ActualitéLaurence Faguer

Takeaways Meeting FAB : Comment réussir votre entrée dans le metaverse

Le point de vue de fondateurs et de VCs — y compris leurs ressources préférées pour comprendre le métaverse !

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Des Superhumans ! C’est en ces termes que Debra Langley, Venture Partner chez Lyra Ventures, a présenté en juin les 4 fondateurs qu’elle a choisi pour un Panel très utile sur le Metaverse, modéré par elle-même et organisé par Odile Roujol, fondatrice de Fab Ventures et de FaB Fashion and BeautyTech community.

Un évènement live ouvert à l’ensemble des membres de cette communauté globale de Los Angeles à Londres, Singapour à Paris, et partout ailleurs.

 » La question pour les entreprises de mode et de beauté n’est pas de savoir s’il faut s’engager dans le métaverse, mais plutôt de savoir quand et comment le faire d’une manière qui soit authentique pour leurs marques. » Debra Langley ( Lyra Ventures )

 

📌 CE QUE VOUS ALLEZ DÉCOUVRIR

Marques :

  • Comment préserver votre ADN et vous présenter de manière authentique dans le metaverse ?
  • Comment engager les prospects et les convertir en clients à travers les mondes virtuels et physiques ?
  • Quels types de produits, et quelles expériences proposer pour y parvenir ?
  • Egalement, : les points de vue sur le metaverse de deux VCs, Debra Langley (Lyra Ventures) et Odile Roujol ( Fab Ventures) et une liste d’outils et références que nous recommandent les fondateurs dans le metaverse.

 

Lien d’inscription à la newsletter trimestrielle de FAB 👉https://lnkd.in/er4tMMs

Lien vers le Replay intégral du panel 👉 https://lnkd.in/gRRtuJQq

Le contexte vu par Odile Roujol, fondatrice à Los Angeles du fonds Fab Co Creations Venture

« La période n’est pas facile pour les entrepreneurs. Aux U.S., déjà, les entrepreneurs essayent de faire durer le cash avec un scénario où les levées peuvent être dans le futur plus compliquées. Et donc pas mal de priorités à court terme bien sur !

  • Le metaverse est un sujet de fond qui ne s’ improvise pas ( de la même manière que le développement durable / la circularité évoluent rapidement ).
  • Il n’est pas réservé aux marques de luxe/ mode/ beauté globales et installées.
  • Ma suggestion à tous, est d’être en éveil et d’ apprendre au rythme de ce qui se développe. Suivre les entrepreneurs inspirant de la catégorie, les écouter. Les expériences immersives, l’assistance et les avatars “ai-driven”, la blockchain et transparence.
  • On ne peut pas être sur tous les fronts, mais il faudra saisir les opportunités, comme les D2C brands lancée il y a quelques années ont bénéficié de l’organique au début des réseaux sociaux. Il y aura clairement une prime à ceux qui explorent avant les autres.”

 

 

http://lyra-ventures.com/

Debra Langley démarre la session avec un chiffre percutant, et dresse le panorama du metaverse :

  • Le metaverse : une opportunité à 13 milliards de dollars
  • La crise sanitaire a changé beaucoup de choses, notamment la manière dont nous communiquons et nous échangeons les uns avec les autres en ligne : je pense que cela a un impact sur le tissus de notre société
  • Les communautés qui s’auto-sélectionnent autour d’un intérêt commun sont extrêmement puissantes
  • Elles se forment et se transforment à grande vitesse, et leurs interactions génèrent et conduisent les tendances. Ces communautés sont monétisables
  • Concernant le metaverse, les choses deviennent encore plus complexes. Il s’agit de fusionner de manière transparente nos vies physiques et nos vies digitales
  • Ce que nous allons y faire, et la manière dont nous allons réaliser des transactions, sont des choses déjà rendues possible par le web 3, les applications et les plateformes.
  • Le metaverse permet l’émergence d’une gamme de nouveaux business et de nouvelles expériences. Il ne s’agit pas de répliquer la 2D sur la 3D : les opportunités et la technologie sont infiniment plus larges que la 2D
  • Nous en sommes au début, tout est expérimental. Il n’y a pas encore de best practices.

Les 4 questions importantes à se poser :

  • Comment une marque peut se présenter authentiquement dans le metaverse ?
  • Qu’est-ce qui fait sens pour le consommateur, dans les mondes physique et digital ?
  • Et, du fait du pouvoir acquis par le consommateur, comment les consommateurs interagissent-ils les uns avec les autres ?
  • Quel impact business ?

