BusinessLes contributeursLes ExpertsTech

30 leçons d’entrepreneuriat apprises en 6 mois

Par Yéza Lucas, consultante en communication digitale

Cela fait maintenant six mois que je me suis lancée dans l’entrepreneuriat. Six mois c’est peut-être pas assez pour faire un retour d’expérience me diriez-vous. Et pourtant, grâce à cette expérience humaine et professionnelle, j’ai appris sur les relations humaines, sur le monde de l’entrepreneuriat et surtout, sur moi. Je résume ces apprentissages en 30 leçons, qui me servent aujourd’hui, et qui, je l’espère pourront servir à d’autres entrepreneurs.

Accepter l’incertitude

  • Rien n’est jamais acquis

Première leçon d’entrepreneuriat: le facteur précarité. On te fera toujours de belles promesses de missions, mais entre le moment où on te complimente et le moment où tu signes un contrat, il peut se passer des mois. Et même après avoir signé, garde à l’esprit que rien n’est acquis dans l’entrepreneuriat. Donc reste toujours prudent.

L’humain d’abord

  • Entoure-toi bien

Une chose essentielle dans l’entrepreneuriat est de bien s’entourer. Facile à dire me diras-tu. Mais c’est très important pour ta réussite. FUIS les arnaqueurs, les fumistes et entoure-toi de personnes de confiance (qui peuvent être ta famille, tes amis, ton conjoint où autre proche). Tu auras besoin de soutien dans tes projets, alors commence par t’entourer de ceux à qui tu faisais déjà confiance avant d’entreprendre.

  • Suis ton intuition

Dans l’entrepreneuriat, plus que dans d’autres domaines, il faut VRAIMENT te fier à ton intuition. Tu ne le sens pas? Ne te pose pas de questions, n’y va pas. Si tu ne le sens pas, c’est parce que dans ta tête, il y a une petite alerte qui s’est déclenchée et qui te dit «MAYDAY» donc écoute l’alerte et fuis. Au contraire, si tu sens le feeling avec ton interlocuteur, ou avec un projet, go! Combien de personnes se disent trop souvent «j’aurais du écouter mon intuition»…. Alors ne sois pas l’une de ces personnes et suis ton intuition!

Maîtriser le personal branding

  • Inspire confiance (et parle de toi)

La recette magique pour avoir des clients c’est de leur inspirer confiance. Pour cela, sois transparent sur ton projet entrepreneurial (tes réseaux sociaux, ton site internet): affiche des témoignages client, produis des contenus, montre de quoi tu es capable! Travaille ton personal branding et les clients viendront à toi.

  • Inspire-toi

Pour être inspirant, il faut s’inspirer. Lire des articles, écouter des podcasts, regarder des TEDx, tous les moyens sont bons! Ecouter le parcours d’autres entrepreneurs qui sont passés par les mêmes difficultés que toi, ou qui ont des leçons de vie à partager, c’est bon à prendre. Alors garde tes oreilles ouvertes, et tu deviendras à ton tour inspirant!

S’organiser

  • Organise-toi

Ta vie professionnelle va devenir un énorme bazar si tu ne la prends pas en main. Organise-toi, planifie tes tâches et laisse-toi une marge pour gérer l’imprévu, parce que par définition, il arrive quand tu ne t’y attends pas. Tu dois avoir un document qui liste toutes les choses que tu dois faire par semaine. Trello est un excellent outil pour cela, avec son système de listes.

  • Construis ta routine

Tes journées doivent être rythmées par des rituels qui te permettront d’améliorer ta productivité. Le sport, la méditation, la production de contenus, ou encore l’organisation de tâches quotidiennes par exemple.  Ces petites habitudes ne sont pas du bullshit, mais te permettront d’avoir un cadre en tant qu’entrepreneur, quand on sait qu’en dehors de cela, aucune de tes journées ne se ressemble. Ta routine c’est tes repères.

  • Fixe-toi des deadlines

Sans deadlines, tu vas sombrer. La deadline, c’est ce qui te donne l’impulsion pour mener à bien un projet dans les temps. Sans limite, on sombre dans la procrastination et ça, ce n’est pas bon pour ton business. La seule personne qui doit te mettre le couteau sous la gorge, c’est toi. Alors fixe toi des objectifs à réaliser en temps et en heure.

Bannir l’auto-flagellation

  • Regarde tes progrès

Tu as avancé, tu ne le vois pas parce que tu as le nez dans le guidon, mais tu as avancé. Regarde ce que tu as fait au lieu de toujours regarder ce qu’il te reste à faire. Oui bien sûr, il te reste des tâches à accomplir et des objectifs à atteindre, mais heureusement! Car sinon tu n’aurais plus de projets, tu ne pourrais plus évoluer ni apprendre. Et ce serait terrible. Alors une fois que cela est dit, regarde ce que tu as accompli et souviens-toi d’où tu es parti.

