par laquelle les consommateurs, les industriels, les entreprises opèrent. Une telle technologie balaye les systèmes ou habitudes qu’il remplace par ses attributs supérieurs. Le concept de la disruption s’est fait connaître grâce au livre «Innovator’s Dilemma», du Professeur Clay Christensen de la Harvard Business School, disparu le 23 janvier, 2020.

Si pour être disruptif, il faut offrir quelque chose de radicalement nouveau et meilleur, est-ce possible que le marché de la pile bouton, d’environ 4 milliards de dollars, s’apprête à être disrupté par une startup grenobloise récente, fondée par des chercheurs?

Les piles bouton sont des petites piles électriques qui ressemblent à un bouton. Elles sont principalement utilisées comme source d’énergie de petits appareils portables comme les montres. Le marché de la santé est un consommateur majeur de ces piles: les tests de grossesse et ovulation, les glucomètres, les appareils auditifs, divers objets connectés…

Malheureusement, ces petites piles se déchargent, peuvent fuir, consomment des métaux lourds, risquent l’explosion, et finissent à 97% dans des décharges et incinérateurs, souvent après une vie très courte.

La startup qui apporte une solution plus intéressante, plus écologique que les piles bouton, s’appelle BeFC ou Bioenzymatic Fuel Cells. BeFC offre une alternative grâce à son innovation basée sur des enzymes et du papier carbone afin de produire de l’énergie grâce à la biocatalyse. Ses piles sont ultra-minces, flexibles et portables. Pour les activer, une goutte de liquide: de sueur, de salive, de sang, de l’urine, suffit. La propriété intellectuelle est protégée par un portefeuille de brevets. Les clients potentiels sont tous les fabricants de dispositifs à pile.

Tout commence lorsque le futur co-fondateur, Jules Hammond, un Anglais diplômé en génie électronique à Bath au Royaume-Uni, décide qu’il veut retourner à sa ville natale de Grenoble et y poursuivre des recherches post-doctorat sur les biocapteurs à micro et nanocapteurs. Il y rencontre d’autres scientifiques pointus à compétences complémentaires. Le Dr Michael Holzinger est alors Directeur de Recherche au CNRS dans l’équipe Biosystèmes Electrochimiques et Analytiques du Département de Chimie Moléculaire à l’Université de Grenoble. Il s’intéresse aux dispositifs à usage unique ou jetables.

Le Dr Jean-Francis Bloch, professeur à l’INP/Pagora de Grenoble et chercheur au laboratoire 3SR, a développé une expertise dans la caractérisation des surfaces et des structures 3D, les propriétés physiques des matériaux fibreux, en particulier dans le contexte de la fabrication du papier. Leurs recherches se concentrent d’abord sur le développement d’une pile enzymatique solubilisée, et après, sur le développement de piles à biocarburant enzymatique à base de papier, plus mince, plus flexible.

Récemment rejoint par Martin Thuo, assistant Professeur à l’Université d’Iowa (Sciences des matériaux, chimie des surfaces et biodétection) BeFC compte, avec Jean Francis Bloch, deux scientifiques renommés ayant travaillé aux côtés de George Whitesides à Harvard.

Le passage de la recherche scientifique au développement de la société BeFC a été favorisé par son incubation dans une Société d’Accélération du Transfert de Technologies ou SATT, au nom de Linksium à Grenoble. Les SATT sont des Sociétés par Actions Simplifiées créées par des établissements de recherche publics. Située, comme toutes les SATT, à l’interface de la recherche et de l’entreprise, Linksium accompagne les startups dans la constitution des compétences nécessaires pour gérer une entreprise:

  • La preuve du concept technologique dont la mise au point d’un prototype
  • la propriété intellectuelle juridique
  • l’identification du marché et des attentes
  • les méthodes de recherche de financement
  • les fondamentaux de la communication
  • le management d’équipe.

En trois mois, BeFC a remporté plusieurs prix significatifs. Ajoutons qu’une doctorante en Chimie à Grenoble, Marie Berthuel s’occupe de la communication de BeFC et a réalisé un pitch gagnant au CES 2020.

  • novembre 2019: avec un vote unanime, BeFC est le « global game changer » du « Leyton Sustainable Startup Challenge » et gagne un stand pour le CES 2020.
  • décembre 2019: BeFC est « Forward Thinker Finalist » chez Trend Forward Capital.
  • janvier 2020: BeFC est lauréat de la compétition au CES 2020 du Village Francophone
  • février 2020: BeFC est gagnant régional de La Tribune 10 000 startups pour la catégorie environnement et énergie, avec une suite à Paris le 16 mars
  • février 2020: BeFC gagne Tech Tour x Bpifrance Paris dans la catégorie de la « sustainability ».

En partenariat avec Clearblue, le fabricant suisse de test de grossesse et d’ovulation, BeFC est en phase d’essai et d’évaluation en vue de produire 10 millions d’unités.

Ce n’est que le début pour cette startup iséroise qui a su réunir des scientifiques de plusieurs disciplines, convertir leur recherche fondamentale en une technologie non seulement disruptive mais commercialisable et puis à la commercialiser efficacement auprès des grands. A suivre!

La contributrice:

Denise Silber, présidente de Basil Strategies et fondatrice des événements Doctors 2.0 & You, est conférencière et consultante en communication de la santé digitale. Sa volonté d’améliorer la qualité des soins et de renforcer le rôle des patients la conduit depuis les débuts du Web à s’engager dans ce nouvel écosystème.

Conseillère des acteurs de santé publics et privés et communicante sur les réseaux, par l’intermédiaire des événements, et des publications pour l’Institut Montaigne, elle devient rapidement leader d’opinion digital en France et à l’international. Décorée de la Légion d’honneur en 2011, puis nommée aux «Inspiring Fifty», le top cinquante femmes inspirantes de la tech en France en 2018, Denise Silber, franco-américaine, est titulaire du MBA de Harvard et vice-présidente du Harvard Club de France.

Vous pouvez la suivre sur Twitter et LinkedIn.

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Piles à biocarburant: comment BeFC peut appliquer sa technologie aux dispositifs médicaux
Recrutement: pourquoi miser sur le personal branding quand on est candidat
Face à l’accélération du télétravail, les défis du management à distance
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
Télétravail: comment aligner les attentes des collaborateurs et des managers
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Recommerce: quelle place pour la data dans l’économie circulaire?