 

 

LES PANÉLISTES

 

Janosh Amstutz est un entrepreneur maintes fois primé et un conférencier régulier sur le thème de l’utilisation des humains digitaux pour la communication et le eCommerce. Il a été nommé l’une des personnes les plus influentes de Londres en 2019 comme fondateur de sa startup Beem.

APPLI DE MESSAGERIE A.R/ HOLOGRAMME

https://www.beem.me/

  • Headquarters : London, England
  • Création : 2017
  • Fun fact : Janosch Amstutz a grandi dans une communauté hippy d’une petite ville australienne. Il a donc passé son enfance éloigné de toute communication digitale. Et le voici aujourd’hui à préparer la nouvelle évolution de la communication dans la sphère digitale.

Qu’est-ce que c’est ? Create, send and stream yourself in Augmented Reality 🤷

La première application de messagerie AR au monde. Beem est une plateforme logicielle très facile d’utilisation qui permet de communiquer avec des personnes réelles, sous la forme d’hologrammes, en réalité augmentée. Mission : créer une plus grande intimité dans la communication digitale et révolutionner les interactions grâce à l’utilisation de personnes en réalité augmentée, que ce soit sous forme préenregistrée ou en direct ( livestream de soi-même).

Marché : Utilisation par les marques pour vendre et communiquer avec leurs clients, et pour les individus pour communiquer entre eux.

Business modèle : Beem propose une version gratuite grand public de la suite logicielle, à retrouver dans l’app store et vient de lancer une version payante pour les entreprises.

Convictions

  • La meilleure communication se fait en personne – Beem se concentre sur le monde réel, “ car notre condition humaine nous rend plus attachés à notre environnement réel ”.
  • Beem ne cherche pas à lancer une technologie ‘cool’ et créative, mais cherche l’acceptation psychologique de la communication.

 

 

AVATAR

 

Mica Le John est CEO et cofondatrice d’Idoru, une application pour avatars où l’expression personnelle est libre. En tant que technologue humaniste, éducateur et écrivain, le travail de Mica utilise une lentille intersectionnelle pour explorer la relation entre la technologie et l’art.
Mika a fait des présentations devant des publics dans toute l’Amérique du Nord, de Sotheby’s à l’université Loyola Marymount en passant par la conférence sur la décolonisation du CIARS. Diplômée de la New School, Mica est titulaire d’un B.S. en arts libéraux et a suivi le Riggio Honors Program for Writing and Democracy.
  • Headquarters : Mountain View, WY
  • Création : 2004 La (formidable) page de présentation de Mica.
  • Qu’est-ce que c’est ? Idoru est une appli proposant un ensemble d’outils créatifs pour favoriser l’expression de soi et la mode virtuelle à travers les avatars.

Convictions

Mica Le John ne s’intéresse pas au métaverse en tant qu’univers virtuel, mais comme une chance de se créer un véritable “ Moi digital ” de quelque manière que ce soit. travaille avec des marques qui permettent de s’exprimer selon sa culture et de ses valeurs . Et ces marques existent dans le monde réel, donc Adora ne s’adresse pas spécialement aux marques de mode virtuelle.
Twitter: @micalejohn_     IG: @micalejohn

 

 

 

« In the future, AI will have a voice and a face »

 Lauren Kunze est la CEO de Pandorabots et cofondatrice d’ICONIQ, une filiale de Pandorabots qui travaille à la décentralisation d’un cerveau d’IA mondial pour faire fonctionner des avatars basés sur l’IA pour les applications Web3 et XR.
Elle est l’auteur de quatre livres et intervient fréquemment sur l’IA lors de conférences comme TED, CES, South by Southwest, O’Reilly Media et Mobile World Congress, ainsi que dans des publications comme TechCrunch, Quartz et VentureBeat. Lauren est diplômée de Harvard en littérature et langue, et en neurosciences.
  • Headquarters : San Francisco , CA
  • Création : 2020

www.kuki.ai

Fun fact : Le film HER est basé sur la technologie développée par Lauren et son équipe.

Qu’est-ce que c’est ?

Iconiq est une nouvelle marque de la société Pandorabots dédiée au développement de Kuki : un influenceur virtuel (avatar) alimenté par l’intelligence artificielle conversationnelle.