  • Ne te compare pas

Oussama Ammar disait «quand tu te compares, tu compares ton intérieur à l’extérieur des gens» et il a raison! Tu te compares à l’incomparable, à la surface des gens. Compare-toi à toi rétrospectivement, tu verras les progrès. Mais ne te compare pas à d’autres parcours qui sont bien différents du tien. Tu vas te créer un sentiment de frustration infondé.

  • Tu ne dois pas tout connaître

Tu débutes, tu penses que tu dois maîtriser parfaitement Photoshop, Facebook ads, Indesign, écrire des articles et jongler avec deux pouces? Tu es victime du syndrome de l’imposteur! Et dans le monde du digital où tout s’entremêle (la communication, le web, le design), tes clients pensent que tu sais tout faire. Et bien non! Chacun son métier, et le web sera bien gardé.

Collaborer

  • Choisis l’entraide sur la concurrence

Tu es entouré d’entrepreneurs du même secteur d’activité que toi. Parfois même du même métier. Mais as-tu pensé qu’ils pourraient être tes partenaires? Deux entrepreneurs ont beau avoir le même profil technique, ils vont tout de même avoir des spécificités différentes. Créer une communauté dans ton secteur d’activité peut permettre d’échanger des missions, et ainsi te faire profiter de missions de tes partenaires.

  • Délègue

Tu ne sais pas faire? Alors ne laisse pas ton client dans l’embarras. Délègue à un freelance de ton réseau de partenaires. Le client appréciera ton professionnalisme et toi, tu échapperas à une mission qui t’aurait pris ton temps en plus d’une bonne dose de stress. Les partenariats entre freelances, c’est une ressource à exploiter!

  • Réseaute

Tu es entrepreneur, ton réseau c’est ta clientèle. Il faut te bouger, aller à la rencontre de ton milieu professionnel et sortir du digital. Il faut qu’on identifie ton visage. Fais-toi un planning d’événements et organise-toi pour faire des rencontres régulièrement. N’oublie-pas que tu passeras 50% de ton temps à travailler et le reste servira entre autres à réseauter, et prospecter.

Se jeter à l’eau

  • Produis des contenus, même courts

Pour exister en tant qu’entrepreneur, il faut avoir une valeur ajoutée. Celle-ci apparaît dans les contenus que tu produiras. Article, vidéo, podcast…peu importe! Et non ce ne sera pas parfait au début, ce ne sera peut être même pas lu, mais tu auras plus de chances de frôler la perfection à coup d’essai qu’en un one shot. Alors produis des contenus, même courts, communique, accepte les critiques et retours. L’important c’est que tu sois régulier. C’est comme ça que tu progresseras.

  • Challenge-toi (et tente)

Tenter c’est ne pas regretter. Ne pas tenter c’est laisser passer une opportunité. Alors fais toi violence et écris à cette rédaction, appelle ce prospect, met en ligne ta nouvelle formation, et mets un peu de culot dans ta vie. Au pire ça ne  marche pas. Mais plus tu feras de tentatives, plus les chances de réussite adviendront. Alors challenge-toi et tente.

  • Relance

Relance quand tu n’as pas de nouvelles dans un délai raisonnable. Relance tes prospects potentiels. Relancer ce n’est pas être insistant, mais c’est garder le contact et prendre le contrôle sur une situation qui nous échappe. Relancer c’est être proactif et concerné. Alors relance.

Ne pas être dépendant

  • Respecte tes valeurs

On te propose une mission payée trois francs six sous avec présence obligatoire à l’autre bout de Paris? Es-tu sûr que cette mission servirait à ta réputation? On aurait vite fait de te cataloguer de freelance «low cost». Plus important encore: respecte-t-elle tes valeurs? Tu dois également prendre en compte qu’accepter une mission chronophage à bas coût te prendra de ton temps de prospection, et te fera sûrement passer à coté de meilleures missions.

  • Sois ferme

Sois ferme ou tu te feras manger. Sois ferme sur tes prix, sur tes contrats, sur tes conditions de travail et n’oublie pas que si tu décides de faire un geste commercial, c’est parce que tu l’auras décidé et non parce qu’on te l’aura imposé. Si les conditions sont bien posées au départ, la relation avec ton client roulera sur des rails.

  • Ne sois pas dépendant (d’un client)

Si un client te fournit plus de 50% de tes revenus, fais attention. Car le jour où ça ne marche plus, tu seras perdant. Il faut que tu diversifies tes sources de revenus pour maintenir ta sécurité financière. Etre freelance ou indépendant, c’est aussi garantir son indépendance financière.

  • Garde de la trésorerie

Pour avoir le luxe de refuser des missions douteuses, il faut que tu aies de la trésorerie de côté. Sans trésorerie, tu auras faim. Et quand on a faim, on peut manger n’importe quoi.  Quand tu te lances, il faut que tu aies une trésorerie le temps de former ta clientèle. Pendant les périodes de creux, il faut également une trésorerie de moyen terme pour effectuer des missions de qualité.

