ActualitéBlockchain / CryptoBusiness

Telegram annule son ICO publique

Telegram annule la partie publique de son ICO, selon des informations obtenues par The Wall Street Journal. L’entreprise de messagerie sécurisée serait déjà parvenue à lever 1,7 milliard de dollars auprès de moins de 200 investisseurs privés lors de ces deux pré-ico de 850 millions de dollars chacune en février et mars.

La somme levée par Telegram doit notamment financer son « Telegram’s Open Network project ». L’ICO promettait aussi d’être un moyen de démocratiser le financement de projets de blockchain et de permettre au plus grand nombre de pouvoir investir dans un projet ambitieux. L’ICO aura finalement été réservée à une poignée d’investisseurs bien établis à l’image des sociétés de capital-risques comme Benchmark ou encore Sequoia Capital.

Les raisons de cette annulation

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer la décision prise par Telegram. La première est que l’entreprise aurait tout simplement déjà récolté assez d’argent pour mener à bien son projet. Dans son livre blanc, Telegram ne prévoit de dépenser « que » 400 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

La seconde raison pourrait être qu’en ne réalisant pas la partie publique de son ICO, Telegram passe sous le radar de la SEC (Securities and Exchange Commission), l’organisme fédéral américain de réglementation des marchés financiers, qui souhaite davantage contrôler ce type d’opérations. Jay Clayton, président de la SEC, souhaite que les ICO soient entourées des mêmes mesures de précaution pour les investisseurs que lors d’une IPO. Selon ce dernier, beaucoup d’ICO sont menées de manière illégale puisqu’elles ne respectent pas les lois sur la sécurité. Aucun doute que l’ICO de Telegram aurait été scrutée de près.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Telegram annule son ICO publique
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés
Google
GAFAM: des résultats trimestriels à nouveau mirobolants malgré quelques nuages