Ces avatars sont utilisés par les marques pour créer des ambassadeurs de marque dans le métaverse, ou comme moyen de communication par des personnes entre elles dans le metaverse.

Lauren Kunze: “ Comme si SIRI et ALEXA avaient un visage et un corps dans l’univers 3D.  Qu’est-ce que cela veut dire pour les marques, les humains, comment interagir dans le futur avec l’IA ?

Nota: Pandorabots est la plateforme leader pour la création et le déploiement de chatbots dotés d’intelligence artificielle.
250 000+ développeurs enregistrés, 325 000+ chatbots qui ont conversé avec des utilisateurs finaux humains sur des canaux vocaux et de messagerie.

 

“Le web 3 est un canal et non un absolu”

 

Sumeet Shah est Venture Partnerships chez Clearco Il a plus de 13 ans d’expérience dans le domaine du capital-investissement, du capital-risque et des start-ups. Il fait actuellement partie de l’équipe Venture partnerships de Clearco. Sumeet gère le lancement, la croissance et le développement de la division de Clearco à New York, en établissant et en gérant des partenariats clés avec des sociétés de capital-risque, des accélérateurs, des incubateurs et des intermédiaires clés tels que des banques et des cabinets d’avocats.

Clearco


Headquarters
: Toronto, ON

Création : 2015

Qu’est-ce que c’est ?

Clearco fournit à des marques direct-to-consumer un financement en fonds de roulement non dilutifs allant de 10 000 à 20 millions de dollars, pour les aider dans leur marketing et la gestion des stocks. La société a avancé plus de 3,2 milliards de dollars à plus de 7 000 marques depuis sa fondation en 2015, et compte désormais plus de 47 000 fondateurs et 150 sociétés de capital-risque et accélérateurs dans son réseau.

En matière de web3, Sumeet Shah étudie toutes les implications du web 3 pour les produits de consommation et pour les clients, ainsi que la capacité à relier le digital et le physique.

Convictions

Sumeet Shah : “ Nous considérons toutes sortes de stratégie de communication. Le web 3 est un canal et non un absolu. Si vous pensez de la sorte, vous êtes capable de créer une connexion incroyable et plus profonde avec vos clients, vos fans, quelle que soit l’entreprise que vous dirigez ”

Autres fondateurs à suivre :

Cofondatrices : Karinna Nobbs, Marjorie Hernandez

« Notre objectif est de faire converger et de nourrir l’écosystème émergent de la mode numérique en fournissant de nouvelles sources de revenus viables et des expériences intrinsèques avec une place de marché Web3 pour les biens virtuels authentifiés. En fin de compte, notre approche expérimentale mais empathique des actifs de la mode numérique vise à remettre en question les modèles commerciaux traditionnels de production, de consommation et de propriété de la mode par une approche plus transparente, efficace et équitable » .

Co fondateurs : Marjorie Hernandez, Fabian Vogelsteller

LUKSO est une blockchain EVM de nouvelle génération basée sur Casper PoS et sera le fondement de la nouvelle économie créative.

 

QUESTIONS AUX PANÉLISTES

 

Comment garder l’authenticité de la marque ?

Lauren Kunze:  “ Je pense qu’un influenceur virtuel permet à une marque d’être encore plus authentique car la marque peut contrôler un grand nombre d’aspects  : ce que le personnage va porter, ce qu’il va dire pour représenter votre marque, autant de choses que vous ne pouvez pas faire avec un influenceur humain. Vous devez l’inventer.

Exemple, avec une grande marque d’alcool. Dans la vie réelle, cette marque organise beaucoup d’événements marketing à vocation éducative, durant lesquels un maître distillerie explique la manière dont est fabriqué le whisky. La marque doit imaginer : si un influenceur virtuel  devait vivre sur une chaîne de jeux en streaming, quel serait son visage ? Sa voix synthétique ? Avec l’accent irlandais, dans un bar irlandais ?etc. Les marques possèdent des données conversationnelles first party avec les consommateurs, sur lesquelles s’appuyer pour imaginer une conversation avec cet ambassadeur en 3D” .

 

Quels outils pour acquérir des clients et les fidéliser ?

 

Sumeet Shahn (Clearco)

Deux axes : l’évolution de la fidélisation et l’évolution de la creator economy.