Voir loin

  • Investis

Investis dans une formation, investis dans du matériel, investis car c’est indispensable. L’investissement n’est pas de l’argent perdu, mais de l’argent que tu retrouveras par la suite grâce aux fruits de ton travail. Pour ma part, j’ai investi dans une formation LiveMentor que je ne regrette pas et qui m’a vraiment aidée à me lancer dans l’entrepreneuriat! L’investissement c’est le petit coup de pouce qui va t’aider à décoller.

  • Tu peux en vivre (bien)

Oui c’est possible de bien en vivre, mais il faut affirmer son prix et ne pas se dénigrer avec un prix trop bas. Pense à proposer des forfaits qui sont une solution gagnant-gagnant avec ton client.  Pense stratégique et évite les clients aux trop petits budgets. Ou bien assure-toi qu’ils ne te prendront pas trop de temps.

  • Relativise (tes échecs) et prends du recul

Tu n’as pas réussi à obtenir un contrat? Demande-toi pourquoi. Etait-ce ta  faute, ou était-ce lié à des critères qui t’échappent? Tu connais peut-être un échec actuellement, mais est-ce une raison pour remettre en question ta légitimité et ton parcours entrepreneurial? Alors relève-toi et avance.

  • Regarde loin

Tout se passe bien? Ce n’est pas suffisant! Il te faut une vision entrepreneuriale. Quels sont tes prochains défis dans les mois à venir? Il faut que tu vois loin pour avancer. Sois ambitieux, impose toi des challenges et prépare les dès maintenant. Tu rêves de faire un TEDX? Commence par intervenir dans des plus petites structures dès maintenant. Tu veux être publié dans un grand journal? Commence à tenir un blog aujourd’hui. On ne devient pas grand du jour au lendemain, on grandit de ses expériences.

Dezoomer

  • Développe des side projects

Ton activité principale, c’est 50% de ton temps de travail. Le reste, c’est de la prospection ou du networking, mais aussi du temps pour mener des projets parallèles qui enrichiront ton activité principale. Créer une communauté d’entrepreneurs dans son domaine d’activité, s’engager bénévolement pour un projet qui fait sens, sont des exemples d’activités qui vont booster ton activité principal, grâce à une prise de recul.

  • Garde une place pour des activités non entrepreneuriales

Entreprendre prend du temps, c’est certain. Mais il y a une vie à côté de l’entrepreneuriat. Une vie sociale, qui dépasse les apéros de networking. Une vie sociale avec tes amis non entrepreneurs, avec qui tu vas pouvoir parler d’autre chose. Pense également à garder du temps pour une activité sportive. Le sport, ça boost le corps et le mental. Alors défoule-toi.

Etre confiant

  • Cultive le facteur chance

«La chance respecte ceux qui la respecte» selon Navo. Et oui, tu rebondiras toujours d’un échec si à côté tu gardes de bonnes habitudes d’entrepreneur. Travailler, cultiver ton réseau, produire des contenus. Pour Navo, la vie est une opportunité : il ne faut jamais faire les choses à moitié, car le jour où la chance nous sourit, on risque de passer à coté d’une opportunité, tout simplement parce qu’on a manqué de rigueur.

  • Sois patient

Sois patient, entreprendre ça prend du temps. Tu ne verras pas les fruits de ton travail immédiatement. L’effort est immédiat, le réconfort est différé. La patience, c’est une qualité qui va te permettre de gérer le stress et laisser une place à l’imprévu (dans le bon sens du terme). Quand tu auras compris qu’il ne sert  à rien de t ‘énerver face à des situations dont tu ne maitrises pas l’issue, tu auras avancé d’un grand pas.

  • Quand ça ne va pas, relis les 29 précédentes leçons

Quand tu es au plus bas, relis ces 29 leçons. Demande-toi si tu les as mises en application, et si ce n’est pas le cas, demande-toi pourquoi. Si tu les mets déjà en application, écris ta 31ème leçon.

La contributrice:

Consultante en communication digitale, Yéza Lucas met aujourd’hui ses compétences en community management et en production de contenu au service d’entreprises tournées vers l’innovation sociale.
Dans cette même perspective, elle aime écrire des articles qui amènent à réfléchir aux changements de société en cours ou à venir. Son background littéraire et ses études en science politique lui ont permis d’avoir une aisance rédactionnelle qu’elle met au service des sujets sur lesquels elle écrit.
Tags

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

3 thoughts on “30 leçons d’entrepreneuriat apprises en 6 mois”

  1. Frenchweb c’est quoi cet article ? Je ne reconnais pas votre ligne éditoriale : l’innovation. J’ai l’impression de retrouver un marronnier de blog personnel qui cherche à tout prix de la visibilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This