BusinessInvestissementsLes levées de fonds

2 milliards d’euros pour la gigafactory de VERKOR

Pour plus d'informations sur nos offres premium, merci de nous contacter à abonnement@frenchweb.fr

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds


La start-up française Verkor a franchi jeudi un pas décisif pour l’installation à Dunkerque (nord de la France) de sa gigafactory de batteries, bouclant une levée de fonds record, l’Etat subventionnant le projet dans l’espoir de faire monter en puissance l’industrie européenne de la voiture électrique face à la concurrence asiatique.

L’entreprise, qui fournira d’abord Renault, a annoncé avoir réuni « plus de 2 milliards d’euros », dont le montant record « d’au moins 850 millions d’euros » auprès d’investisseurs privés – la plus importante levée de fonds d’une jeune pousse française à date.

Vous cherchez à lever des fonds? identifiez les investisseurs compatibles avec votre projet, et faites connaitre votre startup auprès de l'écosysteme VC, Family office, et Business Angels. Pour en savoir plus, cliquez ici

S’y ajoute une subvention publique d’environ 650 millions d’euros – sous réserve de la validation par la Commission européenne – ainsi qu’un prêt de 600 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement.

Actions préférentielles, Post-money valuation, Ratchet… Découvrez les nouveaux mots clés du capital risque dans notre lexique du capital investissement

Cité dans un communiqué de l’entreprise, le président Emmanuel Macron « félicite » Verkor pour ce tour de table « historique » qui « envoie un signal fort sur notre ambition de réindustrialisation ». « La France attire, se réindustrialise, décarbone son économie, crée des emplois! », a-t-il ajouté sur le réseau X (ex-Twitter).

L’opération, « une étape très importante », valorise la start-up à « plus d’un milliard d’euros », a indiqué à l’AFP Benoit Lemaignan, cofondateur et président de l’entreprise.

Fondée en 2020, Verkor a inauguré fin juin à Grenoble son usine pilote de batteries à haute puissance et compte ouvrir d’ici 2025 son usine à Dunkerque – avec 1.200 emplois directs à la clé et une production initiale de 16 gigawattheures (GWh) par an.

Les premiers travaux sont en cours. Le financement bouclé « donne une bonne visibilité » pour « construire l’usine, faire venir les machines, monter l’équipe et démarrer », détaille le responsable.

Verkor est suivi de près par le gouvernement français. Erigée en un des symboles de la réindustrialisation, l’usine doit aider l’industrie automobile française à atteindre l’objectif de deux millions de voitures électriques produites en France en 2030, après de longues années de délocalisations.

– ‘Investissement symbolique’ –

 

Le tour de table a été large: le gestionnaire d’actifs australien Macquarie Asset Management est « principal investisseur », « avec l’appui » de Meridiam, fonds français spécialisé dans les infrastructures, qui a précisé à l’AFP avoir versé 200 millions d’euros.

Ces deux entités deviendront les premiers actionnaires, selon l’Elysée.

Le Fonds Stratégique de Participations (FSP), alliance de sept grandes compagnies d’assurance françaises, a également « réalisé un investissement majeur », selon un communiqué d’ISALT, la société gestionnaire du fonds.

« C’est un investissement très symbolique de ce que peut être la question de la réindustrialisation en France avec une industrie de pointe », a expliqué à l’AFP Nicolas Dubourg, directeur général du FSP.

Plusieurs actionnaires existants ont contribué à nouveau, notamment le constructeur automobile Renault, qui s’était déjà engagé à acheter les trois quarts de la production de Verkor.

Les batteries produites à Dunkerque seront notamment utilisées dès 2025 dans les futurs modèles Alpine « ainsi que des véhicules des segments supérieurs de la gamme Renault », a indiqué le patron du groupe, Luca de Meo, dans le communiqué.

« Nous n’avons pas vocation à ne fournir que Renault », a toutefois indiqué M. Lemaignan.

Cette « gigafactory » répond à « un besoin de marché à court terme » tout en bâtissant « un outil industriel qui va durer des dizaines d’années », assure-t-il, qualifiant les batteries de « pétrole de demain dans la mobilité ».

– ‘Vallée des batteries’ –

 

Actuellement, la fabrication des batteries et le raffinage des matériaux qui les composent sont dominés par des groupes asiatiques.

Mais Verkor n’est pas seule à s’installer en France: le fabricant taïwanais ProLogium a obtenu une subvention de 1,5 milliard d’euros pour sa première usine, à Dunkerque également, avec une ouverture prévue pour 2026.

Cent kilomètres au sud, à Douvrin (Nord), Stellantis, TotalEnergies et Mercedes ont implanté la première usine de batteries française pour voitures électriques, avec leur coentreprise Automotive Cells Company (ACC). Et Renault doit ouvrir sa propre usine avec le groupe chinois AESC-Envision en 2024, également dans le Nord, à Douai.

« On est en train de constituer une vraie vallée des batteries » avec quatre usines qui « permettront à la France d’être autonome en matière de production de batteries », s’est félicité la présidence française.

En Allemagne, le géant chinois CATL a lancé la construction d’une usine en 2019.

Le soutien public montre que l’Europe est « capable de soutenir cette industrie » au même titre que les Etats-Unis avec l’Inflation Reduction Act (IRA), a estimé le patron de Verkor.

« On n’a pas à rougir » sur les montants, mais « la vitesse de mise en route américaine est probablement aujourd’hui significativement plus rapide », juge M. Lemaignan. « Le pragmatisme américain doit nous interpeler. »

AFP

 

Suivez nous:
CATHAY INNOVATION EDUCAPITAL XANGE
A Global Venture Capital Firm Connecting Innovators Everywhere The largest European Edtech & Future of Work VC Today's disruption, Tomorrow's daily life
DECOUVRIR DECOUVRIR DECOUVRIR
Connaissez vous la DATAROOM de FRENCHWEB.FR notre base de données de startups et sociétés innovantes françaises: informations clés, fonds levées, chiffres d'affaires, organigramme, axes de développement. Accédez aux informations que nous avons collecté concernant plus de 2000 sociétés
Bouton retour en haut de la page
Share This