  • Fidélisation : Le métaverse démocratise l’accès “ Dans le monde réel, les consommateurs peuvent désirer des produits, mais avoir des freins à l ‘achat en raison du prix, de l’accessibilité, de la rareté du produit, etc.” Travailler avec des experts de la fidélisation “ En matière de fidélisation, il faut pouvoir travailler avec des partenaires qui comprennent ce qu’est la fidélisation, que celle-ci se passe dans le réel ou le virtuel”
  • Creator economy

Sur le métaverse, les créateurs peuvent construire des choses incroyables, et être récompensé pour leur travail.

 

A quoi ressemble l’engagement d’avatar à avatar ?

 

Mica Le John  (Stealth Startup)

“ Cela ressemble beaucoup à l’engagement d’un humain à un autre humain. Le déverrouillage grâce à la gratuité des expériences dans le monde digital offre la liberté d’être qui vous voulez être, de dépenser votre temps comme vous l’entendez. Notre démarche consiste à tirer partie des enseignements de d’autres domaines de la tech et de les appliquer pour permettre aux personnes d’utiliser les avatars comme un outil d’expression de soi-même.

 

Quels types de produits, et quelles expériences proposer pour y parvenir ?

 

Lauren Kunze, (Pandorabots, Inc. et ICONIQ)

“ Ma recommandation est de prendre en exemple des enfants de 9 ans et de voir où ils passent leur temps, d’observer leurs activités en ligne”

Cas d’usage des smarts contracts

  • Dans le cadre de NFT : des smart contracts pour protéger notre image et notre identité contre le détournement d’image. C’est important car avec des outils comme le créateur metahumain d’Epic, qui sont gratuits, il est potentiellement possible de créer des avatars pour tous les panélistes que nous sommes aujourd’hui et “ diaboliquement ”  les utiliser pour nous remplacer sur Zoom.  Il y a une opportunité pour des contrats intelligents qui sécurent les identités.
  • Hors NFT : autour de la blockchain, comme moyen de rémunérer tous les contributeurs au projet.

 

QUESTIONS Q&A

Qui sont les adopteurs les plus avant-gardistes ?

Sumeet Shah (Clearco) :  “ Nike, par la quantité de travail déjà réalisé (exemple avec tous les événements Fortnite x Nike) , la manière dont ils se concentrent sur les NFT et le fait que Nike connecte le offline et le digital. Les chaussures super connectées font leur entrée dans le monde réel. A l’inverse, les chaussures en édition spéciale dans le monde réel sont maintenant dans le monde virtuel. Nike, Adidas et le sportwear en général sont à l’avant-garde, car c’est ainsi que vous reliez entre eux les mondes de la Gen Z  et de la cryptomonnaie”

 

Ce qui les font rester éveillé la nuit ?

Sumeet Shah (Clearco) :  La protection des données individuelles

Lauren Kunze ( Iconiq) :  Internet est par certains égards un espace plutôt obscur, donc en reliant les univers réels et virtuels, comment arriver à ce que la technologie renforce les comportements bienveillants, et non le contraire.

 

OUTILS, RESSOURCES

 

  • Qui suivre pour mieux comprendre le metaverse ?

Lauren Kunze (Iconiq) : 

  • Matthew Ball, l’un des meilleurs experts sur le Metaverse (qui publie un livre le 19 juillet).
  • Les rapports des grands cabinets de consulting : Deloitte, Wunderman Thompson,  McKinsey

Janosch Amstutz (Beem)

“ Allez directement vous informer auprès des personnes qui travaillent dans l’industrie depuis des années, qui parlent du metaverse sans être écoutés (comme lui ! :). Ils aiment partager, leurs informations sont à jour et ils ont autour d’eux une énorme communauté”.

Debra Langley  (Lyra Ventures)

Katty Hackel, la marraine du metaverse (qui publie aussi un livre prochainement)

“ Le metaverse et le web3 s’appliquent à tant de choses. Si vous vous sentez submergé, c’est normal. Je conseille de se concentrer sur un sujet et de l’étudier à fond”

 

AGENDA FAB

Retour du premier event « en personne  » depuis 3 ans de la communauté FAB FRANCE !

Wed Sep 14, 2022 6pm – 8pm (CEST)

Il sera notamment question de Metaverse.

L’experte :

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse « go-between » France et USA, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S.

Laurence est l’une des expertes retail et beautytech de FrenchWeb, vous pouvez régulièrement retrouver ses analyses, et interview sur Decode Retail.

Bouton retour en haut de la page

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media