ActualitéTech

Pour Stephen Hawking, l’intelligence artificielle c’est «la fin de l’humanité»

«Le développement de l’intelligence artificielle complète pourrait signifier la fin de l’humanité». La phrase a de quoi rappeler des scénarios de science fiction comme celui du film de Kubrick «2001, l’Odyssée de l’espace». L’astrophysicien britannique Stephen Hawking évoque pourtant bien le monde réel. Dans une interview diffusée mardi 2 décembre par la BBC, il a mis en garde contre le développement de l’intelligence artificielle. D’après lui, cette technologie risque à terme de dépasser les capacités de l’être humain.

« Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser »

Stephen Hawking
Stephen Hawking

Le scientifique pense que l’intelligence artificielle, au service de la relation homme-machine, pourrait très vite se développer, et plus vite qu’on ne le pense. «Elle évoluera d’elle-même, se redéfinira de manière autonome et de plus en plus rapidement (…) Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et pourraient être dépassés» a t-il déclaré dans son interview. D’autres voix s’inquiètent de la puissance de l’I.A, à l’instar du fondateur de Paypal et Tesla, Elon Musk, qu’il a qualifiée fin octobre lors de l’AeroAstro Centennial Symposium du MIT de « plus grande menace existentielle » pour les humains.

Par ailleurs, Stephen Hawking a annoncé mardi que le système de communication qui lui permet de s’exprimer par l’intermédiaire d’un ordinateur allait gratuitement être mis à disposition de la communauté scientifique en janvier prochain. Stephen Hawking est l’auteur de nombreux travaux scientifiques orientés sur la cosmologie et la gravité quantique.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Bouton retour en haut de la page
Pour Stephen Hawking, l’intelligence artificielle c’est «la fin de l’humanité»
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies