Laurence FaguerLes Experts

[Takeaways Decode Retail] Odile Roujol: « Il y a moins d’investisseurs dans les biens de consommation que dans le B2B et le SaaS »

Par Laurence Faguer, experte retail et BeautyTech

De quoi s’agit-il ?

Une série conçue avec…

Je vous invite à lire une série unique, les Takeaways de Decode Retail, réservée habituellement aux membres de FaB et de Decode Media, fondés respectivement par Odile Roujol et Richard Menneveux. Vous savez combien il est essentiel de se transformer. Vous n’êtes pas seul.

Cette semaine, chaque jour et en 4 minutes chrono :

  1. Entrez en contact avec une communauté d’entrepreneurs qui partout dans le monde, avec beaucoup d’humilité, définissent les nouveaux standards du Commerce.
  2. Apprenez, de la part des VCs qui les financent, les business modèles à remarquer, et la vision de ces investisseurs pour 2021.

Cette série démarre avec la vision d’Odile Roujol.
Bonne semaine !

Dans cette série spéciale Decode Retail de Fab Co-Creation Studio Ventures et French Web, Odile Roujol et Richard Menneveux (Decode Media/FrenchWeb) tiennent des conversations que vous ne lirez nulle par ailleurs, franches et poussées, avec leurs invités, des entrepreneurs et investisseurs internationaux qui créent et financent les nouveaux modèles de commerce — Tech, Data-Driven et Responsables. Ceux que les consommateurs choisissent aujourd’hui pour dépenser leur argent.

Un événement orchestré par Laurence Faguer, fondatrice Customer Insight.

Odile Roujol, Fondatrice Fab Co-Creation Studio Ventures

Founder Fab Co-Creation Studio Ventures, in Los Angeles. Founder FaB Fashion and BeautyTech community. ex L’Oréal (CEO Lancôme), CDO Orange. Board member.

Odile Roujol a été PDG de Lancôme, la célèbre marque de beauté haut de gamme appartenant à L’Oréal, puis CDO du groupe Orange. Elle a ensuite créé une Fashion & Beauty Tech Community au cœur de la Silicon Valley, aujourd’hui mondiale, avec 17 chapters et plus de 7 000 membres, tout en étant un business angel et un mentor pour les start-ups. Aujourd’hui à Los Angeles, elle est la fondatrice de Fab Ventures, qui investit et soutient les minorités et les femmes fondatrices en créant des start-ups orientées vers des objectifs précis.

KEY TAKEAWAYS

– Il y a moins d’investisseurs dans les biens de consommation que dans le B2B/Saas, et selon moi, il faut connaître les verticaux pour investir !

– La thèse des investissements de FAB Venture : des problèmes à résoudre, avec des fondateurs « with purpose and data-driven »

– Dans de nombreuses catégories Beauté & Mode (FemTech, Women Health, Clean Beauty, New services, Sustainable Fashion, new fabrics,…) mais toujours avec un impact dans la vie des gens. Conscious beauty and fashion.

– Une grande partisane de la diversité comme moyen d’innover et d’obtenir les meilleures performances

– Los Angeles est un écosystème plus petit que la Silicon Valley, et de ce fait peut faire preuve de plus de solidarité entre les sociétés de capital-risque, en s’entraidant. C’est un écosystème qui évolue rapidement. Stay-tuned!

 

DECODE propose une série de conférences consacrées au Retail. Pour cette 3ème session nous vous proposons d’échanger sur les nouveaux outils et plateformes au service des marques et acteurs du retail.

Ces sessions ont été conçues par Laurence Faguer (Customer Insight), Odile Roujol (Fab Ventures) et Richard Menneveux (DECODE MEDIA).

Interview

 

Richard Menneveux : Odile, vous avez occupé des postes de direction dans de grandes entreprises, vous vivez dans la Silicon Valley depuis 5 ans, pourquoi avez-vous décidé il y a 8 mois de créer un fonds d’investissement ?

Odile Roujol : Arrivée en 2015 à San Francisco, j’ai créé une communauté, FaB Fashion and BeautyTech community. Quand j’ai rencontré tous ces fondateurs dans le cadre de Fab Community, beaucoup de femmes entrepreneuses et des fondateurs issus de minorités, j’ai réalisé que pour eux, les premiers miles sont très difficiles car il n’y a pas beaucoup de capital-risqueurs intéressés à prendre un risque avant d’avoir des revenus de, disons, 100 000 dollars par mois.

J’ai fondé FAB Ventures il y a moins d’un an, pensant qu’en tant que mentor, je n’avais pas assez d’impact. Je suis à peu près dans la même thèse que Mucker Labs [ndlr: VC invité aussi de la Série Decode Retail], les premiers miles. Quand, en tant que fondateur, vous êtes au stade où vous devez trouver votre premier investisseur, et si l’on revient à la Silicon Valley, il n’y a pas beaucoup d’investisseurs à l’aise dans les biens de consommation.

La plupart des entrepreneurs ont beaucoup de succès dans le SaaS et le B2B, et ils n’investissent pas dans les biens de consommation parce qu’ils ne sont pas très à l’aise avec la chaîne d’approvisionnement, les réglementations et ce qu’est un bon produit. Alors, ma thèse sur les investissements ? C’est ce que j’appelle des fondateurs « purpose and data-driven ». Cela peut être dans la FemTech, Women Health, Clean Beauty, Sustainable Fashion, new fabrics, donc des catégories très différentes. Des fondateurs qui répondent à des besoins mal desservis. Les fondateurs qui croient en une existence consciente.

Richard Menneveux : Tout a changé avec la pandémie. Quelles sont les principales tendances que vous observez ?

Odile Roujol : Communauté ! Je parle toujours des communautés. Prenons l’exemple de Stix, une entreprise de wellness pour les femmes (en commençant par un test de grossesse). Certaines femmes ne veulent pas aller chez le pharmacien, où elles pourraient rencontrer leur mère, ou leur ex-petit ami, et être gênées. Elles peuvent donc utiliser un test facile et discret qu’elles reçoivent à la maison. Stix éduque également les gens sur leur corps, les aidant à se sentir en confiance.

En particulier dans les domaines de la beauté et de la mode, il s’agit d’être connecté à soi-même et de se connecter avec les autres. Je dirais donc que le grand changement est l’expression de soi et le fait que les données que vous collectez, dans le respect de la réglementation et des règles de confidentialité, visent à aider les gens à avoir les bons produits ou services et à les aider à se sentir mieux dans leur vie quotidienne.

Il s’agit de l’impact que vous avez sur la vie des gens. William Shu [VC iconique basé à Los Angeles, et invité de la Série] disait : « Résoudre un gros problème ». J’essaie, à chaque fois que je rencontre des gens, d’avoir quelqu’un de très doué pour comprendre une communauté, pour écouter ses clients potentiels.

Richard Menneveux : Vous avez vécu en France pendant de nombreuses années, vous êtes allée aux Etats-Unis, vous avez vécu à San Francisco pendant 4 ans, et maintenant vous êtes à Los Angeles, où vous avez fondé FAB Ventures. Pourquoi L.A. et pas San Francisco ?

Odile Roujol : Je suis une grande adepte de la diversité. San Francisco est une ville extraordinaire. Il y a beaucoup de VC, il y a beaucoup de gens super brillants, mais ce sont avant tout des gens de la technologie. Donc si vous voulez créer une grande plateforme et un marché alimenté par l’IA, vous avez besoin de beaucoup d’argent, je pense que San Francisco est l’endroit où il faut être. Mais L.A. est bien plus intéressante par la diversité de ses entrepreneurs. Non seulement la diversité des ethnies – il y a plus de fondateurs noirs, de fondateurs latinos – mais aussi les différents profils des entrepreneurs AdTech, Entertainment, Lifestyle, Retail. À San Francisco, les fonds emblématiques du retail sont Forerunner Ventures, Light Speed Ventures, Maveron et Saas E-CommerceVentures. À L.A., ils sont nombreux ! Ils construisent des entreprises et des marques qui façonnent le nouveau Retail.

En étant à Los Angeles, j’étais aussi très heureuse de me retrouver dans un nouvel écosystème, où il y a beaucoup de solidarité, où les gens s’entraident, peut-être parce qu’il n’y a pas les « grands » – des sociétés de capital-risque de premier plan telles que Sequoia, Andreessen, Kleiner Perkins, Index Ventures.

Il y a la même transparence, mais il y a peut-être moins de concurrence pour prendre le lead sur le round, plus de partage d’informations, d’entraide. Les gens me feront confiance en ce qui concerne la partie relative à la marque et aux produits, et en même temps, ils partageront leurs réflexions sur les metrics financiers par rapport à leurs normes. Nous nous aidons les uns les autres. J’aime cela.

Thank you, Odile. And Richard!

For all of you, stay tuned, for the new speaker SERIE Decode Media #1, and don’t forget to subscribe to

  • The quarterly newsletter FAB to know more about other meetings in Asia, Europe, and America. Else join the global Linked in Group.
  • The newsletter FrenchWeb, the mini-media empire focused on the most advanced digital innovations, to accompany you in your Mot?
  • The newsletter Customer Insight to know more about US tech solutions and unique best practices of priceless value.

Join the Fab Community and have more information about the next events in 15+ chapters. FAB has 7000 founders and investors in Asia, Latam, Europe, America, and Africa, join the conversation! Also on Twitter, Instagram, Linkedin.

L’experte:

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse « go-between » France et USA, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S.

Laurence est l’une des expertes retail et beautytech de FrenchWeb, vous pouvez régulièrement retrouver ses analyses, et interview sur Decode Retail.

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Takeaways Decode Retail] Odile Roujol: « Il y a moins d’investisseurs dans les biens de consommation que dans le B2B et le SaaS »
Quel impact allez-vous créer cette année?
Comment transformer le marketing relationnel dans le retail?
FoodTech: la robotique va-t-elle s’inviter dans nos restaurants et nos assiettes?
Numérique: pourquoi nous ne sommes pas que des « utilisateurs »
Comment structurer son business autour d’une communauté
Comment benchmarker les calculateurs quantiques?