A la uneActualité Start Me UpBusinessStart Me UpTech

Toucango (Innov +) analyse la vigilance au volant avec la reconnaissance faciale et l’IA

Alors que le marché des assitants pour la conduite et la voiture autonome attire les investisseurs, à l'image du rachat de Mobileye par Intel pour 15 milliards de dollars, la start-up française Innov + va tenter de se faire sa place. Basée sur le campus de Paris-Saclay, la société qui a conçu des systèmes d'assistance à la vigilance du conducteur, est d'ailleurs en recherche de fonds pour faire passer son software et son produit à la phase industrielle.

Après une premièer levée de fonds en amorçage de 430 000 euros, elle cherche à lever 1,5 million d'euros en série A. 

Pour l'instant, Innov+ et sa solution Toucango ont profité du développement des «cars Macron» qui lui ont donné ses premiers clients (les compagnies Isilines, Transdev). Elle en est au stade des expérimentations sur le terrain, avec des essais gratuits pour les entreprises. Après trois ans de R&D, la stratégie est de ne pas grandir seul. «Nous avons des échanges avec des assureurs mutualistes. Nous discuterons avec des constructeurs d'avantage dans une stratégie de sortie», conlcut Stéphane Arnoux, CEO de Toucango.


Fondateurs: Stéphane Arnoux, Damien Cuoq

Date de création: 2015

Siège: Campus Paris-Saclay (Institut d’Optique Graduate School)

Effectifs: 8

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Toucango (Innov +) analyse la vigilance au volant avec la reconnaissance faciale et l’IA
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link