ActualitéBusinessComHR TechLes contributeursManagement

Sollicitation via LinkedIn: les grands enseignements

Peut-être est-ce parce que c’est le printemps? Les posts de sollicitations fleurissent sur LinkedIn.

Les demandes sont variées. Leurs émetteurs souhaitent trouver là, un prestataire de service ou un fournisseur, ici, des locaux. Et même un stage ou des candidats pour un poste. Ne sous estimez pas la puissance du premier réseau social professionnel du monde: ces demandes sont vues plusieurs dizaines de milliers, voire plusieurs centaines de milliers de fois.

Les émetteurs trouvent-ils finalement par LinkedIn ce qu’ils cherchent?

Vous avez peut-être parfois répondu à l’une de ces requêtes. Votre réponse a-t-elle été suivie d’effet?

J’ai contacté quelques personnes ayant récemment sollicité leurs réseaux et croulant sous les réponses. J’en profite ici pour remercier celles qui ont accepté de me répondre rapidement et vous livre ci-dessous leurs retours d’expérience.

Se comporter sur LinkedIn comme dans la vraie vie

Ce qui apparaît clairement, c’est que beaucoup de personnes qui répondent à ce genre de posts n’ont pas conscience que LinkedIn est avant tout un lieu d’échanges… digitalisé. Elles ne se comportent pas sur LinkedIn comme dans la vraie vie. Par exemple, elles répondent souvent sans lire les réponses précédentes. Est-ce que vous imaginez une réunion où tout le monde se couperait sans cesse la parole? Une réunion où les gens ne s’écouteraient pas?

J’ai été témoin de situations pour le moins surprenantes. Par exemple: des membres d’une même entreprise qui se contredisent à la vue de tous. Ou des personnes qui continuent de répondre à la demande initiale, alors que l’émetteur vient juste d’essayer de clore son sujet dans le commentaire précédent. Est-ce que vous imaginez l’effet de ce genre de comportement sur les autres membres du réseau?

Sur LinkedIn, c’est comme dans la vraie vie. Si vous souhaitez répondre «vite fait» et que c’est mal fait, mieux vaut ne pas répondre du tout. Certes, une réponse de mauvaise qualité n’agace peut-être pas l’émetteur de la demande. Mais sur le moyen et long terme, si vos réponses manquent toujours de pertinence ou de civilité, cela peut agacer des membres de votre propre réseau. Et c’est pire, car cela impacte directement votre image professionnelle.

Vidéo humoristique sur les usages Facebook transposés dans la «vraie vie»

Comment m’assurer que ma réponse soit pertinente?

>> Mettez en oeuvre l’intelligence collective.

Avant d’ajouter votre réponse, trois pré-requis:

1/Vérifiez de quand date la demande

Si elle a plus de 20 jours, il est sûrement trop tard.

2/Examinez quel lien vous avez avec l’émetteur

Si c’est une relation de deuxième ou de troisième niveau, c’est que l’une de vos relations de premier niveau a déjà répondu. La moindre des choses est de lire la réponse de ce dernier, pour y abonder ou la compléter. Si vous voyez la demande par le biais de l’un de vos pairs (qui a donc déjà répondu), ne le cannibalisez pas en ajoutant votre propre proposition. Il s’agit là d’une marque de respect élémentaire.

3/Assurez-vous que votre réponse n’a pas été citée précédemment

Si c’est le cas, vous pouvez ajouter tout simplement un «j’aime». Une action simple et rapide qui a un double avantage. Elle facilite grandement la lisibilité et donc la prise de décision de l’émetteur. La personne que vous soutenez ainsi vous sera reconnaissante et ne manquera pas de vous renvoyer l’ascenseur. Les deux vous remercieront.

4/Une fois ces trois conditions remplies, répondez précisément à la demande, en valorisant vos atouts et votre mode opératoire

C’est vrai, répondre à une sollicitation nécessite du temps et de la réflexion. Et vous maximisez ainsi vos chances que cet investissement soit suivi de résultat, à court ou moyen terme, que ce soit directement en chiffre d’affaires, ou indirectement sur votre image de professionnel.

Des règles pleines de bon sens et de bons sentiments…

linkedin

Je veux bénéficier de l’intelligence collective et de la puissance de LinkedIn et ce, dès 2017!

2017

1/Soyez le plus précis possible dans votre demande. Indiquez:

  • un délai;
  • la zone géographique requise;
  • la langue de travail;
  • le type de profil recherché;
  • le type de mission.

 

2/Rééditez votre post pour tenir informé les répondants de vos avancées

Pensez à conserver l’historique de votre demande, cela reste utile. Comme vous l'avez compris, la réédition de votre post est plus visible que d’ajouter un commentaire, puisque la majorité des répondants ne lisent pas les commentaires précédents…

Au final, un processus de décision similaire à celui mené traditionnellement… avec un panel de propositions initiales (beaucoup) plus grand!

1/Identification des propositions

Les témoins expliquent qu’ils étudient les réponses:

  • émises par les personnes qu’ils connaissent vraiment;
  • comportant le plus d’occurrences;

«J’ai suivi les recommandations des personnes que je connaissais, ou quand il y avait beaucoup d’occurrences.»

  • écrites dans les premiers jours après la sollicitation;

«Les réponses les plus pertinentes sont arrivées dans les premières semaines.»

  • les plus précises par rapport aux demandes initiales.

«Je me suis penchée uniquement sur les offres complètes, c'est-à-dire celles qui présentaient bien leur entreprise et qui expliquaient clairement leur mode opératoire pour répondre à ma question initiale.»

«Sur les 80 agences qui m’ont été proposées, j’en ai présélectionné une petite vingtaine.»

2/Visite des sites Internet

«A la suite de cette phase d’identification, je suis allée voir tous les sites Internet des agences qui m'ont été recommandées et j'ai sélectionné celles qui collaient le plus à nos attentes (spécialité, clients, secteur, ton adopté, originalité, projets réalisés, etc.).»

3/Contacts téléphoniques puis rencontres physiques

«Nous avons tout d’abord eu beaucoup plus de personnes au téléphone et nous avons finalement rencontré entre 3 et 5 personnes.»

Intelligence collective et phygitale

LinkedIn est d’ores et déjà bien intégré dans des dispositifs phygitaux. A la suite de son post, l’un des émetteurs interrogés a reçu également une centaine de courriers postaux en provenance de France mais également de l’étranger, et des livres.

Certaines personnes ont aussi eu l’impression d’être «noyées» sous les notifications. Elles hésiteraient à procéder de nouveau par LinkedIn pour leur prochaine recherche. Ce serait dommage n'est-ce pas? Pour préserver la pérennité de LinkedIn comme berceau d’intelligence collective, faisons preuve de civisme et du plus grand respect de nos pairs.

aude-sibuet

[tabs][tab title= « La contributrice: »]

aude-sibuet

Aude Sibuet est Culture Manager. Son expertise est à la croisée de trois domaines: communication corporate, change management et social selling. Elle est spécialisée dans l'accompagnement de la transformation culturelle des entreprises, notamment managériale.

 

 

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi:

 

Tags

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This